Se mettre debout

La relation d’aide, cela aide à se construire en profondeur, à se mettre debout, dressé à partir de la colonne vertébrale de ses réalités d’être, constituées de potentialités de qualités, de capacités, de dons qui font de chacun de nous un être unique.

RA CG ET BD

Et ce n’est pas simple, de se mettre debout.

phpers-beb-001-012_A4Avez-vous observé comment un enfant qui apprend à marcher ? Il a d’abord besoin d’une main solide pour le maintenir et le conduire au début, d’encouragements pour surmonter sa peur, de félicitations pour chaque pas fait seul, de consolation après chaque chute, et d’encouragement, à nouveau, pour se relever et recommencer.  

Copie de mopers-fam-056-041_A3La relation d’aide PRH, c’est un peu la même chose. La personne aspire à avancer seule, et paradoxalement c’est pour cela qu’elle vient demander de l’aide. Car c’est difficile de se défaire d’habitudes bien ancrées, de principes, de conventions dictées par son milieu. Chacun a besoin d’un lieu de sécurité pour se risquer, déjà, à parler de ses aspirations profondes. Puis d’encouragements pour poser des pas d’existence. Les chutes sont fréquentes, on ne réussit pas chaque fois que l’on tente d’exister en fidélité à un « moi profond » encore vacillant. Mais quoique la personne vive, l’aidant a vu ses aspirations, son potentiel, et a foi dans sa capacité à se dresser. Il conserve ce regard confiant, quoiqu’il arrive. Il ne s’impatiente pas des échecs, il accueille les chutes, aide à contourner les obstacles sur le chemin. Parce que lui-même a fait ce même chemin et qu’il connaît les mécanismes de la croissance, il vitalise la personne. Oui, ce chemin est accessible, à condition de l’aborder avec patience, bienveillance, humilité… et de mettre en pratique les outils PRH.

Et puis, de pas en pas, la personne s’affermit. Ses réalités d’être se sont musclées, elle peut avancer en autonomie. Le recours à l’aidant se fait de plus en plus espacé et un jour, il n’est même plus nécessaire. La personne peut lâcher cette dernière sécurité. L’essentiel transmis demeure en elle : elle a intériorisé les lois de la croissance et a fait sien ce regard d’amour et de confiance que l’aidant a porté sur elle. Elle peut désormais marcher, et même courir à la rencontre de sa propre vie.

PRH a une approche spécifique de la relation d’aide. Pour la découvrir, lisez l’article de Michel Lamarche, ancien formateur PRH et rédacteur principal plusieurs de nos ouvrages 

Marie-Pierre Noguès-Ledru, collaboratrice PRH

2 réflexions sur « Se mettre debout »

  1. Bonjour, oui la relation d aide est puissante dans la résolution de ses propres difficultés, pour y voir plus clair sur un discernement, pour avancer sur un questionnement ou pour gouter à ses potentialités. L aidant est tourné vers l aidé pour l accompagner et le soutenir. C est un cadeau à partager. C est du baume au coeur necessaire en ces temps de souffrances tourbillonnaires.

  2. Merci Marie-Pierre, j’aime ce parallèle avec l’enfant qui apprends à marcher ! Et merci pour ces belles attitudes fondamentales à vivre et à re-vivre sans cesse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s