L’imperfection, un bien nécessaire à la vie

Il y a quelques jours, je contemplais mes deux petits-enfants, je m’émerveillais de leur unicité. Frère et sœur issus du même père et de la même mère, ils sont pourtant si différents l’un de l’autre non seulement dans leur personne mais dans leur relation à la vie, à l’apprentissage, à l’environnement.

En les regardant, je sentais en moi combien la vie foisonne d’unicité, combien la vie se dit à chaque fois d’une autre manière, combien la vie ne se répète jamais.

Comment cela est-il possible ?

chatvan13-480x319
cliché : ecoleduchatdedrancy.forumgratuit.org

Comment fait-elle, la vie, pour se dire de manière unique à chaque fois ?

Comment fait-elle, la vie, pour ne pas se répéter après avoir déjà engendré des milliards d’individus de la même espèce ?

Une ébauche de réponse monte en moi : elle réussit ce tour de force grâce à l’imperfection, grâce aux « à peu près », grâce aux approximations successives qui ne se répètent jamais à l’identique.

Mais quel bonheur de constater que l’imperfection est une qualité si grande, si essentielle, si fondatrice de la vie elle-même !

Je me sens comme attiré par cette imperfection de la vie, comme invité à la fréquenter, à l’aimer, à la chérir, à m’en réjouir.

L’imperfection est un puissant moteur de mon avancée en humanité.

Je suis imparfait, mais quel bonheur, quelle chance m’est donnée.

L’imperfection est source de la vie, source du progrès, moteur de mes motivations à avancer.

Oui je me sens invité à aimer l’imperfection, à m’élargir intérieurement pour lui faire plus de place, pour l’accueillir dans ma vie comme constitutive de mon élan vital et non pas comme opposée à cet élan.

phovoirLa vie est imparfaite, tant mieux. Ma vie est imparfaite, bénie soit ma vie.

Tout proche de l’imperfection se tient en moi l’humilité et l’acceptation du réel. Plus j’aime l’imperfection chez moi et chez l’autre, plus je la contemple au lieu de la fuir, plus je grandis en humilité et en acceptation du réel tel qu’il est : imparfait mais perfectible.

La vie m’invite à changer de lunettes, à modifier mon regard, à regarder le réel d’un autre point de vue, à commencer par mon réel à moi, par la réalité de ma vie, de mes engagements, de mes liens, des images qui s’interposent encore entre le réel et moi. La vie m’invite à m’aimer jusque dans mes imperfections, elle m’invite à m’aimer d’abord dans mes imperfections, la vie m’invite à ce que je m’aime dans l’entier de qui je suis aujourd’hui, dans l’entier de ma personne.

Quel changement, quel remue-ménage intérieur. Je sens que mon intelligence rechigne, que ma tête résiste à ne plus juger en bien et en mal, en bon et en mauvais. La voilà confrontée à ses croyances. Elle ajoute même une pointe de doute en insinuant que si je m’aime imparfait je ne vais plus rien entreprendre pour m’améliorer.

Mais non, j’ai des convictions profondes, j’ai des aspirations profondes, j’ai besoin de changement dans ma vie, d’évolution pour me sentir heureux. Je peux compter sur ma conscience aussi pour m’orienter correctement, elle l’a déjà fait à maintes reprises.

Mon corps a besoin aussi de mouvement, de progrès, il peut me soutenir positivement.

Ma sensibilité progresse, je sens bien qu’il y a encore des zones plus fragiles qui reçoivent l’imperfection, les difficultés, les échecs, la contradiction comme sources de réactions exagérées. Tout n’est pas guéri en moi. Mais elle a aussi une capacité à accueillir l’imperfection sans se braquer ou disparaître. Je peux aussi compter sur cette capacité sensible à ne pas se laisser démonter par des reflets blessants, critiques, négatifs.

Je me rends compte que ce sont tous les aspects de ma personne qui sont invités à revisiter ma relation à l’imperfection.

Si j’aime la vie comme je le prétends, cela implique que j’aime aussi l’imperfection et que je m’en émerveille. L’imperfection n’est pas un mal nécessaire, elle est un bien nécessaire et indispensable à la vie.

Alain Bauer, formateur agréé PRH Suisse

PS.  Commentaire de notre illustrateur : « Voyez cette belle « imperfection » de la nature: les yeux vairons du « chat de Van », cette race de chat tout à fait atypique n’existe que dans un endroit au monde, dans la région kurde de Van, en Turquie. Autre « imperfection » étonnante c’est un chat qui aime l’eau et qui sait nager. »

logo la vie nous instruit

8 réflexions sur “ L’imperfection, un bien nécessaire à la vie ”

  1. Merci vraiment! Quelle force de vie! Quelle justesse! votre article vient à point nommé! Je vous suis très reconnaissant. Bonne semaine en union

    *Bien cordialement * Au nom de notre projet et des équipes

    *Stéphane JARNY*

    *Chef d’établissement * *École St Joseph *

  2. Ce qui nous est familier ,c’est bien l’imperfection dans laquelle nous baignons…Elle nous est familière car le monde ,l ‘être humain sont imperfections,même les plus grands savants chercheurs qui ,grâce à elles, ont pu faire naître de grandes avancées scientifiques…
    Je ne m’émerveille pas de l’imperfection, je l’accepte et l’utilise comme tremplin pour grandir …sans atteindre ,heureusement ,la perfection car ma vie serait figée!
    Prh me permet de choisir quelle imperfection a priorité à grandir et m’accompagne sur ce chemin.
    Merci pour vos compétences et votre disponibilité.

    Frrnçoise

  3. merci Alain pour cette belle photo du chat de Van, qui comme tu le dis est l’expression de cette si puissante et magnifique unicité de la nature! comme chaque flocon de neige qui tombe et qui jamais ne cristallise comme son voisin!
    et si nos « imperfections » n’étaient que « l’envers » de notre unicité?
    Imperfections qui m’appellent et me poussent sans cesse à devenir davantage encore et encore cet unique de création qui est là depuis toujours? qui me tracte et qui m’appelle pour incarner toujours plus loin cette Beauté mystérieuse, celles des beaux yeux du chat si parfaitement ré-unis dans son regard unique? Merci de m’inviter à faire en moi ce lien entre unicité et limites, unicité et « imperfections »…Nicole LM.

  4. Quelle audace de parole; c’est pour moi plein d’espérance et comme ça fait du bien d’accueillir l’imperfection sans chercher à la combattre ou à la cacher…

  5. Merci Alain pour cette humanité partagée, à travers ton analyse je ressens la douceur de l’acceptation et la solidité au réel. Que d’énergie gagnée que d’accepter ces imperfections… Énergie qui peut alors être au service du « perfectible »!
    Dans cette acceptation des imperfections, je sens en moi amour, tolérance, souplesse de l’esprit et ouverture intérieure… Comme si un verrou avait sauté! Quand le regard change, la vie change… Merci.

  6. Merci beaucoup Alain pour ce très beau texte.
    Qu’il est bon, ainsi, de me poser un moment et de prendre le temps de regarder ma relation à l’imperfection, de la sentir comme source et moteur de vie, plutôt que comme objet de critique.
    Changer de regard… tout simplement…
    Merci pour la justesse de ce que tu écris,
    Merci pour ce nouvel élan, pour cette nouvelle orientation du regard que je peux porter sur ma vie, sur les autres et sur moi-même.
    Olivier

  7. Merci cher Alain!
    Je pensais souvent que l’imperfection était salvatrice et porteuse d’espoir. Elle aide à se rapprocher de ce qu’on est réellement et donc nous aide à grandir.
    Merci beaucoup!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s