40-55 ans : l’âge charnière. Comment bien le vivre ?

Les années autour de la cinquantaine constituent un moment charnière de l’existence :

  • on arrive au mitan de la vie professionnelle, et se pose, avec acuité parfois, la question d’un changement d’orientation à sa vie. gâteau 50 ans
  • la vie familiale connaît souvent des bouleversements : départ des enfants du foyer, parents vieillissants, ruptures d’équilibre dans le couple, parfois disparitions d’êtres proches…
  • le corps change, les énergies diminuent un peu…
  • l’image associée dans notre société au vieillissement est souvent négative et anxiogène.

Pour ces raisons et bien d’autres, cet âge voit souvent apparaître des questions nouvelles. Des aspirations neuves ou enfouies arrivent à la conscience. Cet âge peut être celui de nouveautés importantes.

Je travaille actuellement à la création d’un module de 2 jours, qui pourrait s’intituler « 40 – 55 ans : l’âge charnière. Comment bien le vivre ? »

Les objectifs de cette formation seraient d’aider les personnes intéressées à :

  • comprendre les évolutions en cours, et ce qu’elles leurs révèlent
  • faire le point sur leur vie
  • choisir des attitudes et moyens pour bien vivre cette étape de leur vie

Si vous êtes concerné(e)s par les questions spécifiques liées à cet âge de la vie, je suis intéressé par votre expérience :

  • quelles sont vos questions, observations, joies ou difficultés… par rapport à cet âge de la vie ?
  • une telle formation est-elle susceptible de vous intéresser ? si oui, quelles seraient vos attentes ?

Merci d’avance pour cet échange avec vous !

Régis Halgand, formateur agréé PRH

Merci pour ceux qui m’ont répondu, sur le blog ou par mail.

Il existe désormais un stage : « Le milieu de la vie : crises ou opportunités ». En savoir plus. 

Nouvelles d’Haïti

Jean-André Boissinot séjourne pendant deux mois en Haïti, pour y donner des formations PRH. Voici les nouvelles qu’il envoie pour le blog.

Haïti session
participants au stage « mieux prendre ma place dans les groupes »

Je suis en Haïti depuis un peu plus d’un mois.

J’ai déjà animé plusieurs  formations : pour des couples (la communication), pour des jeunes (Mieux prendre ma place dans mes groupes, Qui suis-je). 2 autres sessions vont suivre.

Si le contenu et la méthode sont les mêmes qu’en France, le vécu partagé est bien différent. Il est fort marqué par la culture, par l’impact de l’histoire, des événements politiques, économiques, atmosphériques sur la construction des personnes. Voici  quelques exemples :

  • quand les besoin premiers (nourriture, toit,…) ne sont pas satisfaits, il est délicat de regarder le besoin d’être reconnu. Et, cependant, reconnaître l’unicité de la personne, l’écouter, faire sentir que ce qu’elle exprime c’est sa vérité… fait pétiller les yeux, esquisser un sourire, suscite un redressement. (Note : le salaire mensuel d’un instituteur est de 70 euros)

    temps d'être pendant un stage
    temps d’être pendant un stage
  • dans ce peuple, les étudiants apprennent en répétant, répétant… et répondent aux questions en récitant le cours. Notre méthode de travail leur est étrange, ils ne sont pas habitués à ce que leur parole personnelle soit appelée. Et cependant, leurs sensations sont belles ; analysées, elles livrent des perles.
  • les relations entre eux portent encore la marque de leur histoire… Par exemple : La valeur du silence est survalorisée, sublimée. Traces de l’esclavage continué ? je le crois.
  • cependant, la générosité, la solidarité sont grandes. Le chant et la danse occupent les temps de pause lors des formations

J’ai conscience de rendre visité à l’identité de ce peuple, d’être passerelle entre nous les français et eux. N’oublions pas que les bateaux partaient de France pour les côtes africaines afin d’emmener des esclaves en Haïti. Intérieurement, je m’incline devant ce que ce peuple a vécu, vit encore.

groupe d'intégration
groupe d’intégration

A partir de l’expérience acquise en France, j’essaie d’apporter ma part pour que PRH-Haïti pose des bases solides en vue de son développement déjà commencé. En 1983, André ROCHAIS nous disait (à mon épouse et moi-même) «En Haïti, PRH couve sous la cendre ». L’heure pointe où  des formatrices haïtiennes prendront le relais. L’une d’elles est déjà arrivée, une autre se prépare.  Des sessions seront animées en créole : grande joie pour ce peuple assoiffé d’une liberté personnelle encore mal connue et d’une communauté de destin frémissante si difficile à lancer tant les intérêts personnels prévalent.

Jean-André Boissinot, formateur agréé PRH

Se former avec PRH en prison, en Papouasie-Nouvelle Guinée

 papouasie-nouvelle-guinéePendant les cinq ans qu’elle a passés en prison, Philipa K. a suivi un certain nombre de formations PRH avec une formatrice locale. A sa sortie de prison, elle commence le programme FPM (formation personnelle méthodique). Elle possède un agrément  pour donner avec une autre collaboratrice des programmes courts de formation aux personnes de son village. Pendant qu’elle était en prison, elle a travaillé intensément sur elle-même et a aidé d’autres prisonniers à mieux se comprendre eux-mêmes. Elle est très motivée à continuer ce travail sur elle-même et rêve de pouvoir devenir formatrice PRH un jour. Pour continuer à se former, elle doit suivre un programme intensif et se déplacer régulièrement. Pour chaque déplacement, elle passe six heures en transport en commun. Cela lui coûte 25 dollars. Le logement au cours des jours de formation coûte 20 dollars par jour. Compte tenu de son faible niveau de rémunérations, elle bénéficie d’une aide financière en provenance de différents pays, dans le cadre de l’IAAR (Association Internationale André Rochais).

Logo IAAR

L’Association Internationale André Rochais(*) est une association de droit belge, constituée le 10 janvier 2006. L’objectif de l’ASBL est de mobiliser ses membres en vue de développer une solidarité financière  pour favoriser la formation personnelle et le développement relationnel des personnes et ce, dans tous les continents. Plus d’informations sur www.iaar.eu.

(*) André Rochais (1921-1990) est le fondateur de PRH.

Participants à une formation PRH en Papouasie-Nouvelle Guinée
Participants à une formation PRH en Papouasie-Nouvelle Guinée