Déménager, ça déménage !

Surtout lorsqu’on choisit de le vivre les yeux grands ouverts !

 « Aujourd’hui, que personne ne nous dérange ! Entre sœurs, nous allons trier nos affaires et pleurer notre maison ! Et pour cela, nous avons besoin de temps, d’espace et de tranquillité !» Annonce solennelle de nos filles.

Message bien reçu, et la décision est prise par toute la famille : Nous vivrons ce déménagement les yeux grands ouverts, sans rien omettre de ce que cela nous fera vivre !

Je me suis bien surprise une fois ou l’autre à rêver qu’il suffirait d’un claquement de doigts pour que tout soit fait, ni vu ni connu, et hop, je serais installée dans notre nouvelle maison, sans douleur, sans avoir rien ressenti de la tristesse de quitter et de perdre. Quelle navrante illusion que celle du déni de la séparation !

C’est pourtant souvent ce que j’ai vécu dans mes précédents déménagements, le regard rivé sur le mieux à venir, le plus grand, le plus confortable…Comme si cela dispensait d’être triste de quitter ! Je me protégeais alors de tous sentiments négatifs que je croyais dangereux, voire même très indécents.

Aujourd’hui, avec mon mari et nos enfants, nous désirons ne rien manquer de ce que la vie en ses bousculades nous réserve. Nous déménageons pour plus petit, plus simple, en accord avec nos priorités de vie actuelles…Nous sommes fiers et heureux d’affronter cette nouvelle aventure ensemble et en pleine connaissance de cause, tout ouverts aux chamboulements qu’elle provoquera en nous, confiants que la vie nous réservera de belles surprises.

Donner ou vendre la moitié de nos biens, accepter de jeter, de remercier les objets familiers qu’on a aimés, objets témoins de nos joies et de nos peines, inutiles aujourd’hui et qu’il faut abandonner. Quitter nos chers voisins, dire au revoir à ces murs, à cette vue sur ces arbres, ces potagers, cette montagne qui ont entouré, nourri, bercé 10 ans de notre vie….

Tout à ma nostalgie et ma peine, voici que monte en moi de manière surprenante une sensation de joie mêlée de gratitude… Gratitude pour toute cette vie reçue et donnée. Oui, à ma grande surprise, sous la frustration et la tristesse de devoir quitter, une joie profonde et une immense gratitude m’habitent. Et je sens bien que celles-ci, personne ne pourra me les ravir. Joie et gratitude brûlent inlassablement en mon être et cohabitent, amicales et respectueuses, avec ma tristesse, qui elle, ne fera pas de vieux os.

Oui, sous l’expérience de l’impermanence que nous faisons en nous confrontant à tout le réel du déménagement, sous cette expérience que tout passe et tout finit par disparaître, que notre aventure sur cette terre aura bien une fin, voici qu’une autre expérience, tout aussi réelle mais plus profonde se fait jour en moi. Là, au tréfonds de mon être, sans l’avoir décidé ni voulu, apparaît comme une permanence, délicate et vigoureuse, de tout ce que nous sommes devenus chacun et en famille grâce et par ce bel environnement matériel, en cette maison toute imprégnée de l’âme de nos vies, de celle des nombreux amis de passage. Je découvre que rien n’est perdu de ce que nous avons vécu et de ce que nous sommes devenus, rien n’est perdu de nos liens, de ce que nous avons tissés ensemble…

Nous voilà aujourd’hui installés dans notre nouvelle petite maison, avec d’autres voisins à rencontrer, d’autres liens à tisser, d’autres paysages à contempler et à aimer….

Cette maison qui nous promet d’être témoins de nos joies et nos peines à venir, qui nous réserve des souvenirs, à nous maintenant de lui donner une âme, l’âme de nos vies partagées.

Charlotte Ghestem, Formatrice agréée PRH

15 réflexions sur « Déménager, ça déménage ! »

  1. Bonne installation ma chère Charlotte et je retiens que la prochaine fois que je demenagerai je laisserai mes émotions venir et la joie arrivait après la peine.
    Je me souviens des vignes magnigique à l automne à côté de ton ancien chez toi! Bon souvenir.

  2. Merci, Charlotte, de nous dire que toute sensation est à accueillir, et pas à refouler. Et que cet accueil de la tristesse et la nostalgie te font grandir, qu’il y a une manière de les vivre qui n’enfonce pas, mais qui ouvre vers l’a-venir et vers la joie profonde ! A toi et à ta famille, belle nouvelle étape !

  3. Ne pas fuir tristesse, nostalgie, peine…
    Découvrir qu’elles peuvent cohabiter, coexister, avec la joie.
    « Je découvre que rien n’est perdu de ce que nous avons vécu et de ce que nous sommes devenus, rien n’est perdu de nos liens, de ce que nous avons tissés ensemble… »
    Comme c’est beau de le ressentir, de le découvrir ! Comme ça fait chaud au coeur de le réaliser…
    Merci Charlotte.

  4. Merci, Charlotte, pour ce profond et beau partage.

    Oui, reconnaître cette tristesse de quitter,
    et cette gratitude pour ce qui a été, et a permis de se construire.
    Pour se sentir prêt, prête, à de nouvelles découvertes,
    à un nouvel élan de vie, de liens, de sens.

    Bon vent à toi, et aux tiens, dans ce nouveau lieu familial
    qui va stimuler les  »sens » de vous tous. VG

  5. Merci Charlotte. Ce déménagement m’envoie dans un avenir auquel je pense parfois: celui où, avec mes frère et sœur, nous aurons à déménager la maison familiale. Ce n’est pas encore à l’ordre du jour puisque ma mère y habite; mais un jour, nous savons tous les 3 que cela viendra, qu’il faudra prendre une décision pour cette maison construite par mon grand-père, qui a vue naître et mourir mon père, qui a vu se dérouler toute notre enfance, qui a été le lieu de tant de rencontres, d’évènements heureux et douloureux… Ce sera un passage que je sens depuis longtemps ne pas devoir manquer, mais je ne sais pas comment je le vivrai. Cet article m’encourage dans ce que je sens au fond de moi face à cette réalité à laquelle, confusément parfois, je me prépare.

  6. Merci Charlotte pour ce partage en profondeur et tout en nuances ….partage qui m’invite à tout accueillir de mon vécu, sans jugement; les émotions douloureuses ont le droit d’être …

  7. Comme tu le dis très justement Charlotte  »Tout passe et tout finit par disparaître, et notre aventure sur terre aura bien une fin ». C’est à cela que je suis confronté, que nous sommes confrontés, aujourd’hui que l’heure est venue de vider l’appartement de nos parents, il le faut bien…
    C’est une étape difficile, qui bouleverse chacun et chacune différemment selon son histoire et la manière dont il ou elle a vécu les événements familiaux passés. C’est un  »déménagement » qui n’a pas d’après, pas de projet à suivre, pas d’aménagement ailleurs… c’est bien une fin et qu’il faut regarder en face. C’est la première leçon que je tire de ton partage Charlotte, regarder les choses en face, ne pas fuir ce que cette réalité me fait vivre. L’autre chose qui me touche particulièrement c’est ton regard sur  »les objets familiers qu’on a aimés ». Ce n’est pas facile, je trouve, d’accepter c’est attachement matériel que je ressens parfois et que j’ai tendance à juger. La perspective que tu ouvres à ce propos me parait juste: regarder plus profondément les choses, avec notre regard intérieur, et remercier, remercier la vie, incarnée dans la matière, dans le « matériel » de la vie quotidienne, ces objets ordinaires qui ont favorisé le confort, la santé, la culture… Et bénir la chance qu’on a eu d’avoir toutes ces conditions réunies pour grandir. Merci Charlotte d’avoir orienté mon regard vers cela.

  8. Je suis touchée par l’accueil et l’acceptation de tout ce que tu vis dans ta réalité. Comme toi, j’aimerai savoir et pouvoir laisser vivre tous ces sentiments-émotions négatives liées à la perte, les traverser pour atteindre cette Joie profonde que personne ne me prendra jamais !
    Gratitude pour ton témoignage

  9. Trois jours avant le déménagement, ta deuxième fille, collégienne, nous avait écrit, à nous les grands-parents, une phrase qui résumait bien la situation :
    « J’ai très envie d’emménager mais pas de déménager ».
    La veille du déménagement, elle écrivait encore :
    « Je suis tout de même très triste de déménager… 10 ans passée ici, dans cette grande maison, laissent énormément de souvenir, des bons comme des mauvais.. Je repars tout de même sereine, les futures propriétaires sont géniaux et ils prendront bien soin de notre demeure dans laquelle j’ai vécu toute mon enfance ».
    Nous gardons un très bon souvenir de nos années passées dans une maison vendue au moment de la retraite, où nos trois enfants ont grandi. Beaucoup de visiteurs étrangers y ont séjourné. Et c’est vrai : maintenant, nous préparons notre dernier déménagement !

  10. Merci chère Charlotte pour ce beau témoignage qui me rejoint bien dans mon vécu et qui arrive en ce temps de Pâques, passage de la mort à la vie.
    Accepter et traverser la souffrance pour entrer dans une vie nouvelle.
    Je me réjouis pour vous de ce nouveau lieu de vie, soyez y heureux.
    Béatrice

  11. Merci Charlotte de ce témoignage que je ressens comme une invitation : « laisser cohabiter toutes nos sensations », les laisser s’exprimer sans les refouler, d’une manière ou d’une autre elles sont l’expression de notre vie intérieure. Merci.

  12. Quel beau témoignage, plein de sagesse, qui résume au mieux l’ambivalence des sentiments devant l’impermanence de toute chose et la nécessité d’accueillir les émotions avec authenticité pour pouvoir accueillir la vie nouvelle pleinement. Je vous souhaite de belles nouvelles expériences dans ce nouveau lieu de vie.
    Christelle Hoffmann

  13. Déménager sans être déraciné, c’est quelque chose …
    Je pense à des milliers de personnes qui quittent leur pays pour des raisons diverses et variées.
    J’espère qu’elles trouvent une terre ‘ favorable’ pour que leurs racines redonnent une vie nouvelle.
    Merci PRH et Merci Charlotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s