Le printemps, et tout à coup…

Aida, roumaine, vit un amour indéfectible et lucide pour son pays qu’elle n’a jamais voulu délaisser malgré les opportunités. Née en 1963 à Bucarest, elle avait 26 ans lorsque son pays est sorti de plus de 40 années de confinement sous la dictature.

A 23 ans, le 26 avril 1986, elle est au bord de la Mer Noire lorsqu’elle apprend la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui aura un impact d’une rare violence sur toute l’Europe de l’Est. La situation de pandémie qui frappe notre monde aujourd’hui a réveillé en elle des sensations, une expérience liée à son histoire. Elle nous les partage, en français, avec ses mots à elle, partage d’une résonnance en son pays, au milieu des siens. Lire la suite « Le printemps, et tout à coup… »

Profondément légère

Nous vous offrons ce matin cet article paru sur le Blog de nos amis les formateurs de Belgique.

Véronique Decabooter, son auteur, nous le partage avec joie et générosité.

Il nous est précieux, en ces temps de pandémie, de pouvoir nous nourrir de ces perles qui jaillissent !

Bonne lecture !

Françoise Parmentier, formatrice PRH agréée

PS : à la fin de l’article, une proposition de groupes de paroles pour les parents.

« Notre ami se bat aujourd’hui contre un cancer. Au cœur de cette épreuve que nous traversons avec lui, étonnamment, je sens en moi une force tranquille, une force qui accueille l’adversité dans son essentiel : la vie qui continue à se livrer au cœur de ce qui, à première vue, est un insupportable Lire la suite « Profondément légère »

Un peu d’extraordinaire dans l’ordinaire

En lisant ce titre, sans doute vous attendez-vous à quelques hauts faits héroïques, à quelques gestes sensationnels, à un peu de bonnes nouvelles dans cette période de confinement…

alors, oui, c’est une bonne nouvelle, toute simple, et en même temps qui relate un vécu pas si « ordinaire » que cela. Lire la suite « Un peu d’extraordinaire dans l’ordinaire »

En ce temps de confinement : je me sens solidaire

Solidaire, paradoxalement, en acceptant de ne pas garder mes petits-enfants car j’atteins 70 ans et je fais partie des personnes à risques…

Ce fut une première étape d’acceptation pour moi de ne pas me sentir être celle qui aide et rend service mais celle dont on prend soin. Je demeure touchée de la sollicitude de mes proches. Lire la suite « En ce temps de confinement : je me sens solidaire »

Gérer mon insécurité

Avant-hier, je vous invitais à accueillir l’inédit de votre être face à  l’inédit de la situation de confinement à laquelle nous sommes confrontés. Je vous transmets aujourd’hui le témoignage de Nadine, qui a bien voulu prendre sa plume pour vous partager comment elle s’y prend, de manière neuve  pour  gérer son insécurité et son anxiété : Lire la suite « Gérer mon insécurité »

Longtemps j’ai cherché une île …

Dans mon enfance, les aventures de Robinson Crusoé m’avaient quelque peu fasciné. Se débrouiller seul, être ingénieux pour s’en sortir, survivre, ne plus dépendre de personne, profiter des bienfaits de la solitude, mais aussi ses aspects moins merveilleux, le danger menaçait parfois. Mais on peut trouver un ami — Vendredi — quelqu’un sur qui on peut compter. Lire la suite « Longtemps j’ai cherché une île … »

Pourquoi faire à nouveau une formation, après un ou plusieurs stages ?

Le respect de la liberté des personnes est fondamental pour moi. Je ne veux absolument pas peser sur quiconque. Aussi, longtemps, j’ai eu des scrupules à proposer des formations à des personnes qui avaient déjà fait des stages, par peur de contraindre leur liberté. Lire la suite « Pourquoi faire à nouveau une formation, après un ou plusieurs stages ? »

La vie est tenace

Je regardais récemment un documentaire scientifique sur les origines de la terre et son contenu m’a saisie.

Il y a quelques milliards d’année, des chutes de météorites ont éteint toute vie sur terre. Et pourtant, la vie est réapparue. Comment cela est-il possible ? D’après ma compréhension – approximative – du documentaire, de minuscules bactéries présentes à l’intérieur de la croûte terrestre, à 2000 ou 3000 m de profondeur, ont attendu que les conditions de vie redeviennent plus hospitalières à la surface de la terre. Elles y sont restées longtemps -plusieurs centaines d’années. Puis, quand l’eau est revenue sur terre et que la dissipation des fumées a pu laisser le soleil à nouveau réchauffer notre planète, ces minuscules bactéries sont remontées à l’air libre et ont repris le cours de leur existence, permettant, au cours d’une évolution de plusieurs milliards d’années, de donner naissance à des millions d’espèces vivantes, dont nous faisons partie, nous, les humains. Lire la suite « La vie est tenace »