Pourquoi faire à nouveau une formation, après un ou plusieurs stages ?

Le respect de la liberté des personnes est fondamental pour moi. Je ne veux absolument pas peser sur quiconque. Aussi, longtemps, j’ai eu des scrupules à proposer des formations à des personnes qui avaient déjà fait des stages, par peur de contraindre leur liberté. Avec le recul, je réalise que cette attitude n’était pas juste, pour plusieurs raisons.

D’une part, j’ai pu être dans une surprotection : proposer, ce n’est pas imposer. L’autre reste libre de me dire oui, ou non. Je peux faire confiance à sa capacité de liberté et de discernement.

D’autre part, j’ai pris conscience de l’importance qu’avait eu, à certains moments de ma vie, les bons conseils d’une personne, qui me recommandait alors de faire telle formation. Sans elle, je serais passé à côté de stages qui m’ont été fort utiles pour mon avancée.

Et puis, je réalise de plus en plus que c’est bon pour beaucoup de personnes de revenir faire une formation PRH, ou d’une autre approche, après une ou plusieurs expériences de formation. Pourquoi cela ?

Nous vivons dans une société qui est très extériorisante, où beaucoup de personnes n’ont pas la chance d’avoir des relations vraies, où l’on peut se rencontrer en profondeur. Or, pour grandir, nous avons besoin de ces rencontres vitalisantes.

Plusieurs images me parlent, pour illustrer cela.

Prenons l’exemple d’une personne qui, manquant d’exercice physique, s’inscrit à des vacances sportives, où elle pratique intensément, pendant une semaine, des activités physiques. Elle « se dérouille », elle s’oxygène, elle retrouve jour après jour la forme, et elle ressort de sa semaine avec une pêche, un dynamisme physique qu’elle ne se connaissait plus depuis des années ! Et puis, rentrée chez elle… plus rien ! Elle reprend son train-train quotidien : le sport, c’est fini ! Combien de temps croyez-vous qu’elle va conserver les bénéfices de sa semaine sportive ?

Prenons maintenant un jardinier amateur qui décide de consacrer du temps à son jardin, trop longtemps délaissé. Il désherbe, il bine, il sarcle, il bêche, il taille, il plante ou replante… Au bout d’une semaine, quelle satisfaction ! Le jardin est métamorphosé ! Quelle harmonie retrouvée ! Quel plaisir ! Et puis (vous me voyez venir), plus rien ! Il laisse ensuite son jardin à l’abandon, et celui-ci est peu à peu envahi à nouveau par les mauvaises herbes, et les bénéfices de la semaine intensive de jardinage s’estompent peu à peu…

Il en est de même pour notre jardin intérieur. Sans entretien, la clarté que l’on y a mis peu à peu disparaît.

Pour que cela devienne habituel, il faut s’entraîner, et s’entraîner encore. A vivre en accord avec son être et en fidélité à sa conscience profonde. A s’ouvrir à son monde intérieur et analyser ses sensations. A vivre la sagesse de son corps… « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage », disait Boileau. Il en est ainsi pour notre croissance personnelle, qui demande un entraînement et de la persévérance.

Et puis, la croissance est tout au long de la vie. Nous n’avons jamais fini d’explorer notre monde intérieur, et de découvrir de nouvelles choses sur nous. Et c’est passionnant !

Pour toutes ces raisons, il est bon de revenir régulièrement à votre formation personnelle, avec PRH, ou tout autre moyen qui est bon pour vous. Je vous y encourage. Non pour des motifs économiques ou marketing motivés par l’intérêt des professionnels de la formation. Mais par respect et considération pour votre croissance.

Régis Halgand, formateur agréé PRH

6 commentaires sur « Pourquoi faire à nouveau une formation, après un ou plusieurs stages ? »

  1. Merci Regis pour ces illustrations si parlantes et si vraies. PRH est pour moi un fil conducteur sur mon chemin de vie depuis de nombreuses annees et faire et refaire un stage nourrit et renouvelle notre energie profonde. Le chemin de croissance peut paraitre est un long chemin mais petit a petit on se sent gandir et en harmonie avec le dynamisme de son jardin interieur.

  2. « Faire à nouveau » pour y découvrir du « neuf » !

    Ce mot « neuf » est capital pour moi, il dit le mystère que nous sommes et que nous n’avons pas cessé de le découvrir.

    Parfois, il faut du temps pour intégrer ces découvertes pour que d’autres « neufs » émergent !
    Parfois, certaines choses vont disparaître, mourir pour laisser la place au « neuf »
    Parfois, on peut créer du neuf avec de l’ancien.

    Quelque soit la situation, il est bon de savoir que la création se renouvelle chaque matin.

  3. A 81 ans passés, je continue de faire usage avec bonheur de l’outil prh. Avec bonheur( sans nier les difficultés) parce que je découvre, à chaque pas d’intériorisation, la beauté renouvelée de mes profondeurs, en ce lieu où j’expérimente que la Vie m’est donnée dans une confondante gratuité. Merci, Régis, de me permettre d’exprimer mes encouragements à ceux qui trouvent le chemin long et/ou escarpé. La formation se fait pas à pas. A chaque jour suffit sa peine ! Une aide extérieure peut aider à débusquer les pièges dans lesquels nous tombons sans le savoir. L’essentiel est d’être en chemin, quel que soit l’âge.

  4. Merci Régis pour ces mots. Je partage tout à fait ces images à propos de notre jardin intérieur. Son exploration est infinie et tellement riche ! Entretenir et prendre soin de notre intérieur …

  5. Comme pour le jardin, il y a des saisons adéquates pour reprendre, affiner certaines parcelles. Tout ne se travaille pas à la même saison, de la même manière. C’est vrai aussi en permaculture! Si on veut que le système fonctionne, il faut intervenir au bon endroit au bon moment. C’est cette intuition qui me guide quand je choisis tel ou tel stage (ça reste vrai dans mon projet de fpm) Alors, les propositions des formateurs à la fin d’un stage sont un rappel des possibles pour que je choisisse le bon outil quand le moment sera venu. Et ce n’est pas rien!

  6. Merci Régis pour cet article. Je suis tout à fait en accord avec ce que tu écris. La croissance c’est du court et du long terme. Faire un stage réveille les forces de vie, nous met en marche, nous permet d’expérimenter des relations vitalisantes, respectueuses de chacun.e dans un climat de confiance.
    Pour permettre à cet élan de vie retrouvé de se poursuivre, il faut continuer à se donner des temps de vitalisation, d’approfondissement. Cela peut être : participer à d’autres stages, à un GRAC (rdv périodiques dans l’année), se faire accompagner, avoir des temps d’analyse personnels. Tout cela contribue à nous faire grandir, à passer les obstacles, à clarifier notre monde intérieure pour une meilleure présence à nous-même et aux autres. Cela peut-être aussi d’autres moyens hors PRH que l’on identifie comme étant bon pour nous. Nadine C.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s