Un moment de contemplation

La vie est souvent trépidante. Nos pensées s’enchaînent parfois, sans pause.

Nous vous proposons ce matin quelques instants d’arrêt, pour prendre le temps de contempler cette photo d’Isabelle Desoutter.

Prenez le temps d’écouter en vous les résonances de cette photo.

Vous pouvez les partager aux autres lecteurs de notre blog, si vous le souhaitez.

barque

 

13 réflexions sur “ Un moment de contemplation ”

  1. Est-ce un bateau déserté ? Abandonné ? Oublié ?
    Pas à la dérive en tous cas… Ancré !
    Silence.
    Bateau en attente ?
    Mais la rive n’est pas si abordable que ça !
    Silence.
    Laisser le temps de contempler… d’écouter… de sentir… de grandir…
    Sourire.
    Qui veut voguer trouvera le passage pour y accéder !!

  2. Quelle tristesse cette photo!

    Cette barque esseulée, qui semble bien fragile avec ces sièges de bois fissurés, sa couleur rougeâtre délavée, si fade…

    Et puis ce rivage peu accueillant,désert, boueux,sans accès facile…aux couleurs ternes…

    Quelle résonance d’abandon!!!

    Ce temps d’arrêt ne me fait pas de bien et ne m’invite pas du tout à la contemplation.Il accentue le réel et n’invite pas à rêver. ..

    Françoise

  3. je vois la barque en travers du courant, lui faisant barrage et retenue comme attachée à la rive.
    j’aurais envie de monter dedans , de couper le fil qui l’attache à la rive, de la laisser en douceur se mettre dans le sens du courant puis de naviguer tranquillement portée en confiance par le fleuve.
    mon « rêve fou » d’aujourd’hui, en quelque sorte…
    merci Isabelle.

  4. Rose, la barque, presque rouge, comme le sang, la vie.
    Le sang circule. La barque est posée, là, en attente, disponible, prête à l’embarquement.
    Suis-je moi-même cette barque toujours prête à naviguer, à prendre le large ? mais aussi, capable de rester stable, immobile, silencieuse…?

  5. les vacances ! bientôt bientôt cette sensation de liberté sur l’eau , fini le stresse, les attaches , aller à l’aventure vers de nouveaux horizons ! Agnès

  6. Il fait beau ! Ma barque m’attend. Une petite brise crée du friselis sur l’eau de la rivière. je suis allé m’allonger dans l’herbe un peu plus loin sur la rive. Je marque une pause…
    Je contemple le ciel et me repose. J’ai ancré ma barque face à la rive. Elle aurait bien besoin d’un coup de peinture mais cela ne l’empêche pas de naviguer et de me transporter là où je veux, au moment où je le déciderai. Je suis bien. J’entends le léger clapotis de l’eau et des oiseaux chantent autour de moi. Je fais une pause…
    Dans le cours de ma vie si bien remplie, il est bon de s’arrêter, de faire le point, de me remplir de ce qui m’entoure, d’écouter les bruits autour de moi.
    Même si ma vie est très active, je ne me sens pas agité. Comme ma barque, je me sens ancré en moi, présent dans ma vie, vivant… Et pour vivre encore plus pleinement, j’ai besoin de ce temps de repos, d’arrêt auprès de cette rivière. Ma barque m’attend. Moi, je fais une pause…

    Merci Isabelle pour ce temps de pause

  7. Sans peine je me l’avoue : ‘ je n’aime pas cette photo’,
    plus je la regarde, plus je la trouve dépourvue d’esthétique, ‘plate’ diraient nos frères québécois..
    Déçue, presque agacée par la non-attractivité de l’image sur moi,
    d’un clic je me soulage de sa vue
    …sans toutefois me soustraire à ce fin ressenti d’indigence
    que m’imposent tant la berge sans charme que l’embarcation délaissée.

    Sans convocation s’en viennent alors des visages
    de gens aimés ou tout juste entrevus
    fatigués, malades, ridés,
    privés d’apparente utilité
    Telle la barque
    frêle, nue, démunie
    et cependant si discrètement disponible…
    Ils s’en viennent chez moi, visiteurs imprévus
    ces gens ouverts
    aux humbles possibles
    de l’esquisse d’un sourire en guise de bonjour
    du doigt qui caresse pour dire ‘je comprends’
    de la larme à la tendresse échappée

    Ils s’en viennent
    Précieux présents de la pauvreté libre
    Inestimable don de la faiblesse sans rancœur…

    Toi la fragile esquif
    Merci d’être
    ‘La simplement offerte’

    Brigitte F.

    1. Votre témoignage,Brigitte,me fait du bien à l’aube de ce premier jour de l’été. ..
      La beauté ,source de contemplation ,n’est pas toujours là où on la voudrait,là où l’on a l’habitude de la voir.Etre démunie momentanément m’invite à contempler ces amies qui m’offrent leur disponibilité et par ricochet leurs trésors d’humanité si bien cachés mais si vrais…
      Cette fragile barque est peut être un cadeau pour apprivoiser ma propre fragilité et pour regarder avec compassion celle des visages rencontrés.

      Merci.

      Françoise

  8. Cette barque me rappelle une excursion matinale dans la jungle de java, en Indonésie. Le chant des oiseaux m’avait impressionnée. Tant d’oiseaux inconnus chantent et s’activent, avant les hommes ! C’est un moment où le niveau sonore de l’activité des hommes ne couvre pas la nature, où l’homme vit au rythme de la nature, dans son sein. L’air est presque frais, hommes et bêtes, nous respirons.
    La nature et son rythme se rappellent à moi. Je suis seule, disponible, présente. L’odeur des lys près de moi m’apaise et me ravit. C’est un moment à moi.
    Que s’est-il passé en moi, en Indonésie, qui ne me quitte plus, et qui se rappelle par cette barque ?
    Là-bas, c’est toute la nature qui est luxuriante, jusque dans les villages. J’ai revu l’homme au coeur de la nature, et cela m’a touchée. J’ai entendu le coeur de la nature battre près du mien. La beauté de la nature s’offrait là, chaque matin, et mon coeur bondissait de joie devant pareilles couleurs, devant ces formes inconnues. Mon coeur s’éveillait à cette nature. Je me suis trouvée bien. Je me suis épanouie à mon tour, j’étais connectée à une source de vie qui m’emplissait de l’intérieur. Un chemin s’est ouvert entre la nature et moi, un lien si fort qu’il se rappelle à moi aujourd’hui, alors que je n’en avais pas pris conscience là-bas.
    Je me sens loin de ce pays, à mille et mille de là-bas. Mais mon coeur n’a pas oublié. Je me réjouie de ce souvenir qui fait désormais partie de moi, auquel je peux me relier. Je suis nourrie par cette source ici aussi fort que là-bas. Je me sens profondément vivante et enracinée dans ce monde. Un amour m’emplit, pour tout ce qui est là, et qui vit avec et autour de moi. C’est une force incroyable pour commencer cette journée !

    1. Je suis très émue par tout ce que tu dis là, Claire-que-je-ne-connais-pas… Tout le chemin que fait cette barque à partir d’une photo, de l’Indonésie à ici, jusqu’à cette source qui est en toi… et toute la force qui t’habite. C’est ancré, c’est là. ça m’émeut beaucoup ! Merci.

  9. Tranquillite, simplicite, douceur et fraicheur. Cette photo m’invite a me poser et a me laisser bercer par sa simplicite…et c’est bon,tout simplement.

  10. Instant d’éternité

    J’écoute
    La vie palpite
    discrète
    douce
    fine
    Le temps s’est suspendu
    J’entends la musique du monde
    Tout est accordé :
    la brise légère
    le bruissement de l’herbe sur la berge
    l’eau frémissante
    la barque arrêtée
    ma respiration
    Je sens le silence
    Il m’envahit
    Un chant monte en moi
    « Merci »

    Jeanne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s