Septembre

Septembre… J’aurais pu vous dire l’été indien qui s’éveille enfin, le soleil qui chauffe mirabelles et raisins, la vigne vierge qui rougit les haies vives, les rigolades et cavalcades des enfants qui recommencent à  tirer sur les sonnettes en rentrant de l’école…Mais voilà, le cœur n’y est plus, et pardonnez-moi, il n’y est plus tout à fait depuis quelques temps déjà…Car à l’heure où nous revenons de notre repos annuel bien mérité, la barbarie n’a pas sommeil.

Et mon cœur pleure. Toute ma personne pleure devant les égarements de notre humanité. Toute ma personne pleure, secouée et solidaire de tant  de souffrances et d’errances. Le non-sens vient rageusement frapper à ma porte : où est-elle ta Vie ? Où est-elle ta joie ? Ta foi en l’homme ?

Le silence m’habite, et l’effroi.

Et c’est du fond de cet effroi que je sens frémir en moi, malgré moi, cette drôle de petite fille, selon le mot de Péguy : espérance.

Espérance, je t’ai chevillée au cœur, et, chers, très chers amis blogueurs, pour votre part, vous la nourrissez : Je vous vois et vous entends en stage ; vous êtes traversés par des dynamismes de vie, d’amour, de bonté, de fraternité ; habités de joie et de paix, et j’en passe…Toutes ces pépites d’être que vous mettez en œuvre en vous engageant concrètement dans votre quotidien, pour faire et vivre votre « part du colibri » et ainsi humaniser le monde ; certains d’entre vous, je le sais, vont jusqu’à l’héroïsme pour que l’homme ne s’éteigne pas au cœur de l’homme.

Alors laissez-moi vous saluer et vous dire ma gratitude pour vos cheminements  de croissance que vous conduisez avec courage et détermination ; laissez-moi aussi vous renouveler humblement mon engagement auprès de vous, pour que l’homme vive !

Sylvie Grolleau, formatrice agréée PRH

16 réflexions sur “ Septembre ”

  1. Merci pour ce petit billet apaisant au matin,
    je vous retourne ce grand MERCI à partager avec tous ceux qui font vivre PRH et nous accompagnent ainsi à la rencontre de nos ressources et pépites intérieures, pour nourrir nos vies et habiter notre monde qui bouge dans la douleur ou la joie, ce monde qui a besoin de toutes nos richesses intérieures.
    à bientôt

  2. Un grand merci pour ce message plein d’enthousiasme, d’entrain, qui redonne la pêche surtout en ce début de saison , et c’est bien grâce à vous tous formateurs habités d’un grand professionnalisme qui nous permettent aussi d’œuvrer pour le bien de l’humanité, avec modestie

  3. Je me suis sentie très émue en lisant votre témoignage, Sylvie…et merci de votre engagement qui nous aide à garder un regard d’espoir sur l’être humain!
    Cet été, j’avais de la difficulté à ressentir la joie qui est en moi, tant les souffrances vécues par les « Chrétiens d’Irak « me mettaient dans la peine…et ce mois de septembre et ces « exécutions barbares »qui font pleurer nos coeurs…
    Notre coeur a besoin de pleurer mais l’ESPERANCE nous habite…Pour moi, je la trouve dans la Prière de Saint FRANÇOIS qui est l’expression de l’AMOUR pour éradiquer la haine de notre humanité

    Méditer ce texte d’espérance est chemin de réconfort, de pardon et d’action pour ma vie au quotidien.
    Oui, pleurer mais espérer…
    pleurer mais AIMER….
    …pour rejoindre cette part du sacré qui est en nous.

    Françoise

  4. Votre texte m’a rejoint loin: moi aussi je me sens à-terre, atterrée devant tant de barbarie et mon coeur comme tant d’autres saigne. Alors quel Sens?
    En cette belle journée de ciel si bleu, si pur, celui d’abord peut-être des sens: le silence habité de la forêt, si doux et enveloppant, le pureté de la lumière, la caresse du soleil sur mon visage et de l’eau fraîche sur mon corps, tous mes sens me conduisent à m’émerveiller de la Beauté. Miracle que ce monde, malgré tout, puisse offrir tant de beauté, miracle pour moi que d’exister ici et maintenant, miracle d’être vivante avec des yeux, un coeur, des oreilles pour contempler cette Beauté, miracle que de pouvoir donner, recevoir et offrir.
    Alors oui c’est « la Beauté qui sauvera le monde » comme l’a écrit Dostoivski, beauté de la Bonté, beauté de la Vérité, beauté de la Vie, beauté qui au-delà et par de-là l’horreur, me donne aujourd’hui direction, signification, nourrit mes sens et mon âme en m’invitant à la gratitude.NLM.

  5. Merci Sylvie pour ton partage ! Moi, quand je me suis risquée à ouvrir la radio l’autre jour, j’avais presqu’envie de me boucher les oreilles en me disant « ce n’est pas possible !! quand nous déciderons-nous à grandir ? » Et puis hier matin, quelle joie d’apprendre que des musulmans protestaient en disant « not in my name », que le Coran ce n’était pas ça, etc… Je me suis dit que c’est incroyable, mais il y a toujours une petite miette d’espérance quelque part, et… faut juste patienter un peu, regarder dans tous les recoins, elle finit toujours par apparaître, germer, se relever, rayonner… Continuons à croire en la bonté de l’homme !!!!!!!!!!!!!!!!

    1. Chère Maya,
      Je me suis réjouie, moi aussi, en découvrant ce mouvement « Not in my name  » ; c’est vrai, ne cessons pas de guetter l’aurore qui elle, ne cesse de poindre !
      Sylvie

  6. Bonjour Sylvie, et merci pour ce si beau texte.
    Oui, la marche du monde peut nous pousser au désespoir… et c’est vraiment au cœur de nous-mêmes, au cœur des personnes que nous rencontrons et qui viennent nous voir pour arroser le cœur de leur cœur et leur humanité que nous trouvons la force de vivre, cette espérance dont vous parlez et notre lumière.
    Depuis 1998, j’ai suivi plusieurs sessions PRH, en particulier avec Michèle Callet qui m’a beaucoup aidé à tenir debout et à avancer sur le chemin de ma vie.
    En vous souhaitant cette force de vie qui est là, au plus profond, dans la rencontre avec notre essentiel et avec l’autre,
    Bien à vous,
    Olivier

  7. Devant la barbarie, ma première réaction est la révolte, puis la tristesse. Je suis triste pour mes sœurs algériennes rencontrées au printemps. Un élan en moi me dit « comme elles doivent être touchées, je vais leur écrire ». Puis aussitôt la peur. Si je leur manifeste que je suis à leur côté est-ce que je ne vais pas les mettre en danger ?
    Alors Sylvie, ton message vient me réveiller. Si je cède à la peur, alors la haine aura gagné, la barbarie triomphera.
    Merci

  8. face à l’horreur de l’assassinat du Français enlevé en Algérie, cela réactive en moi cette horreur que j’avais ressentie fin novembre 1960 alors tout jeune appelé ( pas encore 20 ans ! ) en AFN à Aïn-Arnat près de Sétif, j’ai essayé de mettre cela en mots, pas facile
    Amicalement
    Gérard

    ETRANGER

    De ce pays, cette ville où j’arrive,
    je ne sais rien,
    je ne connais rien,
    ni la langue que l’on parle, ni les coutumes.

    Les rues sont vides, pas un signe de vie …
    mais je sens que quelque chose de terrible s’est passé ici.

    Les murs sont blancs, surexposés de lumière,
    en réalité ils sont tachés de sang,
    de sueur,
    de peur,
    de cris éclatés ou refoulés,
    de larmes minéralisées.

    Le sol a tremblé,
    tout a soudain basculé du côté de la mort,
    l’homme est tombé plus bas que l’animal,
    la femme a été niée, détruite.

    Le soleil a été occulté par la folie des hommes.

    La chaleur opaque, le vide, le silence…

    La stridence du vide, l’opacité du vide,
    comme un néant plus dur qu’un mur de diamant,
    sur lequel s’écrase l’esprit humain.

    Sétif, département de Constantine, Novembre 1960
    Gérard C. Appelé en AFN. Contingent 602B.

  9. Merci Sylvie pour cette espérance et cette vie qui arrive à se frayer un passage même là où tout semble perdu. Et merci aussi pour les messages des blogueurs qui me font sentir cette « commune » espérance.

  10. Merci Sylvie et merci à chaque blogueur, à tout un chacun qui apporte son petit caillou d’espérance vécue dans sa propre expérience

  11. Ce matin je lis ce beau message et cela me touche profondément!!! Je me sens rejointe loin en moi, oui pour s’engager ça prend de la force du courage mais quel bonheur!!! Sortir de ses torpeurs ça prend de la force et du courage. Prh est une route d’espoir dans lequel je rencontre le possible dans mon impossible. Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s