Du « militant de ma jeunesse » au  « chercheur d’engagement éclairé » !

Les militants pour ou contre le vaccin, pour ou contre le Pass sanitaire, anti ou pro troisième dose, les marchands de certitudes se succèdent actuellement sur les plateaux télé pour tenter de me convaincre … Cette « guerre des opinions » me laisse interrogateur. Tous les jours, je rencontre quelqu’un pour me poser LA question…alors tu es dans quel camp, toi ? Cette ambiance militante autour de la COVID m’a replongé dans l’histoire de ma jeunesse, quand je croyais moi-même convaincre les autres pour changer le monde…

Je croyais changer le monde par les structures…

J’avais 25 ans en 1995. Je m’étais orienté vers le métier d’animateur socioculturel, parce que je voulais changer le monde…  par les structures, par la victoire des opinions,  parce que je croyais qu’il s’agissait du seul chemin. En cinq ans, j’avais gravi rapidement tous les échelons de mon association nationale de jeunesse pour me retrouver au sommet. J’y occupais le poste de vice-président, je siégeais au conseil d’administration d’une grande O.N.G. Française. Et je ne comptais pas m’arrêter en si bon chemin. Je m’apprêtais à emprunter ce même ascenseur  au sein d’un parti politique, j’y étais très vite repéré et revêtait l’habit « du jeune cadre dynamique prometteur ». Si d’extérieur cela ressemblait à une belle réussite sociale, profondément en moi,  il y avait du malaise que je ne parvenais pas à déchiffrer. … Des questions m’ont arrêté cette année-là, face à un non-sens en moi… je cours après quoi au fond ? Qui suis-je ? Ai-je raison ? Pourquoi suis-je déjà si fatigué alors qu’il s’agit d’un engagement sain ?

J’avais probablement l’intuition qu’il y avait des parties de moi que je ne savais pas nommer et que j’occultais. J’en faisais d’ailleurs de même pour le positif que je vivais de moi dans ce militantisme.

 J’y vivais une grande période de croissance sans le conscientiser. J’oubliais que  mon action parlait d’abord profondément du meilleur de moi : mes valeurs profondes de solidarité, de justice, d’amour, de générosité et de service de l’humain. J’ai vécu une période féconde de grande croissance, d’ouverture, de découverte, d’autonomie au contact de personnes humanistes. Le stage « qui suis-je » et ma formation PRH m’ont aidé à mettre des mots conscients sur ces réalités de mon être.

Cela m’aide aujourd’hui à regarder les « pros », comme les « antis » vaccins  autrement…Au-delà de ma sensibilité, de ma propre opinion, je peux ainsi sentir à quel point, ils sont, pour beaucoup,  habités de ces mêmes qualités et motivations profondes de leur être, quel que soit leur camp…

Mais j’étais dans des « enfermements » militants. Je vivais beaucoup à partir des idéologies figées sans suffisamment remettre en cause les erreurs de jugements possibles d’une personne ou d’un groupe. Je croyais avoir trouvé les groupes qui détenaient LA vérité.  Je vivais aussi beaucoup dans le jugement et la segmentation de la société : il y avait ceux qui ont raison et les autres.

Enfin je vivais le réel avec une vision matérialiste et rationnelle de la vie, oubliant que le réel englobe aussi des dimensions plus invisibles, tant de choses échappaient à ma compréhension limitée d’être humain.

Là aussi, mon expérience passée m’aide aujourd’hui à regarder les « pros », comme les « antis » vaccins  autrement… Eux aussi sont pleins de bonnes intentions, et eux aussi peuvent dysfonctionner.

Il m’en a fallu du temps… pour comprendre et intégrer qu’une grande remise en ordre intérieure est nécessaire pour changer le monde. Stage, accompagnements contribuent à ce que le roc d’être émerge, se déploie. J’ai pu aussi commencer un travail humble  d’épuration de ce qui me « dévie ».

J’ai eu besoin de vérifier que  PRH ne me désengage pas  ou ne m’affadit pas !

Je craignais que PRH, me rende un peu tiède, qu’il me cantonne à ne pas me mouiller. Mauvaise pioche !  C’est à l’inverse que PRH m’a invité. J’ai surtout été invité à beaucoup plus d’authenticité, de vérité, d’affirmation, à me vivre toujours plus libre. C’est parfois plus inconfortable et pour ma sensibilité pas toujours facile, de me vivre libre à l’égard des autres, de leur idéologie : mais je fais l’expérience de m’affirmer plus, de suivre ma conscience profonde. Certes, je me suis aussi désengagé à certains endroits… mais pour m’engager à ma juste place. PRH m’invite à me positionner librement, en authenticité, dans le respect des autres, dans une affirmation plus ajustée. C ‘est à une autre radicalité que me sentais invité… la radicalité de ma conscience profonde.

Quels apprentissages de mon expérience militante au moment de la COVID ?

Je me sens aujourd’hui invité à beaucoup plus d’amour vrai et à vivre un accueil des personnes quelle que soit leur grille de lecture.

Je me sens invité à exister devant toute personne dans mon opinion d’aujourd’hui, dans le plus grand respect de la sienne. J’ai d’ailleurs évolué dans mon opinion. « Le croisement de plusieurs sources paraît sagesse, en ces temps où circule tout et son contraire sur internet », affirmaient les formateurs PRH de France récemment. Les idéologies, idées figées ont pris beaucoup moins de place en moi.  Je ne cherche plus à convaincre.

Je me sens invité à discerner et rediscerner moi-même ma propre position anti, pro ou tout autre nuance… Je ne fuis pas pour autant ma responsabilité. Je continue d’apprendre à affirmer ma position de manière respectueuse, dans un contexte propice, quand j’ai pu mettre en place les bonnes conditions de dialogue avec mes interlocuteurs. 

J’accepte avec humilité d’apprendre et de « revoir ma copie ». Je suis un chercheur qui tâtonne, qui essaie de discerner.  Je me sens aujourd’hui accompagner les gens dans ce sens en aidant les personnes à trouver leurs propres repères, en écoutant leur être et leur conscience profonde.

J’ai compris que l’altérité est une vraie richesse. Qu’il s’agisse de mes collègues, mes amis, ma conjointe, mes enfants ou ma relation à une transcendance… j’essaie de me laisser toujours davantage inspirer, guider, interpeller dans la relation !

Alors peut être comme vous, amis lecteurs ?,  j’ai parcouru un long chemin et il n’est pas fini, passant du jeune militant au chercheur d’engagement éclairé.

 Emmanuel Merlin, Formateur agréé PRH

8 commentaires sur « Du « militant de ma jeunesse » au  « chercheur d’engagement éclairé » ! »

  1. « Je croyais avoir trouvé les groupes qui détenaient LA vérité. »
    Cette parole me va droit dedans; j’ai tellement pensé, à une longue période de ma vie vivre selon La vérité, une vérité immuable, donc figée. Donc morte. Je me suis engagée de toute ma personne dans ce sens, et j’ai fini par m’étioler…
    Alors une grande force m’a poussée dehors! Et si je discernais déjà, je le fais encore plus, encore mieux à l’écoute de mon être, de ma conscience profonde et de la Transcendance. Tout cela n’est pas nouveau et pourtant c’est neuf, le goût est encore plus savoureux.
    « Je craignais que PRH, me rende un peu tiède. »
    Il y a peu, j’ai craint que PRH brise ou plutôt bride l’élan de ma spontanéité. Je sens que ce n’est pas cela. Ma vie d’avant avait fini par la brider. J’ai encore à me rééduquer, à me libérer de certains carcans dont je prends conscience. Et même si parfois je me sens gagnée par de la lassitude, je sais que le discernement me conduit lui aussi vers plus de solidité d’être et donc vers tout ce qui aspire à vivre plus en moi et de moi pour le monde où je vis.
    Merci Emmanuel d’avoir donné un regain d’énergie à mes aspirations!

  2. Merci Emmanuel pour ton témoignage qui me rejoint dans mon expérience.
    Je découvre que la vérité n’est pas du côté des idées; nous sommes des êtres de chair avec un corps, une sensibilité, une histoire, tout une part d’inconscient aussi …
    Je découvre qu’au delà des idées chaque personne peut être rencontrée dans le lieu de son être, de sa beauté, de sa vérité.

  3. Aujourd’hui, concernant ce covid et ses vaccins, on peut si l’on est un chercheur tenace, accéder à des données scientifiques et factuelles, objectives car collectées par des organismes officiels ou énoncées par des publications scientifiques sérieuses, et les interpréter sans apriori ni appartenance à un camp ou l’autre. L’heure n’est pas à de l’idéologie, mais à ouvrir les yeux sur des réalités qui ne sont pas celles qui nous sont présentées officiellement. Et, avec la connaissance et la conscience que chacun aura pu acquérir, faire des choix concernant sa santé et sa liberté. Avoir la liberté de faire un choix, et bien sûr respecter le choix de chacun !

    1. C’est exactement ça Martine, une question de choix libre et non d’un choix d’un camp ou je ne sais quoi d’autre.
      Choisir et assumer pleinement son choix personnel !
      Le discernement…
      Joyeux Noël à chacun.e!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s