Renaud de Paysac : « Le beau chez l’autre : voilà ce qui m’intéresse »

Fondateur du groupe Grandir, spécialisé dans l’accompagnement professionnel des hommes et des structures, Renaud de Paysac s’est formé de longues années à PRH. Pétri de cette formation, il aide depuis plus de 20 ans les entreprises, leurs cadres et leurs dirigeants à revisiter leur quotidien.

PRH : Quelle est votre histoire avec PRH ?

Renaud de Paysac : J’ai connu PRH à la fin des années 70. Isabelle, ma future épouse, était déjà engagée dans la formation, mais je n’en voyais pas l’utilité pour moi.

Elle me regardait au meilleur de moi : je ne comprenais pas, j’avais encore trop de résistances ! Ce n’est qu’au bout de 7 ans, en 1983, que j’ai décidé de participer à la session Qui suis-je ? J’y ai pris conscience de ma valeur, que j’étais aussi une belle personne, que je pouvais m’extraire de cette mésestime de moi que je trainais depuis toujours. J’ai d’ailleurs conservé pendant des années les petits papiers des reflets positifs échangés pendant la session, et les relisais régulièrement. Cela m’a souvent conforté dans mes moments de doute.

Puis j’ai suivi de nombreuses sessions pendant les dix ans qui ont suivi et me suis impliqué dans le projet PRH, notamment au plan marketing. Cependant je ne me suis jamais posé la question de devenir formateur PRH, je me suis toujours senti davantage attiré vers l’action, le côté opérationnel des choses.

PRH : Comment vous êtes vous tourné vers l’accompagnement de la vie professionnelle ?

Renaud de Paysac : Investi dans l’association des anciens du CPA, aujourd’hui Executive MBA d’HEC, j’y ai pris en charge l’animation de groupes AVARAP. Ces groupes sont destinés à épauler les cadres en évolution ou en reconversion professionnelle. Ils venaient y chercher des outils et des méthodes pour construire la deuxième partie de leur carrière. Ma sensibilité et l’expérience PRH, m’ont fait porter un regard différent sur la méthode alors utilisée. Il fallait tout d’abord les aider à retrouver leur liberté intérieure. Lorsque qu’on accède à sa liberté, il est plus aisé de construire son évolution professionnelle.

Mon approche est donc très inspirée par l’outil PRH : je porte mon regard sur le positif des personnes, je les introduis à l’analyse des sensations et je leur propose de les vérifier au travers de l’écriture. Je parle de solidités : comment identifier et se réapproprier ses solidités, construire son ‘roc d’être’. Je me suis passionné pour l’accompagnement des personnes et m’y suis petit à petit consacré pleinement.

C’est seulement en 2002 que j’en ai fait le cœur de mon métier. Avec d’autres, j’avais créé plusieurs sociétés, au sein du groupe Grandir, et je travaillais beaucoup, trop. J’ai subi un infarctus qui m’a obligé à prendre conscience de mon niveau trop élevé de stress. J’ai donné, fermé ou revendu ces entreprises pour ne conserver, de nos activités, que celles relatives à l’accompagnement professionnel. C’est fondamentalement ma vocation. Je suis habité par la certitude que nous pouvons faire évoluer la société (et les entreprises) par les hommes qui la composent. Et particulièrement par ceux qui y exercent un pouvoir.

PRH : En quoi votre formation PRH vous nourrit-elle dans vos accompagnements ?

Renaud de Paysac : PRH m’a appris à porter un regard positif sur moi et sur la personne, à découvrir le beau chez l’autre, à croire en son possible. Avec PRH, j’ai appris à me faire confiance, à écouter mes intuitions et à oser les exprimer aux personnes que j’accompagne.

J’ai progressivement appris à écouter mes sensations et à m’en servir comme outil de vérification de mon ajustement dans ma relation à l’autre.

J’ai appris à dire, à nommer, dans le respect et la bienveillance, mais sans complaisance.

Et à transmettre : J’ai ainsi accompagné les membres de mes équipes et tous ensemble nous intervenons avec cette même approche dans les entreprises.

Accompagner, étymologiquement, cela signifie « cheminer en partageant le pain ». C’est cheminer en partageant les difficultés et les réussites, pour permettre à l’autre de rejoindre le meilleur de lui-même, sa liberté intérieure.

Ce chemin vers la liberté intérieure, c’est d’abord mon chemin. Aujourd’hui, je me sens libre, acteur de ma vie. Je colle à mon réel, je sais ce que je sais faire et quelles sont mes limites, Je sens ce que je peux apporter aux autres. Je me sens investi et cohérent.

J’ai trouvé ma vocation dans l’accompagnement personnel. Les personnes qui accèdent à leur liberté intérieure peuvent à leur tour transmettre ce regard positif. En accompagnant, je participe à l’humanisation de la société.

http://www.grandir.fr/

propos recueillis par Marie-Pierre Ledru, formatrice agréée PRH

 

Un commentaire sur « Renaud de Paysac : « Le beau chez l’autre : voilà ce qui m’intéresse » »

  1. Quelle joie de lire ce témoignage d’un acteur-PRH dans notre économie. Voilà une partie de notre société qui travaille à se rendre attentive à son humanité. Le monde progresse. Cela nourrit ma foi en l’avenir de l’humain.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s