Des livres pour votre été

pile de livres 3Des livres qui nous ont touchés, rejoints, nourris… Des livres graves ou plus légers, des livres récents ou de tous temps, des livres pour votre été ou pour plus tard… Voici une première sélection proposée par des formateurs PRH. Bonne lecture ! Lire la suite « Des livres pour votre été »

Petit guide à l’usage des gens intelligents….

« Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués », Béatrice Millêtre, Payot, 2007
Voilà un petit livre tout à fait intéressant et bien fait pour mieux comprendre la différence entre cerveau droit et cerveau gauche. L’auteur, Béatrice Millêtre, docteur en psychologie et psychothérapeute, sans jamais être dans le registre des neurosciences, donne des repères clairs à partir d’exemples bien concrets de la vie courante ; ainsi chacun peut se situer facilement, entre cerveau gauche et cerveau droit, et comprendre où se situent ceux qui l’entourent ( au travail, en couple, en famille, entre amis…). Elle tord petit guidevigoureusement le cou à l’idée selon laquelle l’intelligence du cerveau gauche serait supérieure à l’intelligence du cerveau droit, tout en expliquant que les gens fonctionnant avec le cerveau gauche sont majoritaires en nombre…Mais différence n’implique ni a-normalité ni moindre efficacité ; elle invite donc tous ceux qui fonctionnent avec un cerveau droit à prendre conscience de l’étonnante fécondité de leur intelligence, pour éviter le doute sur eux-mêmes ; elle donne quelques tuyaux pour prendre en main la libération du potentiel de cette intelligence-là.
Rafraichissant et tonique, pour restaurer une image ajustée de son intelligence et pour vivre en belle complémentarité.
Sylvie Grolleau, formatrice agréée PRH

Comment ça marche, l’analyse PRH ?

A l’occasion de la sortie de la Lettre PRH n°42-43 consacrée à l’analyse de sensations PRH, nous vous proposons ci-dessous un entretien avec Michel Lamarche, principal rédacteur du livre « un chemin d’accès à la vie en profondeur »

  • Quand on analyse ses sensations, est-ce qu’on le fait avec son «  mental » ? Quelle différence avec ce que l’on connaît de soi ?

Les fonctions du mental, c’est de penser, réfléchir, raisonner, déduire, prévoir, interpréter, calculer, imaginer, mémoriser, faire appel à sa mémoire, etc. Ce ne sont pas ces fonctions qui sont sollicitées pour analyser son vécu. L’analyse PRH fait appel à une fonction très spécifique de l’intelligence, celle de nommer avec exactitude ce que l’on crayon-a-la-main-stylo-cahiers-bureau_3263054ressent ici et maintenant et de suivre au plus près le contenu de la sensation pour le décrypter. L’intelligence fonctionne alors en prise directe avec la sensation vivante en cherchant à s’extraire de tout ce que le mental pourrait lui suggérer à propos de la sensation : interprétations, préjugés, idées, diagnostics …

Ce que l’on connaît de soi appartient à notre mémoire et n’est pas forcément relié à une sensation vivante (ce peut être un cliché véhiculé par l’entourage et que l’on s’est approprié ou simplement un souvenir de sensation), ce que l’on ressent appartient à l’expérience immédiate. On ne s’analyse pas à partir de ce que l’on connaît de soi, mais en laissant vivre une sensation présente et en cherchant les mots justes qui la décrivent.

  •  Est-ce que le corps est pris en compte dans l’analyse ?

Pour moi, c’est plus qu’être pris en compte. Le corps est totalement impliqué dans le 2013-02-03 23.40.10travail d’analyse. La sensation à contenu psychologique a toujours une résonance corporelle qui en signe la présence. Tout au long de l’analyse, c’est en maintenant sans cesse son attention sur le vécu du corps que l’on est le plus sûr de suivre sa sensation. Quand il nous arrive de décoller de la sensation, c’est en revenant à ce que l’on ressent physiquement que l’on retrouve la trace de sa sensation. Notre corps nous introduit et nous ramène sans cesse à notre vérité, ses sensations sont indépendantes de notre vouloir. Il est essentiel pour l’analyse.

  •  Analyser son ressenti, ça relève de l’affectivité ? de la sensibilité ?

Analyser son ressenti relève de l’intelligence. Analyser est un acte du moi-je. En revanche, ce qui est analysé (émois, sentiments, sensations …) relève de l’affectivité ou de la sensibilité, mais également de l’être (aspirations profondes, sentiments profonds …).

Ceci dit, il est bien évident que l’intelligence est influencée et parfois conditionnée par l’affectivité ou par la sensibilité, notamment les peurs et les envies. Elle cherche inconsciemment à percevoir ce qui ne va pas trop la déstabiliser, ce qui est agréable à ressentir, elle refoule instinctivement ce qui est désagréable ou douloureux. D’où l’importance d’une vigilance constante quand on s’analyse pour détecter ces mouvements de diversion de sa réalité intérieure et revenir à ce qui est, ce que l’on ressent vraiment.

  • Quelle part a l’être profond de la personne dans le processus de l’analyse ?

L’être profond de la personne a une place fondamentale dans le processus d’analyse. C’est l’aspiration à vivre dans la vérité, à croître, à libérer tout son potentiel qui motive le travail de l’analyse. C’est dans l’être que la personne va puiser les motivations les plus fortes pour affronter le confort immédiat que peuvent apporter l’inconscience, l’indifférenciation, la fuite de soi. Toute la finalité du processus de l’analyse est focalisée sur la conscience et la libération de ce meilleur de nous-même.

  • L’analyse de sensations, c’est un travail solitaire. Et pourtant, l’autre a un rôle, a une place. Pouvez-vous la décrire ?

Nous sommes effectivement seul dans ce face à face intérieur avec la vérité de nos sentiments, de nos sensations, de nos émotions, de nos souffrances. Mais la parole qui surgit peu à peu de l’analyse de nos sensations tire grand profit à s’exprimer à quelqu’un qui écoute avec bienveillance et discernement.  Et ceci, pour trois raisons principales : la première, c’est que le fait d’exprimer à autrui ce que nous mettons en mots provoque de nouvelles prises de conscience dans la continuité de celles amorcées par le travail solitaire ; la seconde, c’est que la personne qui écoute, surtout si elle a une formation à relation d'aidel’écoute, va pouvoir réagir, faire miroir, questionner, pointer l’un ou l’autre mot particulièrement chargé ou discordant, et par là aide aussi à aller plus loin.

Enfin, troisième raison : le regard d’un autre, c’est forcément une perception différente, convergente ou divergente. L’autre n’est pas impliqué comme soi dans les sensations analysées. Cette altérité révèle souvent ce qu’on ne peut soi-même percevoir et enrichit celui qui s’analyse de cet autre angle de vue.

Ainsi, l’autre a un rôle de facilitateur, parfois même de révélateur, un rôle d’ajustement à la réalité et d’approfondissement.

Par ailleurs, l’autre peut être aussi celui ou celle qui analyse également son vécu et qui nous le partage (par exemple au cours d’un stage). Par la recherche humble de sa vérité, l’autre exerce un rôle très stimulant et éclairant pour notre propre travail sur nous-même.

Apprendre à lire et à écrire…

Qu’apprend-on dans notre « Ecole de formation humaine pour adultes » ? A lire et à écrire ? Oui… d’une certaine façon. Lire ce qu’il se passe en soi, décoder les remous, éclairer les ombres, dénicher les pépites que notre monde intérieur recèle. Lire notre histoire et déchiffrer les forces en présence pour faire face à ce que notre vie nous demande. Mettre en mots ces sensations qu’il est parfois difficile de nommer ou qui, quelquefois, au contraire, sont si vives et si présentes, si évidentes.

Et écrire : poser ses mots sur sLettrea feuille ou sur son écran d’ordinateur, leur donner leur forme et leur sens. Entrer dans leur précision et leur justesse. Ecrire d’un jet parce que tout est là, accessible. Ou bien plus laborieusement parce que la sensation ne se laisse pas rejoindre.

Ecrire ou dire. Dire à un(e) autre. S’ouvrir de son ressenti, en faire la lecture en présence de quelqu’un qui sait nous écouter et nous aider à avancer dans notre déchiffrage.

Pourquoi apprendre à lire et à écrire avec la méthode PRH ? Autrement dit «  Aphoto couple quoi ça sert d’analyser ses sensations ? » Dans la lettre PRH qui sortira en février prochain, nous répondons à cette question,  vous pourrez y découvrir comment les utilisateurs se sont saisis de cet outil et en ont éprouvé la fécondité. Des fruits relationnels puisque l’analyse  des sensations met profondément en relation avec soi-même et avec les autres. Chemin de connaissance de soi qui participe à la croissance des personnes, des groupes et en cela à l’humanisation de la société.

PRH vient de publier 2 livres qui mettent en lumière la spécificité de l’analyse PRH et son originalité dans le monde des sciences humaines. Après plus de 40 ans d’expérience, le livre « Un chemin d’accès à la vie en profondeur » dévoile l’intelligence de cet outil aussi bien sur la forme que sur le fond. Le Livret «  Ça va mieux en l’écrivant » est un guide pratique au service des utilisateurs de cette méthode.

Michel Lamarche, le rédacteur principal du livre « Un chemin d’accès à la vie en profondeur », vous livre son expérience sur notre site prh-france.fr

Que 2013 soit une belle année où lecture et écriture de vous-mêmes aient une place de choix !

Brigitte Daunizeau, formatrice agréée PRH

Pour en savoir plus sur l’analyse PRH, vous pouvez lire :

Comment ça marche, l’analyse PRH ?

La bonté humaine

La Bonté humaine. Altruisme, empathie, générosité, Jacques Lecomte, éditions Odile Jacob, Paris, mars  2012.

la bonté humaineLe projet initial de Jacques Lecomte en écrivant La bonté humaine était de « rééquilibrer la perspective négative, souvent exprimée, sur l’être humain, en montrant l’autre facette, plus positive . « Or, explique-t-il, plus j’avançais dans mes lectures, plus je constatais que le fond de bonté est davantage constitutif de l’être humain que la tendance à la violence et à l’égoïsme ».

L’intérêt de ce livre est qu’il s’appuie sur des centaines d’études provenant de champs disciplinaires très différents : journalistiques, historiques, anthropologiques, économiques, psychologiques, neurobiologiques, militaires, etc.

L’ouvrage démonte beaucoup d’idées reçues négatives véhiculées sur l’homme, de manière très convaincante. Sa conclusion est que  « c’est en pariant sur ce qu’il y a de meilleur en l’être humain que ce meilleur peut se révéler ».

Un livre très dynamisant, qui rejoint le système explicatif PRH sur les fondements positifs de la personne humaine.

Régis Halgand, formateur agréé PRH

Présentation du livre par l’éditeur :

Saviez-vous qu’un bébé de 1 an, qui vient juste d’apprendre à marcher, se porte spontanément au secours de quelqu’un qu’il voit en difficulté ? Saviez-vous que, lors d’une catastrophe naturelle, il n’y a pratiquement pas de pillages et de violences, mais beaucoup d’altruisme et de solidarité ? Saviez-vous que notre cerveau contient des zones de satisfaction qui s’activent lorsque nous sommes généreux et des zones de dégoût qui s’activent lorsque nous sommes confrontés à une injustice ?

Et si, contrairement à ce qu’on a longtemps affirmé, la violence et l’égoïsme, qui existent incontestablement, ne correspondaient pas à notre nature profonde ?

Une synthèse lumineuse de plusieurs centaines d’études qui bouleversent notre vision de l’être humain dans des domaines aussi variés que la psychologie de l’enfant, la psychologie sociale, la neurobiologie, l’économie expérimentale ou l’anthropologie.