La période est rude

La période est rude, quand nous vivons soumis à l’incertitude provoquée par un virus très contagieux, qui a déjà tué plus d’1,1 million de personnes dans le monde.

Quand les restrictions de circulation et de liberté pour se protéger mettent à mal des pans entiers de notre économie.

Quand il n’est plus possible de rencontrer des amis ou d’embrasser nos proches.

La période est rude, quand des idéologies meurtrières poussent au crime de jeunes hommes immatures, et entraînent des minorités dans un fanatisme violent.

La période est rude, quand le combat politique vire au combat de coqs, quand l’ambition pour le pouvoir prime sur le service de l’intérêt général, quand l’invective et l’insulte l’emportent sur le débat d’idées, quand les postures de communication sont plus importantes que les faits, quand les rumeurs sont davantage crues que la réalité.  

La période est rude, quand ce qui fonde notre vivre ensemble semble vaciller sous les coups de boutoir des revendications individuelles ou catégorielles.

Quand parfois la loi du plus fort ou du plus violent semble primer.  

La période est rude, quand la surconsommation abime notre planète.

Quand notre mode de vie altère le climat, et les possibilités des générations futures de vivre dans des conditions aussi bonnes que les nôtres.

La période est magnifique, quand les êtres humains ne se résignent pas.

Quand les soignants se donnent sans compter pour sauver des vies. Quand les pouvoirs publics, des décideurs, des associations cherchent des solutions pour minimiser les conséquences de la crise et mettent en œuvre des solidarités inédites.

La période est magnifique, quand une nation se rassemble pour dire non au fanatisme et à la violence, oui à la liberté de penser et à l’éducation.

La période est magnifique, quand d’innombrables bénévoles œuvrent dans des myriades d’associations au service du vivre ensemble, de la solidarité, de la connaissance, de la rencontre et du partage…

La période est magnifique, quand des jeunes se dressent pour inventer de nouveaux modes de vie plus respectueux de la planète. Quand des personnes de tout âge travaillent sur elles pour apporter au monde le meilleur de ce qu’elles portent en elles.

La période est magnifique pour chaque sourire, chaque geste de générosité, chaque parole constructive, chaque instant de contemplation de ce qui est beau et bon autour de nous.

—————————–

Selon une légende amérindienne, un vieil indien parlait ainsi à ses petits-enfants :

« Il y a un grand tourment en moi.

Deux loups s’affrontent dans mon âme.

Un des loups est méchant, violent : il est la peur, la colère, le mensonge, la cupidité, l’arrogance, le découragement.

L’autre est bon : il est la joie, la contemplation, la paix, l’amour, le partage, la confiance. 

La même bataille entre les deux loups se joue en chacun de nous… ».

L’un des enfants prit la parole : « Grand-Père, lequel des loups va gagner ? »

« Celui que tu nourris », répondit le vieil homme.

 

Régis Halgand, Président de PRH France

12 commentaires sur « La période est rude »

  1. Merci, Régis, pour cette magnifique ‘méditation’. Oui, c’est ainsi que je le reçois, une méditation/contemplation. Où vais-je choisir de laisser se poser mon regard? Sans me voiler les yeux sur le reste, par quoi vais-je choisir de me laisser imprégner ? Je sens combien il s’agit bien de choisir, de ne pas me laisser emporter par les vents dominants des médias, de chercher ceci pour ne pas être dominée par cela. Ce qui parfois demande de l’énergie parce que ces temps difficiles nous impactent directement aussi. Choisir chaque matin de nourrir le bon loup. Chaque matin.

  2. Merci Merci Régis pour ce magnifique article bienvenu qui va m’aider à voir le positif du monde et nourrir le bon loup en moi !

  3. Cela me rappelle l’opposition mentionnée par l’apôtre Paul (lettre aux Galates) entre le fruit de la nature humaine et le fruit de l’Esprit: lequel des deux je choisis de faire grandir en moi ?

  4. oui, merci, Régis et que nous n’hésitions pas à nous partager ces moments qui « nourrissent notre bon loup « . je vous partage la paix et la sérénité joyeuse qui m’envahissent quand je contemple un tout petit enfant endormi!

  5. Laissons prendre la place au bon, goutons le bon.
    Hier nous avons eu une rencontre des formateurs/collaborateurs/bénévoles en Ile de France. Nous avons pu gouter le bon de cette rencontre : Partager nos chemins, nos engagements. Regarder vers le futur. Nous réjouir ensemble de l’arrivée de Chantal Verzaux en tant que formatrice agréée PRH. Merci à la technique pour avoir permis à celles qui n’ont pu se joindre à nous, d’être présentes. Je goute aujourd’hui à ce bon en moi de notre rencontre.

  6. Période à la fois rude et magnifique où se côtoient désespoir et espoir…
    Lire cet article ravive ces images et ces discours vues et entendus lors de l’ hommage national au Professeur assassiné. Que je me suis sentie submergée de tristesse, émue et en lien étroit avec la communauté éducative ! Mais quel espoir renaît « quand une nation se rassemble pour dire oui à la liberté de pensée et à l’éducation.  »
    Victor Hugo, dont la statue orne l’entrée de la cour d’honneur de La Sorbonne, n’est-il pas une invitation à espérer ? Je me suis sentie invitée ce matin à relire dans le recueil: » Les rayons et les ombres » ce poème :
    « Fonction du poète « où, Victor Hugo lui-même, décrit la mission du poète dans l’ histoire ,celle d ‘être guide vers la lumière.
    En voici quelques extraits

    ………………………………………………………………

    Le poète en des jours impies
    Vient préparer des jours meilleurs.
    Il est l’homme des utopies,
    Les pieds ici ,les yeux ailleurs.
    C’est lui qui sur toutes les têtes,
    En tout temps, pareil aux prophètes ,
    Dans sa main, où tout peut tenir,
    Doit,qu’on l’insulte ou qu’on le loue,
    Comme une torche qu’il secoue,
    Faire flambloyer l’avenir !
    ………………………………………………………
    Il rayonne! Il jette sa flamme
    Sur l’éternelle vérité !
    Il la fait resplendir pour l’âme
    D’ une merveilleuse clarté
    Il inonde de sa lumière
    Ville et désert, Louvre et chaumière
    Et les plaines et les hauteurs,
    A tous d’en haut il la dévoile ;
    Car la poésie est l ‘étoile
    Qui mène à Dieu rois et pasteurs.

    ……………………………………………………………………
    Victor Hugo

    La poésie est une amie ,elle est le langage du cœur et suscite l’espoir Elle nous fait rejoindre la beauté de notre être.

    Merci à vous Régis.

    Françoise

  7. j’ai beaucoup aimé ce texte qui me met devant l’amplitude du réel avec tout le « rude et tout le magnifique . Il est si facile de s’étendre sur le rude perdant de vue le magnifique .
    J’ai été surprise par l’articulation avec l’histoire des 2 loups .
    Ma responsabilité personnelle dans ce moment collectif »: quel est le loup que je nourris? »
    j’ai partagé cet article à une connaissance
    merci

  8. Merci, Régis, pour ce rayon de soleil que tu nous invites à accueillir, au milieu de tout ce qui risque de nous ensevelir dans les ténèbres. Notre liberté est là de faire le choix de ce qui nous met en vie.

  9. Merci Régis,
    Merci pour cette justesse dans ces constats si réalistes
    Merci pour la beauté de cet écrit et je me sens émerveillée par cette belle authenticité !
    Merci de nous ouvrir aussi profondément aux choix que nous faisons au quotidien.
    Cela m’amène à encore plus de conscientisation dans mes choix.
    Une amie me disait il y a quelques années que tout acte posé a des conséquences sur le monde entier et cela m’a déjà amené à une responsabilité plus grande dans mes attitudes, mes comportements, ma parole.
    Je me sens encore très vulnérable mais ce qui me paraît important c’est de pouvoir me pardonner et d’essayer de pardonner à toutes ces personnes qui ne savent pas encore.
    Cette semaine j’ai vu une photo où un homme aidait un autre homme à monter sur un sommet. J’aimerais vous la partager mais je ne suis pas douée en informatique !
    En tous les cas je sens toujours une émotion de gratitude quand les humains se donnent la main corporellement ou en esprit pour aller ensemble de l’avant pour plus de paix, de joie, de bienveillance, de patience, de Bonté, de douceur, de fidélité, de maîtrise de soi.
    Merci pour ce magnifique texte
    Je goûte !!

  10. Cher Régis,
    Vos observations sur les canidés réveille cette vieille maxime « l’homme est un loup pour l’homme », le travail des historiens nous montre la mesure des ravages commis par l’homo sapiens, sans doute depuis son apparition, cela semble immuable. A ce profond mystère je ne peux m’empêcher de citer James Baldwin « Chacun de nous, inéluctablement et à jamais, contient l’autre – il y a de l’homme dans la femme, de la femme dans l’homme, du Blanc dans le Noir, et du Noir dans le Blanc. Nous sommes une partie de chacun. Beaucoup de mes compatriotes semblent trouver cela très malcommode et même injuste. Mais personne n’y peut rien. »
    Peut-être que la contemplation du travail de Pierre Soulage, lève un léger voile sur la complexité de nos existences.
    Magnifique perception de l’artiste…

  11. Oui merci Régis ! Quels privilèges d’apprendre peu à peu à choisir … d’heureux choix pour plus de Vie.
    Léger bémol sur la légende amérindienne : Cesser de cataloguer la colère dans un ‘mauvais choix’ a été grandement libérateur dans mon cheminement. L’apprivoiser, faire le tri entre ce qu’elle révèle de puissance de vie et/ou ce qu’elle cache comme force de destruction est incroyablement source de croissance ; Pour de vrais choix, en conscience, bien positionnée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s