Bien vivre sa retraite

 imagesCA33VN7WQuand on parle de la retraite, on pose généralement le regard sur ce que l’on quitte, rarement vers où l’on va. Pourtant, cette période de la vie recèle des opportunités et des risques. En être conscient aide à bien gérer cette nouvelle étape.

Au moment de la retraite, un grand changement s’opère dans le rapport au temps. Pour la première fois depuis le début de la vie, l’emploi du temps n’est plus structuré par l’extérieur (l’activité professionnelle), mais par soi-même. Les conséquences varient fortement selon les personnes. Certaines ne savent pas quoi faire de cette liberté nouvelle, et s’isolent; d’autres s’engagent dans beaucoup d’activités, au risque de l’éparpillement, et de l’épuisement… Les sollicitations extérieures peuvent être multiples. Est-ce pour autant au nouveau retraité de satisfaire tous les besoins ?

Pour éviter ces pièges, il importe plus que jamais d’écouter ses aspirations profondes, et de choisir comment on occupe son temps. Après quelques semaines de désarroi, un couple de nouveaux retraités s’est ainsi donné rendez-vous, chaque dimanche, pour faire l’emploi du temps de la semaine à venir. L’occasion pour eux de choisir des activités, et des moments de vrai temps libre.

Que devient mon identité, quand je me suis présenté(e) toute ma vie comme médecin, enseignant(e)… et que je me retrouve sans profession ? Plus le métier a du sens et prend une place importante dans sa vie, plus le passage est difficile. Il y a un deuil à faire d’une activité qui comblait et un sens nouveau à trouver à sa vie. Ce qui aide est de réaliser que mes compétences ne disparaissent pas, et que je peux sans-titreles mettre en œuvre sous une autre forme. La retraite est aussi l’occasion de déployer de nouveaux talents. La nouveauté offre un challenge très stimulant. Parmi les activités salutaires, une activité physique ou sportive contribue au bien-être et à la santé. Ainsi, la perte d’identité professionnelle est une opportunité pour continuer de découvrir son identité profonde.

La vie relationnelle est également transformée par le passage à la retraite. Pour beaucoup, elle était intimement liée au travail. Et pour certains, la coupure peut être brutale. En être conscient permet de saisir l’opportunité que constitue le fait d’avoir plus de temps, et de nouer de nouvelles relations.

L’équilibre du couple est remis en cause lors de la fin de la vie professionnelle. Cette relation, qui a pu être en jachère revient au premier plan avec de nouvelles attentes. On peut retomber dans une relation fusionnelle. Deux conditions pour faire de ces changements un renouvellement positif :

–          privilégier le dialogue où chacun peut accueillir les besoins et aspirations nouvelles

–           et définir de manière nouvelle les territoires personnels et le territoire partagé.

La vie de famille est aussi une dimension essentielle de la vie de bien des retraités aujourd’hui. Fotolia_32665170_XLOn pourrait parler d’une « génération sandwich», prise entre l’accompagnement des parents vieillissants, parfois dépendants et des enfants et petits-enfants parfois très en attente de temps ou de soutien.  Comment vivre sa vie, ne pas faire que répondre aux attentes des autres ? Savoir dire non n’est pas toujours de l’égoïsme. Cette période recèle l’opportunité de nouer une autre relation avec ses parents âgés avant qu’ils ne partent. Et la relation à ses enfants et petits-enfants donne profondément sens à l’existence. L’important est de choisir : c’est la condition pour vivre des moments de qualité avec ses proches.

Une autre dimension à  regarder en face et à gérer est celle du vieillissement physiologique, le sien et celui de son conjoint. Le déni du vieillissement Mature male student writing in classest un des pièges auquel nous pousse la société. Pourtant, accepter ses limites est sagesse, tout comme faire le deuil de ce qui n’est plus.  Si le corps change et impose des contraintes plus grandes, la croissance personnelle demeure possible. La retraite est un âge où l’on peut cueillir les fruits de son expérience et de sa maturité et en faire bénéficier les autres. Cette capacité de recul et de centration sur ce qui est essentiel, cette patience nouvelle et la capacité à relativiser peuvent s’accompagner d’autres évolutions positives de la personnalité, car l’être de la personne continue sa croissance, pour peu qu’on la favorise.

On le voit, l’âge de la retraite est une étape de changements. Choisir, accepter, dialoguer, écouter la profondeur de sa personnalité, sont autant d’attitudes qui permettent de saisir toutes les opportunités de cette période de l’existence.

Philippe Charrier, formateur agréé PRH

Pour aller plus loin avec PRH

Pour bien vivre cette transition et cette période, PRH vous propose plusieurs modules de formation : « Me préparer à ma retraite » (2 jours), « Etre acteur de ma retraite » (3 jours), « Ma vie de grand- parent » (2 jours). Des temps de recul et de partage, pour vivre sa retraite comme une chance !

5 réflexions sur “ Bien vivre sa retraite ”

  1. Ce qui m’intéresse le plus dans la préparation de la retraite c’est le côté financier. Dans l’un de vos modules de formation pour préparer sa retraite, existe-t-il des conseils pour continuer à vivre aisément comme durant la vie active ?

    1. Le module « Me préparer à ma retraite » vise à vous préparer aux changements qu’entraîne le passage à la retraite sur le plan humain. Il permet de développer ses capacités d’adaptation, de donner un visage à cette nouvelle étape de vie. Nous n’abordons pas directement l’aspect financier et nous ne prodiguons aucun conseil technique sur ce plan là.
      Cependant, il existe un module PRH qui peut répondre à votre recherche : « Explorer ce que je vis face à l’argent et aux biens matériels ». Le contenu de ce module vous permettra de gagner en lucidité et en liberté intérieure face à votre situation financière.
      Philippe Charrier, formateur agréé PRH

  2. Dans cet article, j’ai besoin d’apporter certaines nuances quant à ce qui est décrit des retraités.
    Il existe tellement de situations différentes que je trouve important de ne pas « catégorifier » ces personnes qui constituent une part importante de notre société à l’heure actuelle.

    Il est possible d’évoquer, par exemple, ce que je nommerais « les retraités actifs ». Il ne s’agit pas uniquement d’activités bénévoles ou de services rendus parce qu’on a du temps libre. Mais de personnes qui choisissent, parfois pour des raisons financières d’ailleurs,mais le plus souvent parce que ces personnes ont , de par leur expérience passée ou l’attachement à certaines valeurs, le désir de continuer à être actif dans la société à part entière et à transmettre un savoir, savoir faire, savoir être. Ces personnes , nombreuses autour de moi, sont véritablement engagées, souvent aux côtés de plus jeunes, dans un métier différent de celui d’avant ou une responsabilité, une direction, qui parfois signifie beaucoup de temps et d’énergie donnée et qui nécessite autre chose que juste l’organisation d’un temps libre. Pour ma part, je sens que ce type de retraités augmente et que, leur santé le leur permettant, ils sont actifs et aux côtés des citoyens pour donner au monde ce qu’ils ont à y donner.Ils ne correspondent pas à cette image que à l’âge de la retraite, on coupe avec la vie et les relations d’avant , et on perd son identité professionnelle,même si ces réengagement occasionnent de grands changements.

    1. J’ai été touchée par ce commentare”. Celui-ci m’a fait du bien, comme un coup de fraicheur. Sans doute aussi je me reconnais dans ces “retraités actifs”.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s