13 réflexions sur “ Une pause ”

  1. Objets faits de main d’homme, qui ont vécu et servi et dont la beauté m’émeut. Vieille maison, sans doute vide désormais mais où il reste des traces de ceux qui l’ont habitée. Photo qui crée en moi la nostalgie de mon enfance, mais une nostalgie heureuse car pleine de souvenirs et de bonheurs

  2. Que faire de ces paniers sortis du grenier de la grand’mère récemment décédée ? Faut-il les faire disparaître d’un coup de balai ? Ils semblent dire qu’ils ont une mémoire. Et en mémoire de cette grand’mère et des générations passées, il a été décidé de trier soigneusement l’intérieur de la maison, de donner à chacun des objets une destination intelligente et respectueuse, et de rendre aux paniers une utilité décorative. Quant au balai, il pourra être vendu avec la maison, car il en connaît tous les recoins.

  3. Contemplo… y crece en mi la admiración ante lo sencillo de la vida, con su cotidianidad hecha de cosas simples, profundas, bellas: el hogar que podemos construir donde estamos y es oportunidad de compartir la vida, las herramientas y cosas de nuestro entorno que nos acompañan y el silencio que nos reencuentra con nosotros mismos y nos abre más allá..,
    Gracias Isabellet!

  4. en rénovation …. volonté de faire du tri, d’élaguer, de donner une nouvelle dimension à son intérieur. Mais l’intérieur de mon sweet home n’est -il pas représentatif de mon intérieur à moi??? Alors je suis en chemin et cela a bon goût…

  5. en contemplant cette image, première sensation j’étais gênée par la coupure de cette fenêtre par son sommet ensuite moins gênée par l’opacité de la lumière derrière cette fenêtre mais j’étais attirée par ce livre, le fait de le voir ça m’a réjouit et ça m’a rassuré car l’image de ce livre a éveillé en moi la sensation que c’est le mien et les feuilles de papier qui sont à côté et même au fond je sens que l’espoir de mon rêve se concrétisera un jour, je n’ai qu’à persévérer dans ce sens.
    Ce mur représente pour moi le support, le socle de ce que contient cette fenêtre, malgré sa défiguration, je le vois solide, je vois clairement ses grosses pierres et ceci est aussi réconfortant pour moi.
    Par contre le panier le coffre et le balai que je trouve beau, et que j’ai toujours aimé, me resituent à une certaine époque de mon enfance que j’aimerai bien me retrouver.
    Merci.

  6. Balayer devant ma porte! quelle belle chose que de faire en soi la vérité peu à peu. Mais c’est toujours à recommencer! Et c’est très bien ainsi!

  7. Je vois une maison encore habitée par une grand-mère peut-être très âgée. Par la fenêtre, un annuaire ou un colis juste déballé. On y fait ou elle y fait du rangement : c’est une vie qui paraît « pauvre », mais qui me frappe et me touche par sa simplicité… la vie n’a pas toujours un objectif et son but est aussi dans le quotidien mené tranquillement, sans doute dignement. Tendresse de ce moment anodin. Cette image me restera comme une invitation à ne pas me hâter, à tâcher d’honorer tous les petits moments de ma vie.

  8. Cette image me renvoie à ma propre image avant de connaître la formation PRH: mon intérieur un fouillis comme ce que je perçois à travers la fenêtre et toute mon énergie concentrée sur mon aspect extérieur pour paraître nette et sans « tache ». Ce comportement me semble bien loin; car je me vis plus authentique et plus sereine. Merci PRH.

  9. Quand je regarde cette photo… mon 1er réflexe c’est de me dire… je n’y voie vraiment rien d’intéressant… une vieille maison décrépie, de vieux objets, du désordre… tout cela a vécu !! La seule chose qui m’attire l’œil, ce panier en osier. J’admire le savoir-faire des personnes qui fabriquent ces objets. J’aime ces tiges flexibles qui se sont laissées entremêlées, résistantes et souples. J’ai moi-même un panier en osier dans ma chambre et très souvent je pense à ces personnes qui patiemment l’ont fabriqué. J’aime le tissage des liens. J’aime être tissée avec d’autres dans une aventure commune.

  10. Je ressens une sensation de Paix devant cette photo. L’image entière rejoint mon intériorité. Ce mur, c’est ma vie, construite avec divers « terreaux », surtout pas lisse et riche de toutes ces « nourritures »reçues, vécues et transformées.
    Derrière ces carreaux, qu’il y aie encore ou non des êtres, la Vie est toujours là.
    Ce balai, bienveillant et solide, m’invite à continuer mon chemin d’analyse.
    Quant aux paniers, ils m’amènent à une interrogation que je ressens malicieuse : que vais-je y mettre pour nourrir encore mon Humanité, quels choix vais-je faire pour grandir au mieux avec mes compagnons humains ?
    MERCI pour cette photo et pour la pause qu’elle m’a offerte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s