un temps d’arrêt…

Nous vous proposons cette semaine un temps d’arrêt à partir d’une photo et d’un texte d’André Rochais, le fondateur de PRH

Prenez le temps de la contempler et de lire le texte, puis écoutez en vous ce que cela éveille.

Vous pouvez le partager aux autres lecteurs du blog en réagissant à cet article.

Si la mèche trempe dans l’huile,
l’huile monte et la flamme brûle.
De même il n’y a diffusion
de vie et d’énergie
que s’il y a contact
avec sa source intérieure.

 André Rochais

5 réflexions sur « un temps d’arrêt… »

  1. N’est ce pas dans les moments difficiles (où l’on tremble) que l’on se reconnecte à notre source intérieure? et on se pose ses questions, qu’est ce que je veux vivre vraiment?
    Mais heureusement aussi , qu’on peut se reconnecter à sa source intérieur à d’autres moments.
    Sinon, cette photo, cette bougie m’évoque la présence de Dieu, qui me fait me reconnecter à ma source intérieure aussi.
    Merci pour ce texte d’André et pour cette photo qui m’accompagnera pour un moment

  2. Quand les yeux s’ouvrent, l’invisible se voit.
    Quand les oreilles s’ouvrent, c’est indicible.

    L’ouverture se fait contact.

    Un silence profond et qui se prolonge …
    Le temps ne s’est pas arrêté et c’est l’Eternité qui vient me visiter.

  3. C’est parfois difficile de tout arrêter, pour prier, pour lire, pour respirer, pour se connecter à soi.
    Mais André Rochais nous dit une vérité : sans ce temps là, pas d’énergie paisible en soi, pas de diffusion positive non plus.
    Alors, quel va être le moyen de parvenir à cet arrêt ?
    La bougie, la mêche dans l’huile, est une belle image.
    Merci !

  4. La flamme brûle ne craignant pas le souffle qui semble la détourner.
    Arrimée à la mèche, elle puise sa force d’une invisible profondeur.
    Son ardeur ne s’éteint pas, et plus elle brûle, plus elle désire brûler.
    La source à laquelle elle s’abreuve lui inspire le bonheur.
    Bonheur de redonner le trésor qu’elle reçoit d’être elle-même.
    Bonheur de reconnaître le chemin quand elle aime.

  5. Vision magistrale d’André en sa profondeur et sa largeur d’universalité.
    Regard posé sur notre cœur à l’origine, notre jaillissement premier , un déjà là , brûlant d’un feu pour incarner le « don unique » qu’il porte.
    Alors en effet, « là où est ton cœur est ton trésor…et ta source. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s