Sommes-nous sans lumière pour éclairer notre route ?

Chers amis lecteurs,

A l’heure où je vous parle, 2020 touche à sa fin et autour de moi, j’entends des personnes qui se projettent dans les fêtes de fin d’année…

Quelle année très spéciale nous venons de vivre ! Elle aura été marquée par cette pandémie qui a bouleversé nos manières de travailler, de sortir de chez nous, de nous vivre ensemble, de nous détendre, de manifester notre affection, d’être en relation…Elle aura révélé des trésors d’inventivité, d’adaptabilité, de créativité dans les êtres humains pour traverser cette énorme épreuve. Elle aura probablement aussi mis davantage en lumière le précieux de la Vie, de la vie humaine et du vivant ; elle aura fait émerger avec force l’impératif de respecter et de prendre soin de la vie, de la terre dont nous avons hérité et que nous transmettrons à nos enfants et petits-enfants. Aussi, cette année 2020 laisse dans le chagrin tant de personnes, ayant perdu un proche ; d’autres, qui ont perdu une part de leurs revenus, voire leur travail, leur entreprise, ressentent le désarroi, l’inquiétude face au lendemain, la précarité de leur situation…

Bien malin est celui qui pourrait nous dire de quoi sera fait 2021…

Nous pourrions être tentés de désespérer face à ces crises sanitaire, économique, sociale, face aux dérèglements, aux conflits et aux dysfonctionnements nombreux à travers le monde, à tant d’incertitudes. Nous pourrions nous sentir impuissants et perdus, et c’est une réalité : nous nous sentons impuissants dans bien des situations. Quand j’observe les énergies déployées pour créer, inventer, s’adapter, rester proches, soigner, nous vivre solidaires, je sens une puissance de vie dans les êtres humains, celle qui fait que, même découragés et abattus parfois, nous nous relevons, nous nous redressons et déployons une énergie insoupçonnée. Je crois qu’au milieu de toutes ces tempêtes, nous ne sommes pas sans lumière. Nous sommes équipés, si tant est que nous nous mettions à l’écoute de la vie en notre être et à l’écoute de notre conscience profonde, d’où nous pouvons recevoir des messages, des lumières pour la conduite de notre vie. Nous ne sommes pas à l’origine de ces lumières; elles surgissent parfois en nous et nous étonnent; certaines personnes les accueillent de plus grand qu’elles, dans leur relation à la transcendance. En notre être nous sont donnés une direction, un sens et notre conscience profonde, en chaque situation unique, nous indique le chemin pour incarner cette direction de manière réaliste et respectueuse de notre personne et des autres. Nous ne sommes donc pas dans la nuit sans lampe pour éclairer notre route : comme les anciens mineurs de ma région ayant vécu des conditions de vie si rudes, équipés de leur lampe frontale, nous sommes, nous aussi équipés, chacun, de notre lampe frontale, si nous développons une écoute fine de ce qui se dit au cœur de nous.

Alors, en cette période si délicate et difficile pour beaucoup d’entre nous, et à l’approche des fêtes de Noël et de fin d’année, je vous souhaite, en toute situation très concrète de votre vie, de développer cette écoute fine pour accueillir la lumière et la force pour les pas à poser.

Belle fête de Noël à chacune et chacun !

Marie-Odile CROZAT, Formatrice agréée PRH

11 commentaires sur « Sommes-nous sans lumière pour éclairer notre route ? »

  1. Merci Marie Odile.
    Tu m’encourages à développer une écoute fine de ce qui se dit au cœur de moi même. Un appel a me pauser chaque jour pour être à l’écoute et saisir ce a quoi m’appelle ma conscience profonde..

  2. Merci Marie-Odile pour ce partage qui éveille en moi l’espoir, la joie et réveille la sensation de sa présence. Cette présence qui éclaire mon chemin et me rend plus solide.
    Je vous souhaite de belles fêtes.

  3. Merci Marie Odile pour les photos apaisantes et ton article .je vais chercher comment écouter pour accueillir les lumières car j’appréhende ces vacances de Noël sans le travail et dans la solitude . Bonne journée a tous les blogueurs de prh !

  4. La première photo qui accompagne cet article est parlante: nous souhaitons que notre vie soit une ligne droite bien tracée, force nous est de reconnaître qu’elle ressemble souvent à cette rivière, toute en méandres. C’est l’occasion de méditer cette pensée de Montaigne :  » je plains l’homme qui n’a que des certitudes. »

  5. …. » au milieu de toutes ces tempêtes, nous ne sommes pas sans lumière.  »

    Merci Marie-Odile pour tes paroles imprégnées de ta foi en l’Homme, en chacun(e).
    C’est cette foi qui est au coeur de PRH, au coeur des formateurs; en moi elle s’est réveillée à leur contact. Merci !

  6. Une lumière qui entre par les oreilles et sort par les yeux. Une lumière qui me traverse et fait son propre chemin.
    Parfois, sa vitesse brûle mes oreilles, mes yeux et surtout mes pieds. Est-ce une année-lumière? Je la sens.

    1. J’aime cette “sensation d’année-Lumière “… mais que dit-elle? Que me dit-elle? À quoi m’invite-t-elle du lieu de mon Univers profond?

  7. J’aime cette “sensation d’année-Lumière” partagée par PR….
    Mais que dit-elle cette lumière, cette fulgurance? Que me dit-elle? À quoi m’invite-t-elle du lieu de mon Univers profond?

  8.  » C’est la nuit qu’il est bon de croire à la lumière » Edmond Rostand, je crois. Merci , M Odile pour ta méditation et les 3 magnifiques photos. Je remarque que, dans chacune des photos, la lumière vient de plus haut, de plus loin car, vraiment, je crois qu’elle nous est donnée. Même si parfois, elle n’apparaît qu’au bout d’un long tunnel.comme cela a été mon cas. Je crois également qu’elle nous est donnée « entre-nous » quand nous nous mettons à plusieurs à la chercher et à la célébrer. Que la Lumière et la Paix remplissent les (vos) coeurs à Noel!

  9. Magnifique !
    Emerveillée de cette Intelligence qui nous donne à voir clair… l’outil et les éclairages d’André Rochais qui nous aident plus que jamais à trouver ce coeur de nous-même…
    Comme une sensation, c’est maintenant…
    Douces fêtes à l’écoute du précieux en nous!

  10. Je pratique depuis longtemps la photographie sans chercher à savoir pourquoi. Je voulais fixer pour partager les émotions observées sur les visages comme dans la nature. Quelqu’un m’a expliqué l’étymologie de photographier que surement certain(e)s connaissent: Photo=lumière & graphie=écrire. Bonheur instantané de réaliser que c’est la lumière qui « écrit » mes clichés. Moi et mon appareil, nous sommes au service de la lumière ! alors que j’étais persuadé du contraire …. Ce que je trouve beau, c’est en fait un cadeau que me fait la lumière, mais en fait la Vraie Lumière.
    Je te remercie Marie-Odile et tous ceux qui apporte leur témoignage.
    « Il est des photos plus parlantes que bien des mots …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s