Une photo à contempler

Pas d’article cette semaine dans ce blog, mais une photo, une photo à contempler.

Une photo qui éveille une ou plusieurs sensations en vous.

Regardez cette photo, et accueillez ces sensations qu’elle suscite en vous.

Prenez le temps de mettre des mots par écrit sur ce que vous ressentez en contemplant cette photo. Analysez une sensation, et faites le cadeau de partager votre analyse aux lecteurs de ce blog en laissant un commentaire (tout en bas de la page). En quelques mots… ou plus !

Merci !

Brigitte Daunizeau, formatrice agréée PRH

10 commentaires sur « Une photo à contempler »

  1. Cette plante fragile a tout pour bien grandir du soleil de la terre humide de l’eau et l’attention du jardinier. Elle a tout ce dont elle a besoin pour fructifier . Elle est belle en transparence . La main la touche avec délicatesse et attention. Une invitation a prendre soin des plantes fragiles autour de moi avec douceur .

  2. Il est des photos qui illustrent… un blog, un propos, un énoncé, une démonstration. Elles s’adressent à l’intellect, au moi-je qui re-connait ce dont il est question. La photo est inductive, démonstrative, voir directive.
    Il est des photos qui viennent nous chercher dans nos profondeurs, leurs symboles appellent, invitent, relient, éveillent dans lin-attendu, l’in-visible, l’in-ouie. Elles nous mettent en silence, elles nous saisissent, nous mettent en contemplation.
    Cette photo-là ne vient pas sur-prendre mon regard, ni ma sensibilité, juste me dire voilà, il s’agit bien de croissance, de main jardinière qui donne l’eau et la lumière etc…Trop d’évidences connues, dites et non poétiquement offertes, ouvertes, proposées et non imposées.
    Mes yeux se ferment.

  3. Petite pousse de rien du tout,
    Une main de tendresse te berce,
    Elle t’abreuve d’une eau limpide,
    Main nourricière, main aimante.
    La lumière est vive,
    Elle vient de plus loin
    Elle va te faire grandir.
    Tu es née dans une belle terre,
    Reine de ce petit royaume
    Où tu t’épanouiras.

  4. Une toute jeune vie qui vient d’émerger d’une terre féconde, toute fraîche, ayant tout Ce qui lui faut en son sein, et à l’extérieur aussi bénéficiant d’une main tendue avec toute sa douceur et sa grâce , veillant à sa nourriture et à sa croissance sous la Lumière divine .

  5. Une jeune pousse qui sort de terre : elle apparait fragile, fébrile et pourtant elle a pris sa place sous terre, elle s’est frayée un chemin pour percer au grand jour, pour passer à la lumière…
    Cette émergence, cette naissance va lui permettre de croître, à son rythme. Cela va se faire, à la fois par l’environnement dans lequel elle se trouve, environnement nourricier et à la fois, par les autres qui l’accompagneront dans sa croissance.
    Cette photo, pour moi, éveille ce triple lien dans lequel nous baignons : le lien à la nature, le lien aux autres et le lien à soi-même. Elle illustre le tressage de la vie…

  6. Douceur, délicatesse, tendresse, attendrissement, attention, espérance, devenir en puissance, amour, fragilité,émerveillement … et bien d’autres attentions, attitudes, manières d’être qui me constituent et/ou que je suis appelée à vivre pour moi-même, pour les autres, pour le monde (humain, animal, végétal, minéral) sans lequel je ne peux vivre, sans lequel nous ne pouvons vivre. Des attitudes intérieures que je suis appelée à vivre à chaque instant.
    Cette photo me relie à un Au-Delà qui me dépasse, me remplit et me contient. J’ai ma part à accomplir, que personne ne fera à ma place, mais je ne donne pas la croissance; je la nourris. Mon rôle est de la nourrir afin de participer humblement mais sûrement à ce grand œuvre d’harmonie du monde.

  7. Une main tendue
    Une main qui donne l’eau vitale
    Une pousse fragile sort de terre
    seule et fragile, elle trouve le soleil, l’eau
    Cette main qui abreuve et laisse libre
    Cette main qui accompagne la croissance
    Cette pousse qui se développe, confiante, et croît, en autonomie…

  8. Sans soleil, cette plantule s’étiolerait,
    sans eau, elle dessécherait,
    sans terre, elle n’aurait plus à manger,
    sans air, elle ne respirerait plus.
    Cette photo me parle de la fragilité du vivant et de son potentiel de croissance à la fois.
    Cette main, c’est nous avec notre libre arbitre, et cette plantule, c’est la Vie en nous, plus grande que nous.
    Chaque vie est différente de part, le terre qui nous a vus naître, la lumière qui nous éclaire, nos sources d’inspiration, notre chemin et ce qui nous abreuvent.
    Faire équipe avec soi pour permettre à la Vie de faire son chemin en nous!
    L’arroser, la nourrir, l’ensoleiller…
    Cela m’invite à lui faire de la place ici et maintenant.
    Merci.

Répondre à Christine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s