OSE !

Ose une parole ! Ose faire un geste ! Ose croire en tes élans intérieurs ! Ose considérer ce que tu ressens avec attention et bienveillance !

Voici l’invitation intérieure qui ne me lâche pas, et depuis des années d’ailleurs ! Mais pas si facile que ça à mettre en œuvre, puisqu’elle est toujours là à me solliciter sans relâche ; avec même plus d’insistance maintenant que j’ose davantage et que non seulement j’en sors vivante, mais en plus, avec un regain de vitalité et d’énergie !

Ce mot OSE, je viens de l’entendre à plusieurs reprises autour de moi dans la bouche de personnes qui désirent prendre leur juste place, faire entendre leur voix, ne plus se laisser mener par les attentes des autres. Alors je me suis dit qu’un article sur ce thème pourrait peut-être favoriser notre audace, attiser nos élans, insuffler du courage à tous les « désirants-oser » !

Car oui, il faut du courage ! Un vrai courage : Parce que ce qui m’empêche d’oser, ce qui étouffe mes paroles, ce qui me fait me dénigrer moi-même dans mes élans ou mes intuitions, ce sont des PEURS. Des peurs qui me paralysent, me tétanisent, me coupent de toute intelligence réaliste, me plongent dans le doute et parfois même dans une culpabilité anticipée ! Des peurs qui sont ENORMES et m’ensevelissent dans l’inaction, qui me maintiennent de ce fait dans une bien piètre image de moi. Des peurs issues de l’enfance : je n’ose pas dire que cela ne me va pas, je n’ose pas dire non, je n’ose pas non plus dire oui à ce qui me plairait, j’ai peur de donner mon avis, ai-je même un avis ? En fait j’ai peur de tout ! Et je vis comme en veilleuse, à flamme réduite, juste gentille et serviable, souriante et taiseuse.

Alors mes amis, vous qui connaissez et vivez ce scénario parce que vos histoires vous l’ont appris, comment sortir de là ? Comment s’y prend on ?

Ma première surprise a été d’entendre des qualités toniques mises en valeurs par des formateurs PRH : ils faisaient des reflets positifs à des personnes dans leur affirmation d’elle, dans leur audace, dans leur ténacité pour obtenir quelque chose ! Moi, j’avais établi une échelle de valeurs où la douceur, la gentillesse, la serviabilité étaient premières, seules valables et aimables. Or voilà que j’entendais des qualités vigoureuses, toniques, considérées comme belles et bonnes. J’ai alors réalisé que j’avais « hypertrophié » mes qualités douces et discrètes, certes très pratiques pour me faire accepter ! Mais j’avais complètement occulté des capacités plus toniques, les considérant comme inadéquates et dérangeantes : ne serait-ce que de m’exprimer à voix haute et forte par exemple, alors que j’avais si bien appris à parler doucement sans faire de bruit !

M’est alors venue l’invitation intérieure à être plus existante dans ces capacités toniques, par exemple à oser avoir un avis différent et à le faire entendre. Facile à dire ! Car dans un premier temps, il m’a d’abord fallu découvrir mon avis à moi ! Déchiffrer mes manques d’entrain, ou mes mauvaises humeurs par exemple, comme des signes révélant une non-adhésion à ce qui m’était proposé. Puis aller plus loin en essayant de sentir et nommer mes besoins, mes envies et désirs profonds ; me les formuler à moi-même. Cela a été tout un travail pour lequel j’ai eu besoin d’être soutenue par mon accompagnatrice : qu’elle valide mon droit à avoir des besoins et des désirs pour ma vie ! Puis sauter le pas pour oser formuler mon opinion : alors là, il a fallu que je me lance, comme dans un grand bain glacé dont on ne sait pas trop comment on va ressortir, en m’appuyant sur la confiance dans la relation, toute palpitante de crainte mais dans un élan pour ma vie ! …. Et il n’y a pas eu de tremblement de terre ni de colère en face ! Voire même aucune expression de surprise face à ce que j’énonçais : pour mon interlocuteur, c’était normal que je m’exprime !!!

En m’appuyant sur cette expérience, j’ai pu renouveler cette affirmation de moi de manière plus tranquille, expérimentant la négociation, abordant des sujets plus « chauds » pour moi : tout un apprentissage d’oser être plus moi et tout moi. Parallèlement à cela, j’ai pu mieux identifier mes peurs, en pressentir l’origine, les travailler en accompagnement individuel. C’est heureux en moi de voir ce chemin parcouru, dont je prends plus conscience en rédigeant cet article ! Mais je vois aussi toutes les situations où c’est encore difficile pour moi : c’est un chemin que je vais continuer pas après pas, comme vous, chers amis blogueurs !

Alors pour oser : commencez par le plus facile, le moins risqué ! Le pas possible aujourd’hui.

Et faites-vous aider ! Baignez dans votre désir de vous déployer, de donner votre voix dans la musique du monde, d’apporter vos richesses là où vous êtes, de contribuer à nourrir les liens avec vos proches. La VIE est contagieuse : plus vous serez vivants, plus vous serez heureux ; et plus vous serez heureux, plus vous sèmerez du bonheur autour de vous ! Est-ce que cela ne vaut pas le coup ? Alors on y va ? OSON! 

Pour vous aider à mieux vous connaître et à oser : « Qui suis-je ? », « grandir en confiance en moi » « oser être moi », « construire des relations de qualité » et d’autres.

Pour entrer dans la compréhension de vos ressentis : « corps et ouverture à mon monde intérieur », « à l’écoute de mon monde intérieur » et d’autres.

Pour avancer avec les peurs : «                Aimer et me laisser aimer », « me vivre plus harmonieusement », « Entraînement à la prise de décision » et d’autres.

Anne Flatin, formatrice agréée PRH

 

13 réflexions sur « OSE ! »

  1. Merci pour cet article tonique et vitalisant!! Merci d’avoir osé 😃 !
    Pour moi aussi le chemin a été long, et n’est pas fini, d’oser m’exprimer, sortir de ma coquille, exister, mais après quelques années quel bonheur de me déployer et d’ à mon tour transmettre à d’autres ce goût de grandir dans son identité, sa parole, sa différence. Osons, pas après pas!
    Marie Friedelmeyer

  2. Merci Anne de nous partager ce cheminement vers plus de vie en toi, en osant être qui tu es.
    Et cela ne se fait pas tout de suite, ni tout seul.

    Cela me conforte, moi, dans ma propre histoire :
    avec ses cabosses,
    avec ses hauts et ses bas,
    avec ses doutes et ses peurs.

    Ton témoignage m’encourage à oser être qui je suis.
    Et puisque tu y es arrivée,
    pourquoi pas moi aussi ?
    et tous ceux qui osent aussi ce travail sur eux-mêmes ?

    Et j’ose croire à ce monde plus vivant, plus harmonieux,
    si chacun prend sa part en osant être qui il (elle) est.

    1. Merci Valérie ! Je suis en route et loin d’être arrivée tu sais ! L’important c’est d’avancer malgré les cabosses, les hauts et les bas ! Bonne route à nous tous !

  3. Merci Anne,
    j’OSE un commentaire…

    je me sens rejointe par ton expression : « qualité tonique ».

    Effectivement, je me souviens qu’en relation d’aide, face à un épisode de découragement de ma part, mon accompagnatrice m’a reflété un jour combien j’avais fais preuve de persévérance, de dynamisme et de courage pour me réorienter au niveau professionnel. Son reflet positif m’a beaucoup touchée ; je me suis sentie rassérénée ; revisiter cet élan, cette mobilisation de toute ma personne m’a encouragée ; cela a redonné sens à mon choix d’orientation et a restauré la confiance, la paix intérieure.

  4. Merci Anne de votre témoignage qui relate votre chemin pour OSER être vous, et qui ravive mon élan de vie!
    En lisant votre article,je voulais rebondir sur l’importance de sentir et nommer nos désirs profonds.C’est une étape qui suscite une réflexion parfois longue, étape , pour reprendre votre expression,de….. mise en veilleuse……à condition de ne pas s’y endormir! pour vérifier que notre désir n’est pas déconnecté du réel et réalisable en vue d’une vie plus heureuse.Oui, s’arrêter pour OSER l’étape suivante et la mise en oeuvre de ce projet correspondant à l’aspiration que nous voulons vivre . Là, audace et courage émergent d’autant plus fort que la motivation est clarifiée. Selon ce que nous osons,les qualités mises en jeu se vivront à des degrés différents.
    Se faire aider! Ce lien avec notre accompagnatrice permet d ‘ humaniser ce que nous voulons OSER,permet d’harmoniser ces qualités de douceur et de tonicité qui émergent de notre être.

    Votre article,Anne, m’a donné l’envie d’écouter cette belle chanson :
    OSE! OSE! Interprétée par Yannick Noah,dont voici le texte.

    Presque rien juste un pas
    Et venir plus près
    D’autres liens d’autres voies
    Au moins essayer
    L’étincelle qu’on reçoit
    D’un premier regard
    L’étincelle vient de toi
    S’envole au hasard
    Et peut tout changer

    Alors! OSE! OSE!

    Redonne à ta vie,sa vraie valeur !
    OSE! OSE!
    Redonne à ce monde,toutes ses couleurs!
    OSE !OSE!

    Presque rien ,un silence
    Qu’il faut écouter
    Un chemin,une chance
    Qu’on peut partager
    Pas de doute, pas de peur
    Tu peux avancer
    Fais ta route
    Il est l’heure
    Tu dois essayer
    Tu dois tout changer.

    Alors!OSE! OSE!
    Redonne à ta vie ,sa vraie valeur!
    OSE! OSE!
    Redonne à ce monde,toutes ses couleurs!

    Presque rien,une route,tu peux avancer
    Presque rien un regard,tu peux essayer
    Tu peux tout changer!

    Alors !OSE!OSE!

    Je vous invite à l’écouter!
    Françoise

  5. Ô oui, Merci, Anne pour ton témoignage sur cette invitation à OSER
    et Merci de me redire, nous redire par quelles étapes passe ce cheminement dans ta vie … Je me sens rejointe par ton partage, je me sens comprise dans la persévérance requise, je me sens confortée, invitée à continuer ma route vers plus d’audace à Oser. Comme par hasard, tu tombes à pic !!! Merci ! et Merci Françoise, pour cette chanson proposée .

  6. « Parce que ce qui m’empêche d’oser, ce qui étouffe mes paroles, ce qui me fait me dénigrer moi-même dans mes élans ou mes intuitions, ce sont des PEURS. Des peurs qui me paralysent, me tétanisent, me coupent de toute intelligence réaliste, me plongent dans le doute et parfois même dans une culpabilité anticipée ! Des peurs qui sont ENORMES et m’ensevelissent dans l’inaction, qui me maintiennent de ce fait dans une bien piètre image de moi. Des peurs issues de l’enfance : je n’ose pas dire que cela ne me va pas, je n’ose pas dire non, je n’ose pas non plus dire oui à ce qui me plairait, j’ai peur de donner mon avis, ai-je même un avis ? En fait j’ai peur de tout ! Et je vis comme en veilleuse, à flamme réduite, juste gentille et serviable, souriante et taiseuse. »
    Cet extrait me touche particulièrement parce que j’aurai pu l’écrire, je me retrouve à 120% !

    « M’est alors venue l’invitation intérieure à être plus existante… »
    C’est certainement ce qui m’anime aujourd’hui mais j’ai du mal à trouver le courage !

     » Car dans un premier temps, il m’a d’abord fallu découvrir mon avis à moi ! »
    C’est certainement ce que j’ai a découvrir maintenant !

    « Déchiffrer mes manques d’entrain, ou mes mauvaises humeurs par exemple, comme des signes révélant une non-adhésion à ce qui m’était proposé. »
    C’est là-dessus que je dois entrer en lucidité !

    « … j’ai eu besoin d’être soutenue par mon accompagnatrice : qu’elle valide mon droit à avoir des besoins et des désirs pour ma vie ! Puis sauter le pas pour oser formuler mon opinion : … »
    J’ai les mêmes besoins !

    « Baignez dans votre désir de vous déployer, … »
    Je n’y suis pas encore, je le sens au très fond de moi mais j’y ai peu accès, j’aimerai pouvoir m’y plonger plus naturellement !

     » Est-ce que cela ne vaut pas le coup ? Alors on y va ? OSONS !  »
    Timidement j’ose dire j’y vais, mais au côté de mon accompagnatrice sinon je perds le cap très vite !

    Merci pour votre témoignage Anne.
    Je m’interroge juste…sur le temps que cela va mettre !! J’avance si doucement !!

  7. Bonjour Fanny, je suis touchée par votre témoignage et j’entends derrière votre question à propos du temps, votre aspiration à exister plus. Le chemin se fait petit pas après petit pas : pouvez-vous compter sur votre persévérance et sur une confiance en la Vie ? Pouvez-vous, avec votre accompagnatrice, axer votre travail sur votre désir de vivre ? Sur ce qui vous a fait tenir jusqu’à maintenant ? Attiser la Vie en vous, repérer les moments où elle gagne sur les peurs ; savoir regarder le verre à moitié plein plutôt que celui à moitié vide ! Et puis saisir les opportunités les plus faciles pour oser le pas possible pour aujourd’hui : comme celui d’écrire sur ce blog ! Merci à vous pour votre belle simplicité et vérité, et pour avoir osé ces mots ! Belle suite à vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s