Au clair de la lune…

Au clair de la lune, chers amis blogueurs, voilà bien longtemps que je ne vous ai écrit… Je reprends ma plume car j’ai dans le cœur quelques mots à vous dire, quelques fiorettis glanés en estive dans le plus beau pays du monde (…selon Frédéric Fougea, merveilleux photographe).

PANO_20150731_111120

Je ne vous dirai pas la splendeur des paysages qui m’ont coupé le souffle, non…Je vous parlerai des gens de ce pays, jeunes et vieux, qui, en alternative au chaos, ont choisi de vivre.

Ici, l’auberge de Cathy qui nous emmène au paradis à chaque bouchée de ses recettes, élaborées à partir de produits exclusivement locaux ;

Là, Jeanjean qui a monté son entreprise de bicyclettes, made in France. Il vend peu, mais assez, et c’est de la belle ouvrage. Il gagne juste sa vie, pour lui et ses petits, et ça lui va.

Plus loin, je suis invitée à une grande communion humaine, qui rassemble pas moins de 200 personnes de tous les horizons, culturels et religieux. La fraternité rayonne tout au long de la journée et se propage, de cœur à cœur, d’être à être, à travers des échanges simples et sans apparat.

IMG_2732

Et puis Sol et Yan, qui ont installé face à la chaîne des Pyrénées roulottes et cabanes écologiques ; ils vivent de l’huile d’olive et du jus des pommes qu’ils produisent, ainsi que de l’accueil du passant…avec une grâce bouleversante.

Je pourrais continuer ainsi à l’envi, sans me lasser, de contempler ces femmes et ces hommes dressés dans leur dignité et leur liberté, au cœur d’une société dont ils désavouent les lois inhumaines.

Ce qui me frappe aussi chez tous ceux-là, c’est cette façon unique de se vivre en lien, en réseau, comme s’ils flairaient qu’ils sont de la même espèce, de la même appartenance, conscients que sans l’autre, ils ne peuvent ni ne sont rien.

IMG_3235Alors, aujourd’hui où l’automne grignote sans vergogne ses derniers jours à l’été, aujourd’hui où déferlent sur nous les échos de notre monde malade, je viens vous dire, chers amis blogueurs, que notre chandelle n’est pas morte et que nous avons toujours du feu.

Nous sommes innombrables à nous nourrir au feu de notre source intérieure et à écouter la voix de ce que nous, à PRH, nommons la voix de notre être en croissance, notre conscience profonde.

Alors en avant, oui, comme disait Florin Callerand que certains d’entre vous ont bien connu, tout est en avant !

Je vous souhaite une joyeuse rentrée !

Sylvie Grolleau, formatrice agréée PRH

5 réflexions sur “ Au clair de la lune… ”

  1. Bonjour, Merci pour ce si beau message plein de chaleur… humaine 🙂 où se trouve le lieu dont vous parlez ? Belle journée Marie-Claire

    Le futur appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves Eleanore Roosevelt

  2. Quelle fraîcheur m’est donnée de ressentir à la lecture de « Au clair de la lune », le matin à l’aube ! Rien que le titre me faisait déjà un clin d’oeil.
    Et puis, au fur et à mesure que je passais d’un personnage à l’autre du récit, j’imaginais leur paysage intérieur, qui faisait écho en moi. Des hommes et des femmes debout tirant leur solidité de leur terre intérieure et en marche vers leur étoile, voilà ce que je voyais. Des hommes et des femmes avec qui j’ai envie de vivre, qui réveillent mon inventivité, mon espérance, ma joie d’appartenir à cette terre, mon goût du mystère de l’univers et de la vie.
    Et si mes freins à la marche se multiplient avec l’âge, je ne suis cependant pas empêchée d’adhérer au « tout est en avant » de Florin Callerand, et d’essayer de le pratiquer quotidiennement.
    Merci, Sylvie, pour ce Clair de Lune servi au petit déjeûner.
    Anne

  3. Merci, merci, merci. Votre texte fait chaud au coeur, à l’âme et fait vibrer harmonieusement ma conscience profonde qui se réchauffe au feu de la flamme que vous y allumez.

  4. Ce qui me frappe , me rejoint, me réchauffe, me vitalise, c’est la couleur de ton regard capable de détecter, t’émerveiller, de contempler avec amour, poésie, en-thousiasme , tous ces colibris qui brûlent chacun d’un feu unique…pour aller en avant, toujours…
    C’est ton feu à toi, « regardeur » des feux en l’autre, dans la Beaute de leur unicité…
    Nous avons tous et tant besoin d’être vus dans
    ce que nous portons chacun de précieux et d’unique et qui trop souvent vacille faute de ne pas être nourris et accompagnés dans sa fécondité.
    Merci à toi d’être cette « regardeuse ».
    Nicole Langlois-Meurinne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s