L’expression créative, un moyen pédagogique qui facilite l’accès à son monde intérieur

Béatrice Sablonnière, formatrice PRH, aime proposer aux personnes qu’elle accompagne l’utilisation de l’expression créative. Argile, peinture… des moyens qui permettent un accès plus facile à son monde intérieur. Elle nous explique comment elle s’en sert, en relation d’aide ou en parcours d’année.

Béatrice, comment as-tu eu l’idée d’utiliser l’expression créative dans la relation d’aide ?

Béatrice Sablonnière : Je suis partie de mon expérience : au cours de ma formation personnelle, j’ai utilisé ces techniques en sessions. Je précise d’emblée que je ne sais pas dessiner, mais j’ai vraiment accroché à l’expression graphique qui m’a fait découvrir combien cela m’aidait à déchiffrer et creuser mes sensations. En travaillant l’argile ou en peignant, je parviens à rester collée à ma sensation et à aller plus loin dans la découverte de mon monde intérieur, à la fois de mes réalités positives et de mes blessures. L’analyse PRH permet ensuite de continuer à voir, par exemple, « ce que mon œuvre me dit de moi » et ceci arrive par sensations et non comme un commentaire ou une interprétation de mon œuvre.

vida-y-creatividad-caminoEn tant que formatrice, j’ai eu envie de mettre à profit cette expérience en proposant un parcours d’année utilisant l’expression graphique et l’argile. Constatant que plusieurs personnes apportaient d’elle-même leurs œuvres en entretien d’aide et que cela les aidait à voir encore plus clair en elles, j’ai proposé, en temps fort de relation d’aide, de découvrir ou d’utiliser ces supports.

 Un parcours d’année avec l’expression créative, cela ressemble à quoi ?

Béatrice Sablonnière : C’est un parcours de 6 à 7 rencontres qui propose aux personnes de choisir ce qu’il est bon pour elles et pour leur croissance de regarder.

Le thème exact de ce parcours est « Ma croissance par l’expression créative ». A la première rencontre, chacun choisit les points sur lesquels il souhaite avancer, tenant compte de ses besoins de croissance, de son étape de cheminement et des priorités de sa vie. C’est vraiment « à la carte » : on peut souhaiter clarifier un vécu en relation, faire un discernement, choisir de déchiffrer le solide et positif en soi, etc. la mise en route se fait avec un TPA puis chacun va s’exprimer librement pendant une heure et demie. Ce temps d’expression est suivi par un temps d’analyse puis par un temps de partage.

Quel est selon toi le « plus » de l’expression créative ?

Béatrice Sablonnière : L’expression créative met la personne en contact avec son corps et sa sensibilité, permettant ainsi au « moi-je »(1) de se mettre en retrait pour ‘faire son job’ du moment : écouter les messages du corps et de la sensibilité et suivre plutôt que de précéder, ou décider de ce qu’il veut explorer. C’est la sensation en nous qui guide le choix d’une couleur, d’une ligne, d’une forme, d’un matériau.

Ce moyen est particulièrement efficace pour les personnes à tendance cérébrale ou hypersensible qui ont parfois du mal à se mettre à l’écoute des sensations émanant de plus profond en elles.

Par exemple certaines personnes, lors de travail en petit groupe, trouvent difficile de se connecter à leur monde intérieur. Je les invite à travailler la terre, ou plutôt à laisser les mains travailler la terre, sans attente, sans projet. Au bout d’un moment, ce contact avec l’argile, en silence, les yeux fermés, réveille en elles un ressenti corporel et leur permet de se faire présentes à ce qui se passe en elles. Elles peuvent alors se laisser surprendre par des sensations plus profondes et se laisser les exprimer avant de les analyser.

En modelant de l’argile ou laissant les doigts, les mains faire sur le papier, la personne se tourne vers son monde intérieur. Centrée sur elle-même, en silence, elle peut ainsi aller dans la profondeur d’elle-même.

Ce moyen peut enfin aider des personnes aux prises avec des perturbations sensibles (contrariétés, épreuves de la vie, blessures du passé) à apaiser leur tumulte intérieur en l’exprimant, avant de pouvoir s’ouvrir à ce qui vit aussi en elles.

Le but est de faciliter la connexion avec son monde intérieur et de favoriser l’analyse de ce que l’on découvre de soi et plus particulièrement ses richesses d’être, capitales à « déterrer » pour sa croissance.

Faut-il avoir des compétences artistiques pour utiliser l’expression créative ?

Béatrice Sablonnière : Non, pas du tout ! Il faut simplement avoir le goût pour sa croissance, avoir envie d’avancer dans son cheminement. Il ne s’agit pas de savoir, de vouloir ‘faire du beau’, mais d’accepter d’être à l’écoute de ce qui vient, de se laisser faire. Toutes les œuvres sont belles dans la mesure où elles expriment une vérité humaine d’une personne à un moment donné.

Comment utilise-t-on une œuvre en relation d’aide ?

Béatrice Sablonnière : Il y a plusieurs manières. Les personnes qui ont du mal à préparer un entretien par écrit ou avec une topographie peuvent s’exprimer par un moyen graphique ou avec l’argile : cela peut les aider à cerner une sensation par rapport à une problématique. De même pour le bilan de l’entretien : on peut s’exprimer par ces moyens qui faciliteront l’analyse de ce que l’on a découvert sur soi et pour sa vie.

On peut aussi apporter une œuvre en entretien d’aide et s’en servir comme support pour entrer dans l’analyse. Les œuvres révèlent beaucoup des personnes, au-delà de ce dont elles ont conscience. On peut donc utiliser la même œuvre, à plusieurs reprises, pour découvrir du neuf sur soi que l’on n’avait pas perçu au premier déchiffrage.

img_20140916_195201-ana-mariaAs tu envie d’ajouter une dernière chose ?

 Béatrice Sablonnière : Dans un monde où on parle beaucoup de communication, je dirai que l’expression créative permet d’apprendre à communiquer avec soi, d’accéder à ce qui est solide et unique en soi et en plus d’expérimenter le bonheur d’explorer ses richesses !

Je rentre d’un temps fort de relation d’aide de 4 jours où les personnes ont utilisé l’expression graphique et le modelage de l’argile. Je suis émerveillée de les avoir vues dans leurs avancées, leur humanité, leurs forces et leurs fragilités. Des personnes vivantes, en recherche, en marche. Mon travail d’accompagnement avec ces moyens prend tout son sens et son efficacité quand il permet de continuer et d’intégrer tout le travail fait dans un stage PRH.

(1) Moi-je : instance de la personne ressentie au niveau de la tête, où fonctionnent l’intelligence, la liberté et la volonté.

Propos recueillis par Marie-Pierre Noguès-Ledru, collaboratrice PRH

Prochains temps intensifs de relation d’aide dans la région Hauts de France : (départements :59, 62, 80, 02) : 3 jours le week-end du premier mai 2017 et le premier week-end de juillet 2017 Ces temps sont ouverts à tous : ils peuvent être un moyen de découvrir la formation PRH.

6 réflexions sur “ L’expression créative, un moyen pédagogique qui facilite l’accès à son monde intérieur ”

  1. Merci pour ce partage Béatrice. Je partage tout à fait l’intérêt de l’expression créative, faire décrocher le Moi je pour découvrir de manière assez douce ce qu’il y a à l’intérieur de nous. Au plaisir de te revoir.

    1. merci, Hélène pour ton témoignage.oui, c’est vrai, le moi-je est actif, en douceur, pour s’ouvrir et déchiffrer notre réel intérieur.

  2. J’ai expérimenté à plusieurs reprises la force des moyens créatifs qui mobilisent le corps et la sensibilité. En effet, je ne me pose pas de questions. Je choisis intuitivement les couleurs et les formes et je découvre qu’elles sont vraiment des miroirs de ma vie intérieure. Parfois, je me sens bouleversée parce que mes sensations m’a mènent très loin, souvent vers des réalités intérieures touchant à la transcendance. Ce sont des expériences fortes dont je me nouries longtemps et elles m’aident à faire confiance dans mes richesses d’être que je contacte lors de la plongée dans ma vie intérieure profonde. Merci à tous les formateurs et formatrices qui nous proposent ces moyens pour nous aider à nous connecter à la vie en nous!!!

    1. merci, Sabine, de communiquer ainsi la richesse de ton expérience avec ces moyens. c’est vrai que certaines oeuvres sont conservées par les personnes, les rejoignant ainsi durablement dans leur noyau solide.

  3. Dans ces propos recueillis par Marie-Pierre Noguès Ledru ,Béatrice Sablonnière nous partage son expérience d’utilisation de l’expression créative pour accéder à notre monde intérieur.

    Bien que convaincue de l’aide précieuse apportée par l’expression graphique et musicale, plus personnellement,pour entendre ,déchiffrer
    et creuser des sensations ,au point que mon quotidien a toujours été accompagné de créativité,je touche , à la lecture de cet article , à la complexité de la mise en oeuvre de cet outil pedagogique.

    Moyen pour accéder à mon monde intérieur…monde qui peut me faire peur aujourd’hui surtout quand le creusement a commencé et où je suis déjà arrivée à des profondeurs insoupçonnées. A cette profondeur,je suis surprise par des sensations fortes…Qu’en faire? Ne pas les voir?Les regarder?Mais alors ,il me faut continuer ma plongée en profondeur!Suis -je assez solide?Comme le plongeur en eaux profondes qui ne peut remonter trop vite,ai-je les qualités psychologiques nécessaires pour regarder ces sensations profondes et être capable de gérer ce qui peut surgir…être dans un état intérieur de sérénité est primordial.

    Ce qui me fait vous partager cette expérience,c’est que je suis coupée de ma créativité jusque dans mon quotidien ,par une sorte de « tumulte intérieur »face à des sensations fortes que j’observe sans pouvoir ,vouloir analyser.La peur des grands fonds?Et pourtant je me sens chercheuse…
    Ma » vérité humaine » à cet instant de ma vie,c’est une page blanche,une partition non jouée, oeuvre à respecter dans sa beauté en suspens…
    « Être à ce qui EST,à ce qui surgit »,c’est ma tristesse à vivre ce goût perdu à peindre , à m’exprimer musicalement ,à analyser ces sensations qui bloquent mon « enthousiasme créateur ».

    Je me sens sur un palier ,à ressentir ce que peut produire des chocs émotionnels récents, un tarissement de ma source créatrice…

    …de ce palier, je ressens qu’il serait bon d’oser expérimenter à nouveau,ce bonheur d’explorer les richesses profondes,capitales « à déterrer  » pour continuer à grandir.

    Merci pour ce bel article qui m’à rejointe en profondeur.

    Françoise

    1. merci pour votre témoignage, Françoise. ce qui me vient en vous lisant, c’est qu’il y a des moments où il est capital de se respecter dans ses forces et dans son rythme. il n’y a rien à forcer si rien ne vient. ça arrive.quelquefois, juste pétrir l’argile, sans attentes, aide. bien avec vous dans vos découvertes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s