Démarrer l’année du bon pied : 4 pistes simples

  1. Regarder dans «le rétroviseur » :

image-1-atSi nous considérons que le processus de croissance est naturel en nous comme en celui d’un arbre, nous pouvons prendre le temps de faire une relecture de l’année en pointant les nouveaux « bourgeons » qui sont apparus, les branches qui se sont solidifiées…

Quelques questions peuvent nous y aider :

  • En regardant l’année : Quels sont les événements, moments forts qui m’apparaissent comme importants ? En quoi sont-ils importants pour moi ?
  • En regardant ce qui se passe en soi : Dans quel secteur est-ce que je me sens plus vivant (e) ? Qu’est- ce que j’ai osé entreprendre que je n’osais pas avant ? Y a-t-il de nouvelles ressources qui apparaissent ou qui se renforcent en moi ?

2. Savourer :

Aller marcher dans la nature, contempler cette nature en repos qui reprend des forces pour se préparer à la montée de sève du printemps. Prendre un temps privilégié pour se connecter au meilleur de soi, se reposer, en sa propre compagnie, sans autre attente que de s’immerger dans une partie positive, dynamisante, apaisante, vitalisante de soi. L’humus si riche en substances vivantes existe dans la nature, mais nous pouvons aussi le trouver en nous, c’est notre « terreau intérieur ».

3. Ecouter et honorer les pousses de vie qui vont peut- être se manifester sous forme d’invitations, d’ « appels intérieurs ».

image-3-atIl ne s’agit pas de se précipiter dans l’action, mais de leur donner une chance d’apparaître. Ecouter ses intuitions sans les minimiser ni tirer sur elles, leur permet de prendre une place dans notre conscience, et quand les occasions se présenteront, notre « moi – je »(1) sera prêt à saisir des opportunités. « la chance sourit aux esprits préparés » dit l’adage.

4. Partager, favoriser les dialogues au niveau de l’être

image-2-atCette attention au meilleur de soi peut vous amener à partager vos découvertes, vos prises de conscience, vos aspirations avec les personnes qui souhaitent aussi s’ouvrir à cette dynamique de croissance. Ecouter ce qui se manifeste au meilleur de soi et de l’autre est très contagieux, et peut ouvrir à des dialogues en profondeur. La condition est que cela se vive dans un climat d’ouverture, de bienveillance, de non jugement et d’authenticité. L’expérience montre qu’échanger de cette manière est facteur d’unité, de renforcement des liens, que ce soit dans vos communautés familiales, amicales, et aussi dans vos communautés d’engagement. Cette pratique est un moyen précieux de cohésion, de fertilisation à travers les partages d’intuitions, voire de changement de climat lorsqu’il y a des tensions, en revenant aux valeurs et dynamismes essentiels qui animent chaque personne.

Chers amis en quête de croissance, je vous propose d’essayer et de partager votre expérience sur ce blog !

(1) « Moi-je » : instance « cérébrale » de la personne, ressentie au niveau de la tête, où fonctionnent l’intelligence, la liberté et la volonté.

Anne Tricault, formatrice agréée PRH

4 réflexions sur « Démarrer l’année du bon pied : 4 pistes simples »

  1. Il y a eu un AVANT et il y a un APRES…(session sur la guérison)
    Sensation de gratitude face au travail des formateurs PRH qui sont allés puiser au meilleur d’eux mêmes ce qui donne sens, corps pour que notre cheminement de guérison puisse advenir ou se poursuivre tout en délicatesse, douceur et amour gratuit. Je ressens dans tout mon corps cette intelligence collective mise au service de notre vie pour notre vie. Cela me met en vie et me donne EN VIE de poursuivre de façon déterminée, enjouée et en confiance.
    La guérison passe d’abord par ma croissance en vivant avec fluidité, spontanéité et confiance les mots qui me sont livrés. Je l’expérimente depuis 2 mois en relation d’aide et je découvre des NEUFS si vibrants de vie que j’en suis toute émerveillée. 2017 démarre sous le signe de plus de vie en moi et de sa contamination là où je suis.

    1. Merci Chantal pour ce témoignage de ta transformation en cours. Oui la formation prh et notre engagement professionnel visent à un changement et à une transformation effective des personnes, pour que chacun puisse contribuer, à sa place et avec ce qu’il est, à une société plus harmonieuse.

  2. Je fais ce regard sur le passé chaque 31 décembre. Je me vois comme un randonneur en montagne, qui fait une pause, afin de mesurer du regard le chemin parcouru. C’est pour moi une occasion de voir où j’ai gagné en solidité intérieure, là aussi où j’ai vécu des libérations. Cela me conduit aussi à voir en face les dysfonctionnements qui se manifestent dans ma personne. Je peux m’appuyer sur une confiance en moi renforcée pour aborder les nouveaux défis qui me seront proposés en 2017.

    1. Merci Francis pour votre témoignage d’une saine pratique pour consolider vos appuis et avancer en confiance . L’image du randonneur qui fait le point et contemple le chemin parcouru est très parlante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s