Préparer sa fin de vie

En se penchant pour regarder l’intérieur d’une cheminée, une substance jaune coule à un endroit, jusqu’à se rendre compte que c’est du miel … quelques mots proches d’un rêve de Marie de Hennezel, mentionné au début de son livre « La mort intime » (1997).

Comment est-ce possible que du miel puisse couler d’un endroit aussi noir ?

Parler de la vie, ça va … mais parler de la fin de vie, de la maladie, de la mort … attendons le moment venu, plus tard ! Et si cette étape de la vie était une occasion d’habiter plus pleinement sa vie, de prendre soin de sa vie jusqu’à ce terme, de pouvoir aller à ce moment-là aussi, jusqu’au bout de la vie en soi.

A l’occasion d’une maladie grave d’un proche, à l’occasion d’un décès qui nous impacte, des questions viennent autour de ce thème. Il est tentant de les éviter, de les différer surtout. Maintenant, c’est le moment de vivre, de s’occuper des vivants, de s’affairer au rythme de la vie, parfois de nos vies multiples dans nos journées de 24h.

Pour certaines associations d’accompagnement de fin de vie, 131106 Mots-debat-fin-de-viec’est l’occasion, depuis plus d’une année, de présenter ou de mieux faire connaître la loi Léonetti (22 avril 2005). Cette loi souvent peu et mal connue ou ignorée, nous donne des repères sur cette étape qui arrivera inévitablement dans chacune de nos vies : la fin de la vie. Elle est « perfectible » et abordée autrement dans des pays mêmes limitrophes.

Intervenant professionnellement depuis plusieurs années à JALMALV (Jusqu’A La Mort Accompagner La Vie), j’ai participé à l’une de ces conférences d’information. C’est là, que j’ai entendu parler pour la 1ère fois de : « directives anticipées » et de « personne de confiance ».

De quoi s’agit-il ?

Toute personne majeure peut, si elle le souhaite, faire une déclaration écrite, appelée « directives anticipées », afin de préciser ses souhaits131106 Respecter-fin-de-vie quant à sa fin de vie, prévoyant ainsi l’hypothèse où elle ne serait pas, à ce moment-là, en capacité d’exprimer sa volonté.

Elles permettront au médecin de connaître les souhaits de la personne concernant la possibilité de limiter ou d’arrêter les traitements alors en cours …

La personne de confiance peut être utile, pour accompagner l’intéressé dans ses démarches et assister aux entretiens médicaux. Dans le cas où son état de santé ne lui permettrait pas de donner son avis ou de faire part de ses décisions, le médecin ou l’équipe médical la consultera prioritairement. Elle est révocable à tout moment.131106 Fin-de-vie-soins-palliatifs

Vous pouvez en savoir plus en consultant, entre autres, le site de la Société Française d’Accompagnement et de soins Palliatifs.

Avant de faire quoi que ce soit comme démarches, il est probable que cela nous questionne. C’est humain d’avoir des réticences à se tourner vers un tel sujet. Nous pouvons volontiers reporter aux calendes grecques, le moment de notre choix.

Et en même; à qui laisser le choix des interventions et des soins à engager ou à ne pas engager, si ce moment survient plus tôt qu’envisagé ?

Bonne avancée dans tous les recoins de la vie !

Hilaire BABARIT, formateur agréé PRH

2 réflexions sur « Préparer sa fin de vie »

  1. Penser à préparer sa fin de vie est une chose, mais de là à passer à l’acte !!! Ce texte me secoue dans ma léthargie à ce sujet, et ses pistes concrètes (souhaits, personne de confiance) m’ouvrent des portes pour pouvoir regarder l’heure inéluctable de la fin de ma vie.
    Ces pistes m’invitent à des discernements rigoureux et exigeants, dont je pressens qu’ils sont porteurs de paix, parce que sous-tendus par la foi en la vie.

    Merci Hilaire de m’envoyer vers les « recoins de la vie ».
    Anne Brunot

  2. Voici un domaine très sensible de notre existence qui pourtant peut être porteur de beaucoup de vie si on se donne le courage de s’ouvrire à ce que cela éveille en nous comme douleurs ou peurs mais aussi comme forces nouvelles. La mort a toujours fait partie de la vie mais nous redoutons peut être de plus en plus de nous y confronter. Sans tomber forcément dans un vécu morbide ne devons nous pas travailler un peu plus à l’accueillir et à l’accepter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s