Quand la nature nous enseigne sur notre croissance (3/4) : nous avons besoin d’un territoire… et des autres

Pour la troisième fois, je vous propose une balade dans l’exploitation en agriculture biologique de Jean-Luc Thibault, qui cherche à produire des fruits tout en respectant les équilibres de la nature. Ce qu’il met en œuvre nous enseigne sur notre croissance personnelle. Aujourd’hui : nous avons besoin d’un territoire, et aussi de l’apport des autres.

« Une plante pousse si elle n’a pas trop de concurrence », explique Jean-Luc. Lire la suite Quand la nature nous enseigne sur notre croissance (3/4) : nous avons besoin d’un territoire… et des autres

L’histoire de Tim

C’ est une histoire vraie qui commence très mal dans la souffrance et s’ouvre, après des années, à la lumière .

Tim, abandonné par sa mère à 3ans, battu par son père rendu fou par l’alcool, est hospitalisé pendant 3 ans. A 7ans, il est à l’assistance publique puis alterne les familles d’accueil et les maisons de correction. Il devient voyou, voleur et champion de boxe grâce à une force et une énergie peu communes. Tim est chef de bande et tourne vraiment mal. Lire la suite L’histoire de Tim

Les mots : mes amis ou mes ennemis ?

Je me sens enfermée, limitée par les mots, un peu handicapée.

Ça a été si difficile pour moi, les mots. Difficile d’apprendre à lire, à écrire. Les lettres se mélangeaient, les syllabes s’entrechoquaient. « Tu es dyslexique » me disait-on. Il fallait prendre des cours et rester des heures assises à une table.

Sans parler de l’orthographe ! Un ou deux « s » ? Un « f » ou « ph » ? Deux « l », « r » ou « m » … pourquoi ? Quant au son « é » : é, ai, ez, et, est, è … ? Lire la suite Les mots : mes amis ou mes ennemis ?

VACANCE…

Un récent article tiré de l’hebdomadaire « Le Un » attirait l’attention sur le besoin de vacance, au sens d’une « vacance de l’esprit »… Les congés payés, écrivait-il, nous rendent plus disponibles pour accueillir le moment présent. Débrancher en vacances, ce serait « surfer sur la vague de ses émotions, quelles qu’elles soient », leur donner le droit de sortir en quelque sorte… Lire la suite VACANCE…

Un cri du cœur !

Voici les mots jaillis du cœur d’une participante, au cours de la rencontre d’un groupe d’accompagnement PRH !

J’en ai été très touchée et lui ai proposé de les diffuser sur notre blog, elle nous les offre :

Ce matin, bouffée de reconnaissance envers PRH,

sensation d’admiration de bonheur,

cri de joie en lien avec ce si long travail qui a accompagné ma vie,

qui me permet de vivre.

 

Je rends grâce que PRH existe, et j’ai suivi avec passion son évolution.

Je voudrais regarder cette sensation de bonheur et de bien-être, de gratitude,

l’explorer, l’exprimer, en voir les contours.

Les différents secteurs de ma vie qui vont mieux grâce à ce travail.

Plus de solidité où j’expérimente dans ma vie concrète que

certaines choses sont devenues « faisables ».

Méthode qui permet de « comprendre », de remettre les choses « à leur bonne place ».

Capacité nouvelle de « faire des gestes » à poser des actes.

Ce qui me paraissait impossible à vivre devient possible,

Oser parler en adulte qui a des mots pour s’exprimer,

Oser sans douter.

Capacité d’apprendre des choses nouvelles.

Capacité nouvelle d’écoute, de parler avec exactitude,

de sentir ce qui peut être dit et entendu.

Capacité nouvelle à m’émerveiller, à être heureuse, à être sereine

à avoir des relations douces, à être en lien.

Capacité nouvelle de créer ma vie.

Chemin qui continue à s’ouvrir : chemin de vie, d’avancée en âge.

Et vous, quelles sont vos avancées : En ces temps de bilan d’année, comment nommeriez-vous vos pas de croissance ? Qu’est-ce qui a bon goût en vous ?

 Je vous souhaite un très bel été dans cet élan sur ce chemin de Vie !

 Anne Flatin, formatrice agréée PRH

 

 

« Il n’y a pas de vie pleine sans être dérangé ! »

Cette phrase entendue à la radio me percute et vient rejoindre ce qui m’a beaucoup frappée en participant récemment au stage « Entrainement à la prise de décision ».

Décider n’est pas forcément confortable. Il y a un tiraillement en moi qu’il me faut regarder : j’ai à chercher le chemin à prendre pour le résoudre. C’est à partir d’un élan nouveau qui surgit de mon être, que je prends en compte, qu’un changement va pouvoir s’opérer. Lire la suite « Il n’y a pas de vie pleine sans être dérangé ! »