La nature nous parle

C’est le printemps ! Les feuilles d’un beau vert tendre apparaissent, les fleurs surgissent, les oiseaux redoublent de mélodies joyeuses, les températures remontent… Et j’entends partout dire « ça fait du bien ! », « qu’est-ce que j’aime cette saison ! », « enfin de la lumière ! »… De fait, la vie de la nature nous rejoint. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ?

Le contact et la contemplation de la nature au printemps procurent de la paix, un bien-être profond. On se sent régénéré. Nous ressentons de l’harmonie, parfois de l’émerveillement ou une contemplation. Cela peut provoquer de la joie, de la sérénité, du bonheur… Mais la vision d’une nature désertique ou silencieuse peuvent aussi nous rendre nostalgiques, tristes ou nous faire ressentir une solitude désagréable. La pluie ou la tempête peuvent aussi provoquer des sensations contrastées… Pourquoi toutes ces sensations peuvent-elles être éveillées au contact de la nature ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En bon formateur PRH, je pourrais vous inviter à trouver la réponse en vous, en analysant vos sensations, et arrêter là mon article. Mais, pour ne pas provoquer trop de frustrations, je vous en dis un peu plus. Si la nature éveille en nous toutes ces sensations, c’est qu’elle nous rejoint dans des réalités qui nous habitent.

Au niveau de notre être, il peut y avoir une paix profonde, de la sérénité, de la joie, de l’harmonie, de l’émerveillement, une capacité de contemplation, une force de vie… La nature, comme un miroir, nous reflète ces réalités profondes en nous, et vient les stimuler. Tout comme le formidable dynamisme qui se manifeste dans le monde animal et végétal au printemps rejoint l’élan profond qui habite notre être, et peut-être aussi des aspirations nouvelles, dont nous n’avions pas conscience. C’est pour cela que la nature est très vitalisante, particulièrement au printemps. Il peut y avoir aussi, dans notre sensibilité, des tristesses, des souffrances de solitude ou de désolation que les tourments de la nature réactivent en nous.

Comprendre ce qui se passe en nous est source de croissance. Accueillir et accepter ses mouvements intérieurs nous rend plus conscients, plus libres, plus existants.

Alors, quand nous profiterons de ces belles journées de printemps ou d’été pour goûter les merveilles naturelles qui nous entourent, ayons aussi un œil et une oreille tournés vers ce qui s’éveille en nous : nous allons découvrir des trésors de vie !

Régis Halgand, formateur PRH printanier

Le stage « Corps et ouverture à mon monde intérieur » offre des exercices dans la nature, qui éveillent des sensations en nous, que l’on s’exerce ensuite à analyser. Le stage « Grandir en marchant » propose de grandes marches le matin pour se détendre, avec un moment consacré à des exercices d’intériorisation. Et on prend le temps, l’après-midi, d’accueillir ce qui se passe en soi, pour sa croissance.

17 réflexions sur “ La nature nous parle ”

  1. Merci Régis (formateur prhintannier) pour ce partage vivifiant que je lis à l’aube en entendant les oiseaux qui s’en donnent à cœur joie. Bonne journée à toutes et à tous.

  2. Entourée de champs de colza je m’émerveille de la lumière printanière avec un ciel noir parfois et un jaune miraculeux. Merci Régis pour cet article qui m’incite à continuer ce que je fais et qui me renforce !

  3. Merci de nous rappeler que la nature (dont nous faisons partie) nous parle. Cet article me fait penser à une citation de Victor Hugo : « C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas ». Bon printemps à chacun et chacune.

    1. Non, François, ces photos ne sont pas de Philippe Charrier. Certaines d’entre elles proviennent d’une amie de PRH, qui nous les offre. D’autres proviennent d’une banque d’images à laquelle nous sommes abonnées. D’autres enfin sont accessibles sur internet et sont libres de droits. En tous cas, j’entends que ces photos vous parlent. Merci pour votre commentaire.

  4. Merci Régis pour cet article et ces magnifiques photos qui me donnent encore plus envie de profiter de la nature qui m’entoure ou de celle que je rencontre lors de déplacement. Me poser en elle pour me poser en moi ou me poser en moi pour goûter en repos en elle.
    Brigitte.

  5. Bravo Régis pour cette « fraicheur »!
    Oui, la nature me nourrit et me stimule, sa force me soutient aussi et je rejoints à travers elle la transcendance. Je m’ouvre comme un bourgeon en éclosion et tout est alors possible…
    Carine.

    1. Il serait merveilleux de réaliser que chaque seconde est une chance inouïe pour conscientiser qu’un printemps s’invite dans nos Vies…

  6. Cet article me parle car c’est dans la nature que je me ressource au printemps j’ai besoin de vert et en ce moment nous sommes combles merci pour ce beau commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s