L’être : ce potentiel qui nous habite

Dans un précédent articleCapture (Être ou pas être ?), je relatais que l’existence de l’être, ce fond positif dans la personne humaine, avait été longtemps un objet de questionnements pour moi. Pourtant, de nombreux auteurs contemporains font référence, d’une manière ou d’une autre, à cet essentiel positif au cœur de la personne. Voici quelques citations, qui rejoignent les observations de PRH. Elles évoquent successivement le dynamisme de croissance de l’être, les potentialités insoupçonnées au fond de nous, et la capacité d’amour qui nous habite.

Dans son magnifique petit traité de l'abandonPetit traité de l’abandon (Éditions du Seuil, 2012), Alexandre Jollien écrit ceci : « Ce qui m’a plu chez les Grecs, c’est la notion de progredientes. Les philosophes se percevaient comme des « progressants », des individus qui faisaient un pas après l’autre vers la sagesse. Or, selon moi, cette sagesse est déjà là, au fond du fond. Elle me précède au cœur de mon cœur. Les bouddhistes disent que nous sommes tous dans la nature de Bouddha, et cette idée me plaît. Il en s’agit pas de construire un personnage, ni de chercher la joie, la sérénité ailleurs, mais de plonger en soi, de rejoindre le fond du fond pour y recueillir la joie, la paix et le souverain bien. » Ce texte rejoint l’affirmation d’un dynamisme de croissance au cœur de la personne et de l’existence d’un « fond du fond » en soi, qu’il s’agit de rejoindre… Notre vraie personnalité, la paix et la joie se trouvent à l’intime de nous-mêmes.

une journée particulièreAnne-Dauphine Julliand, confrontée à la maladie incurable de deux de ses enfants, partage ceci dans Une journée particulière (Les arènes, 2013) : « Je n’ai aucune aptitude particulière. Je ne suis pas taillée pour être une superwoman. Loïc (son mari) non plus n’a pas de costume de super héros. Nous n’avons ni l’un ni l’autre rien d’exceptionnel. En revanche, comme tout le monde nous possédons des forces insoupçonnées. En effet, je suis intimement persuadée que nous avons tous des capacités que nous ignorons. Un courage, une résistance, une endurance que nous ne connaissons pas et qui se révèlent dans l’épreuve. Nous sommes capables de forces extraordinaires dans des circonstances extraordinaires. Nous puisons en nous ce dont nous avons besoin. Et nos ressources sont bien plus riches que ce que nous pensons. » Ces mots m’ont fait penser à ceux d’André Rochais, fondateur de PRH, qui écrivait : « Nous dormons sur des trésors, sur des puits d’énergie, sur un volcan de créativité, sur des réserves inimaginables d’amour ». Un des objectifs de PRH est précisément de nous aider à découvrir ce potentiel en nous, notre être, afin d’en vivre, dans les circonstances exceptionnelles et aussi dans les moments plus ordinaires.

Nelson Mandela un long chemin vers la liberté(Un long chemin vers la liberté, Le livre de Poche, 2002) affirme ceci : « J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer. La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre. » Les observations de PRH rejoignent cette affirmation née de l’épreuve : la bonté, comme d’autres capacités positives, fait partie du tréfonds de la personne humaine. On peut y être éveillé ou pas. C’est l’enjeu de l’éducation, et de la formation humaine, de développer ces potentialités inscrites au cœur de l’être.

Prochainement, dans ce blog, d’autres auteurs, d’autres citations, qui évoquent ce fond positif qui nous habite.

Régis Halgand, formateur agréé PRH

Pour aller plus loin avec PRH

On peut lire l’ouvrage de PRH La personne et sa croissance, qui développe longuement la recherche de PRH sur l’être. Mais le plus utile est de découvrir son propre essentiel positif, tel qu’il est en soi. Le stage Qui suis-je ? permet une exploration de cette dimension. Pour les personnes ayant suivi plusieurs stages, Aller au bout de mon authenticité permet d’approfondir cette connaissance du cœur de sa personnalité.

logo approfondir un thème

 

 

A lire également sur le blog

Etre ou pas être ?

Etre cohérent

Le cadeau de l’instant présent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s