Eloge de l’intériorité

jaquette livreJ’assistais le samedi 29 Novembre dernier à Paris à un colloque consacré à Etty Hillesum : « une vie dévastée, une vie reconquise ». Pour ceux qui ne la connaissent pas, Etty est une jeune femme juive étonnante qui vécut à Amsterdam pendant l’entre-deux guerres, puis dans le camp de transit de Westerbork, avant de partir pour Auschwitz où elle est morte le 30 novembre 1943.

Dans les lettres de son journal intime (publiées notamment au Editions du Seuil sous le titre : « Une vie bouleversée »), elle laisse le témoignage d’un parcours de développement humain et spirituel exceptionnel dont les outils sont l’accès à son monde intérieur et le déchiffrage de ce qui vit en elle et peut avoir une portée universelle. Je fus particulièrement touché par l’un des intervenants, Ingmar Granstedt, écrivain et auteur d’une biographie d’Etty qui fait référence (« De cendres et d’amour »). Dans son intervention, il nous rappelait que dans un monde souvent dominé par la rationalité ou une forme d’hypersensibilité, nous sommes de moins en moins sollicités dans notre sensibilité (profonde) et notre conscience. Pour lui, Etty Hillesum nous aide à « retrouver les droits de la conscience de soi, de la conscience vivante ». Et cela, avec intransigeance pour regarder le monde tel qu’il est, dans une attitude qu’il qualifie de « réalisme lucide ».

A l’heure où j’écris ces mots, je suis frappé du parallèle entre ces paroles, la mission qui est la nôtre à PRH et les caractéristiques de notre outil de formation : permettre aux hommes et aux femmes d’accéder à leur monde intérieur, d’entrer dans cette conscience de soi qui, elle seule, offre la possibilité d’exercer sa liberté, de se situer face au monde qu’il s’agit de regarder avec le même « réalisme lucide » et de s’engager en fidélité à ce pour quoi l’on se sent fait (ce que nous nommons à PRH « l’agir essentiel »). Je comprends mieux l’étrange familiarité qui m’a lié à Etty Hillesum dès que j’ai eu accès à ses écrits…

Il me semble plus simple, pour terminer, de lui donner la parole : « … la vie est une chose merveilleuse et grande, après la guerre, nous aurons à construire un monde entièrement nouveau et, à chaque nouvelle exaction, chaque nouvelle cruauté, nous devons opposer un petit supplément d’amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes. Nous avons le droit de souffrir, mais pas de succomber. Et si nous survivons à cette époque sains de corps et d’âme, d’âme surtout, sans amertume, sans haine, nous aurons peut-être notre mot à dire après la guerre. Je suis peut-être une femme ambitieuse : j’aimerais bien avoir un tout petit mot à dire. »

feuEtty me ramène une fois encore à André Rochais, fondateur de PRH, qui parlait de ces « petits pas » qu’il s’agit de poser jour après jour en fidélité à sa conscience profonde…Et chaque fois que nous devenons un peu plus accueillants et familiers de notre vie intérieure, nous donnons une chance à ce monde nouveau qui surgit au cœur des plus grands désordres apparents.

 

Jean-Michel Anot, formateur agréé PRH

11 réflexions sur “ Eloge de l’intériorité ”

  1. Merci Jean-Michel, ce texte me touche. Moi aussi j’ai été bouleversée par Etty Hillesum et ton texte m’aide à comprendre pourquoi ! Cela me donne envie de la relire, et « de conquérir sur moi-même des petits suppléments d’amour et de bonté ». c’est un beau programme pour vivre ce temps de l’Avent.

  2. J’aime bien l’idée que l’accès à mon monde intérieur puisse servir à construire un monde meilleur.
    L’exemple d’Etty Hillesum, dont les écrits continuent d’inspirer notre génération, même si elle n’a pas survécu à la guerre, me donne de l’espoir. Il ne s’agit pas de se rétrécir ou de se « regarder le nombril ». L’intériorité , ça élargit , ça renforce notre conscience,

  3. Merci pour ce partage. J’ai lu ce livre il y a fort longtemps et il reste, des années après, un des livres qui m’a le plus marquée et touchée. Ce parallèle fait avec PRH me donne envie de me replonger dans son journal intime alors que j’avance dans ma FPM.

    1. Merci de ce retour Marielle. En effet, moi qui connaît Etty depuis longtemps, je n’avais pas perçu cette familiarité à ce point! Bonne relecture, Etty vaut la peine d’être lue et relue régulièrement!
      Jean Michel

  4. Je découvre Etty Hillesum grâce à votre article, Jean-Michel, et cela suscite en moi un intérêt pour lire cet ouvrage.
    Pouvoir dire « la vie est une chance merveilleuse et grande » en vivant les pires moments de cette guerre est une leçon de vie…
    Avancer au pas à pas,bien accompagnés, vers notre monde intérieur…quand celui-ci commence à se révéler à notre conscience, c’est un TRÉSOR …Merci pour cette mission que vous accomplissez avec patience et amour…

    Françoise

  5. Merci pour ce témoignage… Je ne peux que vous encouragez à aller voir la pièce théatrale de Mary VIENOT  » Le souffle d’Etty » si vous avez la chance qu’elle soit donnée dans votre région !!
    Christine

    1. Je confirme la beauté de cette pièce. C’est un bon moyen de se familiariser avec cette femme étonnante, et de recevoir profondément certaines de ses paroles, comme : « mon faire consistera à être », ou « je trouve cette vie belle et riche de sens à chaque instant »…

  6. Bonsoir Clémence

    Depuis plusieurs jour je pense à toi suite à notre rencontre… Je me disais hier soir que tu n’étais pas chez toi de nouveau, et que cela ne devait pas forcément être facile et confortable d’être à nouveau séparée des tiens. Je me disais, (et je me suis souvent dis en pensant à toi ) qu’ il existe en toi une force, une énergie puissante, un élan de vie remarquable. Cet elan est beau à regarder… Il peut faire peur à certains aussi j’imagine….

    Je te souhaite de continuer à vivre cet élan tout en prenant soin de toi…. et à trouver autour de toi des relations vitalisantes qui te permettront d’être regardée dans toute la splendeur de qui tu es.

    je pense fort à toi en cette soirée de retour parmi les tiens et je t’embrasse avec beaucoup d’affection.

    Je te porte dans mon coeur.

    Ta marraine Stéphanie

    Ps ci joint un texte du blog prh…un petit bijou sur l’ importance pour soi et le monde d’être en lien avec son intériorité profonde ( l’ être)

  7. Merci Jean-Michel et à chacun des blogueurs. Ce livre est sur « la liste de mes envies » pour Noël… Dans une époque pleine de bruits (et d’intolérance au bruit !), de réactivité fébrile à qui a causé en dernier… je ne peux qu’adhérer à ce mouvement vers soi, lieu de fécondité et de vraie ouverture au monde, lieu de confiance et d’espoir. Il n’a pas d’âge, il traverse les cultures ; il nous ancre vraiment dans notre humanité.

  8. Merci pour ce témoignage Jean-MIchel. J’ai lu ce livre « une vie bouleversée » de Etty Hillesum, il y a bien 30 ans et… récemment il m’est retombé entre les mains. Je me suis dis que je devrais le relire avec mes yeux d’aujourd’hui !

  9. Merci pour ce texte, j’ai envie de lire ce livre que je ne connais pas et par les temps qui courent cette belle idée de s’ancrer dans notre humanité me fait chaud à l’intérieur et me donne l’énergie pour me recentrer sur l’essentiel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s