Histoire de confiances !

Notre fille aînée quitte la maison : à 17 ans et demi, elle part «en coloc» faire ses études en ville. Je suis pleine de questions en tous genres : comment va-t-elle gérer l’argent que nous lui verserons chaque mois ? Est-ce qu’elle va suffisamment travailler ? Est-ce qu’elle ne va pas au contraire trop travailler et ne pas assez se détendre ? Que va-t-elle manger le soir, elle qui n’a guère d’intérêt pour la préparation des repas ? Dans cette liberté toute neuve et dans une ville pleine de sollicitations, comment va-t-elle faire ses choix ? Conduire sa vie ?

phpers-fam-082-001_A3Et puis je la vois gérer au mieux les incontournables démarches administratives : abonnement à EDF, à l’eau, internet, aux transports en commun ; planifier son déménagement et emménagement : je suis époustouflée par son aplomb, son sens de l’organisation, sa capacité à gérer ses nouvelles relations ! Ce jour, je sens une nouvelle confiance en elle émerger en moi, en la voyant exercer une belle autonomie ! Et alors monte en moi l’histoire de la construction progressive de ma confiance en elle : combien j’ai eu du mal à lâcher mes peurs innombrables, et combien elle m’a aidée à cela ! A travers ses demandes que je n’ai pas toujours comprises, ses pleurs que je n’ai pas toujours accueillis, nous avons cheminé, parlé, expliqué. Son papa m’a été très aidant par ses décodages ajustés, sa façon de me ramener au réel et me sortir de mes appréhensions disproportionnées.

Il a notamment entendu ses revendications face à mon autorité rigide : phpers-enf-036-044_A3Ah ces heures de coucher que j’imposais sans tenir compte de son réel besoin ! Je crois que c’est par là que nous sommes entrées en dialogue toutes les deux, qu’une brèche s’est ouverte en moi pour laisser de la place à ses arguments. Elle a pu commencer à faire entendre ses besoins : De là, sa propre confiance en elle a émergé et a grandi petit à petit. Tout au long de ces années, étayée par ma confiance en elle grandissante aussi en la voyant, elle a osé questionner mes principes : pourquoi pas de bonbons ? pas de protéines au repas du soir ? pas de télévision ? … et plus tard un usage trop limité de l’ordinateur, les horaires des sorties, puis l’envie d’avoir un téléphone portable, la possibilité de dormir chez son petit ami… Tout cela a été l’occasion de dialogue, bien souvent à trois avec son papa, et parfois à quatre quand sa petite sœur était présente et n’en perdait pas une miette !!!

En écrivant tout cela, je mesure combien ma confiance en elle s’est construite petit à petit : je l’ai vue capable de sentir ce qui était bon pour elle, se débrouiller pour nous le faire comprendre avec ses moyens du moment. Je me suis ouverte à ses revendications, me suis assouplie, ai quitté des peurs et lui ai fait confiance. Aujourd’hui la petite fille timide qu’elle était, est devenue une jeune femme capable de quitter ses parents avec une audace et une autonomie qui sont entre autres, le fruit de tout cet accompagnement : elle m’a fait grandir dans la confiance en elle, au fur et à mesure que je l’ai vue acquérir progressivement sa propre confiance en elle-même. Et dans le mouvement réciproque, c’est la confiance que je lui ai témoignée qui lui a permis de grandir en assurance. Il s’agit d’une histoire de grandissement mutuel !

Teenage Girl Lying On Her Bed Using Mobile Phone

Merci cher lecteur, car la rédaction de cet article me permet en touchant à cette histoire, de retrouver en moi ce lieu de la confiance et de quitter mes peurs ! Je découvre de nouvelles compétences en elle, je la vois débrouillarde : C’est une nouvelle étape dans notre relation, je me sens invitée à un accompagnement plus discret et à distance, ajusté à ses besoins et ses demandes. Et pour cela, vive les outils magiques que sont les mails et texto !

Pour aller plus loin : un stage de 4 jours « aider mes enfants à grandir », un module de 2 + 1/2 jours « pour que mes enfants développent la confiance en eux », et un module de 2 jours « exercer mon autorité de manière constructive ».

Anne Flatin, formatrice agréée PRH

3 réflexions sur “ Histoire de confiances ! ”

  1. Merci Anne pour ce partage ! Je viens moi-même de « laisser » mon deuxième fils en coloc loin de chez moi, mon fils inscrit en fac, qui aime faire la fête, qui a retrouvé plein de copains… Bref, toutes mes peurs sont là, au garde-à-vous, et j’apprécie beaucoup tout ce que vous écrivez sur la confiance, tous ces liens que vous avez tissés avec votre fille… ça m’encourage alors, pour ne pas me laisser envahir par mes peurs, mes doutes, mes suspicions, de regarder ce qu’il y a de chouette entre mon fils et moi, sur quoi je peux lui faire confiance, ce que j’apprécie en lui, etc… nommer ces choses et les considérer comme vraies ! Et à partir de là, laisser grandir ma confiance…

    1. Merci Maya pour votre simplicité à évoquer vos peurs au garde-à-vous ! J’aime le chemin que vous envisagez : nommer ce que vous appréciez en votre fils, regarder sur quels faits concrets baser votre confiance, et aussi « considérer ces choses comme vraies » : c’est très juste; et à partir de là, votre confiance va pouvoir continuer de grandir petit à petit ! Nos enfants ont aussi besoin de faire leurs expériences, et ils ont le droit de se tromper : à nous de témoigner d’une présence discrète et aimante, un accompagnement à distance bienveillant ! Et puis je lis qu’il y a des choses chouettes entre lui et vous : ce sont des pépites qui nourrissent l’amour ! Bonne continuation à vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s