Un parcours PRH à l’international

Maud Briscoe-Renaud a démarré la formation PRH à 26 ans en France, puis l’a poursuivie, au gré de ses déménagements, en Angleterre puis en Australie, où elle vit avec son mari et son fils de 18 mois. Engagée aujourd’hui en FPA (Formation Personnelle Approfondie), elle apprécie le caractère international de la formation.

 Paques 2014

Qu’est-ce qui t’a amenée à PRH ? Maud Briscoe-Renaud : J’ai entendu parler de PRH vers 14-15 ans. Deux membres de ma famille, dont ma mère, avaient suivi des formations et je voyais à quel point cela leur avait apporté. J’ai tout de suite été très attirée par le travail sur soi que proposait PRH. Je me suis donc naturellement tournée vers PRH quand j’ai connu, à 26 ans, un échec sentimental qui m’a fortement ébranlée, me faisant réaliser que la manière dont j’avais construit ma vie ne fonctionnait pas. J’ai contacté Michel Lamarche, alors formateur dans la région parisienne, pour faire la session Aimer et me laisser aimer qui m’attirait. J’ai beaucoup apprécié la souplesse du formateur, et ce stage m’a énormément apporté. Comme je ne travaillais pas à l’époque, j’ai pu poursuivre avec Qui-suis-je ? puis La Vie en moi et ses entraves, une session qui m’a donné un nouvel élan. Quand je suis partie travailler en Angleterre, quelques mois plus tard, j’étais requinquée !

Qu’apprécies-tu dans la formation PRH ? Maud Briscoe-Renaud : J’y ai d’abord trouvé de la compassion et une écoute en profondeur. La découverte du système explicatif m’a permis de comprendre mes fonctionnements. Je peux dire aussi que j’ai trouvé à PRH une grande famille, dans laquelle je me suis tout de suite sentie à ma place. Nous sommes tous réunis par cette quête de soi, de la réalisation de soi-même et cela teinte nos relations d’un respect profond réciproque. La croissance des êtres humains, c’est ma passion.

Dans quels pays as-tu poursuivi ta formation PRH ? Maud Briscoe-Renaud : J’ai continué PRH à Londres, où je suis restée 5 ans. J’y ai fait des sessions, des groupes de croissance, et y ai commencé ma FPM (Formation Personnelle Méthodique) avec la formatrice anglaise, Robina Scott, qui est seule dans le pays. J’ai aussi continué de faire des stages en France, en fonction des calendriers de sessions. En 2010, je suis partie m’installer en Australie et j’ai contacté Zofia di Stefano qui, elle-aussi, est la seule formatrice dans le pays. J’ai donc poursuivi ma formation en Australie, tout en continuant mon accompagnement personnel principalement avec Robina. Aujourd’hui, je fais tous mes stages en Australie, et ma FPA avec Robina. Par le biais des vidéo conférences, nous avons pu garder notre groupe de croissance FPA bien que plusieurs membres aient quitté l’Angleterre. En Australie, j’ai aussi tissé de liens forts avec la communauté PRH Australia que je retrouve en sessions ou lors de stages de relaxation et temps d’être que Zofia propose. Par ailleurs, je coordonne la newsletter de PRH Australia.

La formation est-elle différente d’un pays à l’autre ? Maud Briscoe-Renaud : Non, la formation est semblable quels que soient les pays et la qualité des sessions y est identique. Il n’y a pas de frontière à PRH ! Partout j’ai bénéficié d’un accueil chaleureux et j’ai apprécié l’éthique commune des formateurs PRH : leur qualité de présence, leur confiance et leur respect profond de la personne, leur authenticité aussi qui invite à vivre sa propre authenticité. L’humanisme que porte PRH est universel. Les différences tiennent finalement à la structure de chaque pays et à la nécessité de s’adapter à la culture locale. En Australie par exemple, les sessions sont parfois proposées en 2 week-end ou 5 dimanches au lieu de 5 jours consécutifs. La formatrice australienne forme des futurs formateurs en Indonésie et en Malaisie : Skype est pour elle un outil clé !

Que représente pour toi la dimension internationale de PRH ? Maud Renaud : L’international, c’est ma vie ! Je suis heureuse que PRH ait cette dimension qui m’a permis de poursuivre ma formation au gré de mes choix d’installation. Je suis touchée par les formateurs qui, comme Robina en Angleterre ou Zofia en Australie, exercent seules dans leur pays et font vivre PRH grâce à leur dévouement. Si je deviens un jour formatrice, j’aurais envie de m’investir dans cette dimension internationale de PRH.

Propos recueillis par Marie-Pierre Noguès, collaboratrice bénévole de PRH.

Maud Briscoe-Renaud vient de fonder à Melbourne un cabinet de coaching/consulting PeopleWin Consulting.

2 réflexions sur « Un parcours PRH à l’international »

  1. Merci Maud,
    Je suis heureuse, en lisant cet article, d’avoir des nouvelles de PRH dans 2 pays l’Angleterre et l’Australie.
    Il serait intéressant d’avoir comme cela des nouvelles des différents pays.
    Moi-même j’ai pu bénéficier au Japon d’un accompagnement avec une animatrice canadienne qui formait des personnes au Japon et qui faisait un gros travail de traduction. Je lui en suis très reconnaissante.
    J’ai pu poursuivre ma formation PRH lors de mes retours en France et continuer à être accompagnée à distance lors de mes différents postes en Asie et au Moyen Orient. Cela a été pour moi très aidant.
    En lisant ton article, je ressens en moi cette dimension universelle, sans frontière et un intérêt pour cette vie qui se déploie sur tous les continents.
    Bonne route !
    Nadine C.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s