Qui a dit que ce serait facile ?

Qui a dit que ce serait facile ? Facile de vivre à partir de son être, de grandir dans le déploiement de ses capacités, d’accéder au bonheur ? Qui a dit que ce serait facile ? Personne en fait, alors où diable suis-je allée imaginer cela ? Cette croyance que puisque l’être est harmonie, paix, lumière, le chemin pour le rejoindre se doit lui aussi d’être paisible et serein ?

Heureusement, la vie vient chahuter cette croyance qui s’accroche encore en moi. Quels obstacles je découvre sur mon chemin ! Oserai-je dire que plus j’avance, plus je débusque de nouvelles ornières, enracinées si profond en moi ? Chercher à vivre à partir de mon être est par périodes un combat permanent pour ne plus combattre, justement. Pour lâcher prise, pour accepter, pour accueillir, pour me laisser aller à l’ouverture et à la souplesse. Pour regarder en face mes difficultés sans m’effondrer. Pour ne pas céder au découragement. Pour persévérer dans une confiance dont je perds par moment la texture.

Il y a tous ces moments où je n’en peux plus de me battre. Je suis épuisée. J’ai envie de tout laisser tomber, de me laisser glisser sur la douce pente de la passivité, de la fatalité, de la non-existence.

Qu’est-ce qui me retient alors ? Une petite graine encore plus profondément ancrée en moi que toutes mes blessures. Quelque chose de l’ordre de l’instinct, de l’élan vital sur lequel je ne peux pas toujours mettre de mots. Une force qui me retient au bord du précipice, qui me guide et me pousse sur le chemin, une main solidement posée au bas de mes reins pour me donner l’impulsion d’avancer.

Cette force, je l’appelle la Vie. La vie qui est plus forte que tout, qui est plus forte que la souffrance et même que la mort. La vie qui m’attend patiemment et m’ouvre ses bras, quand je suis prête à écouter son tempo, à me laisser couler dans son mouvement. A ne pas vouloir lui imposer le mien.

Alors je consens et je remercie cette vie si…

vivante en moi, malgré tout ce que je peux éprouver, malgré les moments d’apnées de l’espoir. Je remercie la Vie qui agit en moi, et je prends confiance dans ce chemin qui est le mien. Je sais que, quels que soient les obstacles que je trouverai, la vie me suggérera une manière juste d’y faire face, et que de ces épreuves jaillira encore plus de vie.

Marie-Pierre Noguès, formatrice agréée PRH

24 réflexions sur « Qui a dit que ce serait facile ? »

  1. Merveille que ton humble hymne à la vie, Marie-Pierre, où je ressens qu’il te vient de très loin, de là justement où la vie se fait si discrète et respectueuse de nos libertés. Elle est ce mystère qui t’appelle, envers et contre tout, m’appelle moi aussi (ton expérience entre en résonance avec la mienne). Ta question « D’où me vient cette force ? », je l’ai lue avec une curiosité avide, portée par le suspense qu’elle provoquait en moi. C’est au moment où tu la nommes « vie », que je sens la paix m’envahir : ton analyse m’a menée par la main jusqu’à cette étendue d’eau calme que je connais par intermittences (de plus en plus fréquentes et durables), et dont je sais qu’elle me portera tant que je continuerai d’avancer vers le cœur de son mystère. Merci, Marie-Pierre, de m’avoir offert tes mots pour m’entraîner plus loin dans ma propre expérience.

  2. Merci Marie Pierre de cette description , qui me fait du bien . Je ressens la même chose de cette vie qui pousse au fond de moi , vers plus de force et de désir de sortir du marasme vécu dans la difficulté quand elle est là . Merci te ta belle écriture . Bernard

  3. Que ces mots résonnent fort en moi… écouter le Vie en moi et « ne pas vouloir lui imposer mon tempo » … revenir à mon être et l’écouter, chemin difficile mais toujours vivant de belles découvertes de vie en moi.

  4. Ce qui m’est donné à vivre est toujours facile à vivre !

    L’être est donné ! Prendre soin de l’être oui ! Je ne sais pas ce que je peux faire de plus. L’être permet de dépasser la dualité : être actif et être passif. L’être est unifiant …

    Parmi les choses qui me sont données à vivre, il y a certaines choses qui ne sont pas faciles à vivre. Cependant, elles ont une promesse de vie. Qui me dit cela? C’est l’expérience de mon être que je reçois comme une intuition.

    L’invitation est à considérer mes intuitions profondes.

    1. Oui, écouter nos intuitions profondes et surtout les mettre en oeuvre: j’ai aussi l’expérience que c’est un chemin fructueux. André a lui-même avancé en écoutant ses intuitions. Quel meilleur exemple ?

  5. Quel soulagement de comprendre qu’accéder à son être n’est pas un chemin facile !!
    Je connais ce découragement et ce : « je n’arriverai pas à vivre à 100 % à partir de mon être ».
    Reconnaître cet état de fait est le 1er pas ;
    Sentir ensuite cette petite pouce de vie qui me fait encore, et encore m’accrocher à mes analyses, à mes sensations, à mes intuitions : est le suivant.
    Enfin, des témoignages vivifiants comme celui-ci nourrissent cette vie, cet élan en moi.
    Alors, merci de nous les partager. VG

    1. Je ne sais pas s’il est possible de vivre à 100% à partir de notre être. Le fréquenter régulièrement et en goûter la paix, c’est déjà pas très bien. ne soyons pas trop exigeants avec nous-mêmes !

  6. Merci Marie-Pierre pour ces mots si justes et qui font écho en moi.
    Oui, l’instinct pour vivre réappariait toujours. Même si nous passons par des moments de souffrance intense, de nuit, de découragement, la Vie ressurgie à notre conscience. Et je profite de cette occasion pour dire Merci à ma Vie qui ne lâche pas. C’est aussi pour moi une invitation à faire confiance pour marcher au pas à pas.

  7. MERCI MP. Si bien dit. Ton partage est encourageant et vraie. Il ne faut pas faire croire aux gens que c’est facile de vivre a partir de son être car plus on vis authentiquement plus les vielles souffrances se présentent afin de guérir et de les integrer. Ce n’est pas si plement de faire bien les choses mais de demeurer conscients et defaire des choix. Parfois c’est epuisant. Il faut ce le dire. Merci encore de to partage et ton humilié. Denise animatrice PRH depuis 1981. La Vie est toujours là.

  8. Oui merci Marie-Pierre pour tes paroles qui sonnent si juste et font écho en moi; en te lisant je sens la Vie qui creuse toujours plus profond son chemin en moi, comme une terre labourée …
    Tes paroles m’invitent à consentir à ma terre …

    1. Oui, consentir, c’est plus qu’accepter. Ce n’est pas simple,. Je suis heureuse que vous cueilliez cette si belle invitation.

  9. Ah quel témoignage super, facile à lire et qui me rejoint. Merci de nous partager cela, que pour vivre a partir de son être, c’est aussi un chemin a déblayer de ce qui entrave encore la joie de vivre. … Merci !

  10. Merci Marie Pierre,ton partage est magnifique, épuré ,à ton image
    j’y ressens toute ta force et ton courage ,ta beauté ,
    ton humilité et ta grandeur juste à l’intérieurde toi,humaine , femme ,par moment decouragée ,
    Et ce mystère, innefable, ce ,mystère de l’élan de la vie en nous qui est là commme une petite source qui ne se tarit jamaismais dont le debit fluctue !
    Et Cette « main  » qui nous pousse, comme une brise légère ,dans le bas du dos avec bienveillance et douceur ….
    Quel bonheur de te lire à l’orée de cette année et d’un grand pas en avant pour ma vie et mon etre !

    Brigitte Fabre

  11. Dans ces moments là … Qu’est-ce qui me retient alors ?… Merci beaucoup Marie-Pierre pour ce partage, j’avais juste besoin de lire cela aujourd’hui … cette invitation au consentement à la Vie qui sait bien mieux que moi, mes peurs, mes raisonnements là où elle cherche à m’emmener … Merci de me remettre dans son flux !

    1. Oui, la vie sait bien mieux que nous qui sommes souvent pollués, décentrés. Je suis heureuse que ce texte contribue à te remette dans le flux, c’est bien cela.

  12. Mais enfin, c’est vrai ça: « Qui a dit que ce serait facile? » J’aimerai croire que ce sera facile… un jour. Ou moins difficile! Je suis quelques fois épuisée de ce combat quasi incessant au point d’en oublier parfois de m’émerveiller devant tout le beau, le grand, le ‘moi’ qui a émergé depuis que j’ai décidé de me mettre en chemin! Alors je regarde en arrière (mon accompagnatrice ne manque pas de me rappeler combien c’est important de ne pas négliger la croissance, les pas accomplis!)
    Alors merci pour ce partage qui me redit que je suis sur le bon chemin puisque c’est le mien. L’article et toutes les réactions à cet article me donne une énergie nouvelle et c’est bon. Merci!
    Quelques fois, je relis un texte du patriarche Athénagoras que j’aime beaucoup. Exprimé dans un autre vocabulaire, je crois vraiment que c’est ainsi qu’il s’est battu; pour que la Vie se déploie en lui. Pour ceux qui voudraient aller voir, voici le lien:
    https://www.histoiredunefoi.fr/prieres/4059-une-priere-du-patriarche-athenagoras

  13. Merci pour ce beau texte, l’élan vital une force en nous , Une force comme invisible que l’on chéri lorsqu’elle nous aide , une force que l’on souhaite lorsque le doute, ou les difficultés nous surprennent…
    Ce texte me touche par sa clairvoyance….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s