Une oeuvre, une parole : m’enraciner !

m enraciner

M’ENRACINER,

M’ancrer.

Alors même que sont nombreux ceux qui migrent actuellement,

J’ose évoquer l’enracinement; non en une terre, non en une culture d’abord,

Mais en nous-mêmes : au meilleur de nous, en notre être!

Je sens ce besoin de m’enraciner de plus en plus, de me planter là,

Pour pouvoir faire face aux nombreux aléas de la vie,

Pour garder le cap de la vie, et le gout de la vie

Pour recevoir une intuition face aux imprévus, face aux recherches qui me mobilisent.

M’enraciner, pour ne pas être ballotée à tous vents!

Plonger mes racines de plus en plus profondément;

Pour puiser de la sève nouvelle!

Avant de la laisser courir jusqu’aux feuillages et fruits!

Valérie Bitz, formatrice PRH agréée

« Notre temps a besoin d’hommes et de femmes

qui soient comme des arbres, lourds d’une paix silencieuse

qui s’enracinent à la fois en pleine terre et en plein ciel. »

Olivier Clément

Pour s’enraciner davantage, voici quelques formations PRH, dont celles avec la pédagogie par l’expression créative:

La vie en moi et ses entraves

M’ouvrir à des réalités plus grandes que moi en moi,

Qui suis-je ?

3 commentaires sur « Une oeuvre, une parole : m’enraciner ! »

  1. Merci Valérie pour ce partage dont j’apprécie la sobriété et qui résonne pour moi avec deux expériences vécues.
    La première remonte à une dizaine d’années ou à la suite d’une séance d’accompagnement qui m’avait contrarié, parce qu’elle m’avait emmené ailleurs que là où mon attention était appelée à se porter, j’ai fait appel à l’analyse et à d’autres personnes pour m’aider à explorer ma colère jusqu’à une séance de relation d’aide PRH au cours de laquelle j’ai redécouvert au fond de moi la paix en mon être : elle se présentait sous la forme d’un arbre dont le tronc était tranché. Derrière ma colère et toutes les violences et dysharmonies que j’avais pu vivre, symbolisés par cette image, cet arbre, cette paix étaient restés bien vivants, enracinés au fond de mon être. Et je me souviens encore de la sensation nourrissante que je ressentais au sortir de cette séance à laquelle fait écho ton appel à l’enracinement dans l’être. J’ai d’ailleurs choisi « l’arbre de paix » comme nom, lorsque, plus tard, est née l’association que je présidais pour faire connaître et pratiquer la communication non violente. (Et l’arbre de paix c’est l’olivier, arbre qui m’avait aussi été indiqué comme bon pour moi, bien des années plus tôt.)
    Ton appel fait aussi écho, comme un clin d’oeil, à cette terre que tu reconnaissais tienne alors que nous participions à un même stage et que ton agrément de formatrice n’avait pas encore abouti. C’est la seconde expérience vécue avec laquelle ton article résonne pour moi.
    Merci Valérie d’être qui tu es, enracinée, allant à l’essentiel avec sobriété. C’est inspirant pour moi.
    Bien chaleureusement,
    François

  2. Merci, merci pour ces deux si beaux textes qui invitent à l’enracinement dans la terre, à un coeur en paix et à des branches qui se déploient et s’enracinent dans le ciel.
    Le sentiment d’une paix profonde, d’un ancrage doux, paisible et équilibré,
    Merci

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s