Quelle pêche, ce matin !

Ce samedi matin, me voici au petit déjeuner avec ma fille Manon. Nous ne nous sommes pas vus depuis 15 jours. Arrivés chacun durant la nuit, nous nous accueillons autour de thé, café et des tartines. Nous ne sommes pas bien réveillés, mais une joie palpable est là. Très vite l’échange s’amorce. Manon parle du programme de ses deux dernières semaines. Je l’écoute, je réagis. Très vite, elle m’arrête et me lance : «  Quelle pêche, tu as ! ». Pourtant, la sensation que je perçois le plus, est surtout ma fatigue physique. Ma nuit a été courte, la semaine bien pleine.

Mais elle reprend : « Ah oui, quelle énergie ! ». Je suis surpris de son constat. De quoi me parle-t-elle ? Que voit-elle de moi que je vis à mon insu ?

Je me rends attentif à moi et à cette énergie qu’elle perçoit bien au-delà de mon état physique. Au travers de mon regard, de mes réactions, elle perçoit mon élan de vie. Elle perçoit une vibration de la vie qui est bien présente en moi.

Dans l’instant, je m’attarde alors à ce dynamisme qui ce matin a une couleur, une densité, une présence nouvelle. Effectivement, je le sens bien présent dans ma joie de retrouver Manon et de partager un moment privilégié, dans mon bonheur de papa de la sentir heureuse, dans mon émerveillement devant elle qui rayonne. En m’y rendant attentif, Je sens un flux de vie qui vibre en moi comme une musique de fond qui prend plus de densité au fur et à mesure que je le conscientise.

Dès lors, durant ma matinée, je me fais attentif à cette énergie qui me traverse. Je la perçois dans mon acuité aux petits bonheurs du quotidien qui m’entourent : le chant des oiseaux, le soleil qui joue à cache-cache avec les nuages pour offrir sa lumière et sa chaleur.

Je n’ai pas la pêche, mais « la pêche » me traverse. Cet élan de vie irrigue toute ma personne et me porte malgré mon corps fatigué. Cette présence que je reçois et qui me dépasse m’émeut. Je me surprends à chanter. Je souris intérieurement face à ce jaillissement de vie. Je sens une fluidité en moi.

Ce samedi matin, j’aurais des milliers de choses à faire, mais ma tête ne met en place aucun programme. Elle est à l’écoute de mon intériorité. Je vis l’instant présent. Les choses à faire viennent à ma conscience, je les accueille avec souplesse et fluidité. Quand je passe à l’action, il n’y a pas de poids, pas de pression de devoir faire. Ce matin, je me prends d’une manière renouvelée. On est samedi, rien ne presse… J’aime cette sensation de bienveillance envers moi et de paix intérieure.

Je ne suis pas inactif. Dans ce mouvement vers l’action, je sens que toute ma personne participe à mes choix. J’écoute ce que je vis et ressens pour vérifier si l’appel intérieur à faire ceci ou cela est possible et n’arrête pas l’élan de vie en moi. Plus je m’engage dans des actions à partir de mon être et dans cette écoute intérieure, plus je sens grandir la joie douce d’être pleinement vivant. Je m’engage même des actions inattendues qui me surprennent, comme prendre le temps de rédiger cet article pour le blog PRH.

Avant de quitter la maison en fin de matinée, Manon revient à la charge :

– « Et toi, qu’as-tu fait pour avoir une telle énergie ?

– Moi, je viens simplement de vivre avec mes collègues le stage « Oser être moi ».

Philippe Charrier, formateur agréé PRH

 

10 commentaires sur « Quelle pêche, ce matin ! »

  1. J’aime cette article qui me rejoint beaucoup : « être en mouvement dans l’action avec une sensation de bienveillance et de paix intérieure « . Merci pour la joie ressentie à le lire

  2. Qu’est-ce que j’entends en lisant ton article Philippe : souffle de vie, élan de vie. Tu te laisses conduire par ce souffle qui t’habite et tu me donnes envie de me laisser traverser par cette énergie, cette envie de vivre. C’est contagieux la Vie.

  3. Comme il est beau, ce témoignage ! Comme il est simple ! Il invite à des actions, enracinées dans une bienveillance à soi, ce qui est loin d’être toujours simple…
    Et la photo du groupe des animateurs irradie de vie ! Merci !

  4. Quelle magnifique photo ! Quelle belle équipe vous formez… Merci pour ce que vous dégagez, de la joie, de la bienveillance, de l’amour. Merci pour ce que vous êtes et tout ce que vous nous offrez…
    Ophélie.

  5.  » La pêche » ,  » la patate » ,  » la banane » … sont les fruits de ton travail et de ta fatigue. En plus, tu as la « grâce » pour que cela t’arrive à ton insu. Il faut vraiment oser être soi et bravo Philippe !

  6. Quand mes proches me parlent de mon énergie :
    y suis-je attentif, attentive ?

    Je n’avais jamais pensé que je pouvais y faire attention,
    trop souvent rivé-e sur « l’état de mes pneus » (=ma fatigue),
    plutôt que de m’intéresser à mon « carburant intérieur » !?!

    Quelle belle relation entre Manon et son papa ;
    un pur moment d’authenticité, de retrouvailles,
    de dialogue simple et vrai. Bravo.

    Et merci à Manon d’avoir stimulé son papa.
    Et merci au papa pour ce partage.

Répondre à francois.jurbert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s