SOIGNER ses blessures…

Accepter de les voir… de ressentir

Ne pas se blinder, se cuirasser, ne pas vouloir enfouir la douleur

« Etre vulnérable, être humain »

Poser le regard sur ce qui a mal

Laisser jaillir le cri, la plainte !

Je n’ai pas peur de toi, ma douleur

Tu peux devenir mon amie, ma maîtresse

Accueillir ma douleur…

Accueillir aussi ma force. Traverser ma douleur

Pour retrouver l’abri, la forteresse imprenable !

 

Laisser le temps faire son œuvre

S’ouvrir aux rencontres.

Ne pas cultiver la haine ou la rancœur

Les laisser simplement s’épuiser, se vider

Jusqu’à la dernière goutte

 

Savoir marcher en boitant ou en rampant s’il le faut, un temps…

Reprendre force dans les oasis improbables

Goûter à nouveau la saveur de l’Amour, de la confiance, de la Joie

Laisser la Joie te surprendre, fine mais étincelante

Comme un rayon de lumière

 

Soigner ses blessures

Poser les armes

Goûter la paix…

Laisser surgir la joie d’être Vivant !

 

Jean-Michel Anot, formateur agréé PRH

 

9 réflexions sur « SOIGNER ses blessures… »

  1. A ces lignes, j’entends la Sagesse me parler avec douceur, respect, bienveillance, subtilité… et finalement joie d’accueillir un Abaissement qui me dépasse.

  2. Je souhaitais  » guérir DE mes blessures  » et j’ai découvert lors d’une session comme une parole intérieure que je suis guéri PAR mes blessures.
    le soin, la guérison, la santé est  » plus grand  » que les blessures.
    Merci Jean-Michel de me donner l’occasion de partager cela à partir de ton expérience.

  3. Je me sens lâcher ma peur à regarder mes blessures,
    et entrer, de plus en plus,
    dans la bienveillance vis-à-vis de ces blessures, vis-à-vis de moi.
    Toutes vos paroles m’y guident : merci.

  4. Merci pour ce beau texte que je sens plein de vérités très importantes pour bien mener sa vie!
    Je découvre de plus en plus à quel point l’expression créative m’aide à accueillir les émotions difficile à vivre et souvent après une première expression je peux aller plus loin et toucher aux richesses de mon Être. Encore ce matin, la tristesse m’a guidé dans le beau jardin de ma sensibilité et de mes qualités de coeur. J’aurais voulu vous partager mon dessin, mais je ne vois pas comment faire au niveau technique.

  5. Merci Jean-Michel de ces humbles mots… de ce chemin proposé
    Accueillir, traverser, laisser le temps faire son œuvre
    Ma douleur parle de moi, de ma vie
    C’est ma vie qui n’en peut plus … qui gémie… qui pleure… qui se révolte
    Parfois la résignation est là, le découragement,
    Mais inexorablement la vie pousse vers la lumière.

  6. Guérir « par » mes blessures est un Chemin qui me parle…chemin qui nous mène vers notre unicité…en effet la blessure, à sa racine, est toute proche de l’être, elle le « touche »: elle vient frapper le plus précieux de qui nous sommes, le plus unique, le plus spécifique. Nous laisser ainsi conduire par la blessure, pouvoir la nommer , la parler, y exister debout et conscients, vient nous dévoiler peu à peu, nous révéler peu à peu le coeur même de notre être dans sa Beauté unique …Unicité que nous n’aurions sans doute jamais « Vue », sentie, recueillie si nous n’avions pas pris ce chemin-là….Chemin « inédit » , austère parfois, mais porteur d’un déploiement insoupçonné.

    1. Merci Nicole pour ce témoignage qui me touche au plus profond de moi;
      Chemin et Etre : 2 mots qui reflètent le fil conducteur de ma vie
      les blessures , quand on les soigne, nous permettent de trouver un nouveau chemin , chemin de paix avec soi même , les autres, chemin de réconciliation; pour cela prise de distance, recul, le pas à pas, accepter ce trajet et au bout cette légèreté, cette harmonie avec soi et les autres et enfin la liberté , la liberté d’Etre

  7. Bonjour J Michel et merci pour cette magnifique ode à la confiance, à la Joie d’être vivant; de plus, les illustrations sont superbes. J’ai la chance d’être bien accompagnée pour continuer à soigner mes blessures (celles de mon enfance si nombreuses). Mon compagnon, pour l’instant reste blindé, cuirassé (ce sont tes mots et ils sont si justes!): je me sens impuissante à côté de l’être aimé qui ne veut/peut pas se reconnaître vulnérable. Je vais diffuser ce texte autour de moi car il va faire du bien, j’en suis certaine,à de nombreuses personnes qui se (re) mettront en chemin pour soigner leurs blessures! Avec mon meilleur souvenir ,je te souhaite une belle année à venir. Denise du Finistère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s