Faire sa part

Récemment, j’ai eu une altercation avec ma fille et l’ampleur de ma réaction envers elle m’a saisie. Quand je me suis retrouvée seule, je me suis sentie m’effondrer : comment la mère aimante que je me sens être peut-elle être si explosive avec son enfant ?

Au lieu de me flageller et de me désespérer, j’ai analysé mon ressenti et je suis tombée sur un accablement d’enfant qui sent qu’elle fait mal. Puis j’ai identifié ce qui m’avait mise hors de moi, là encore en lien avec une blessure de mon enfance. Avoir identifié et accueilli ces blessures m’a permis de retrouver ma solidité d’adulte.

J’ai fait ma part. Je n’ai pas effacé mes cris contre ma fille, mais j’ai écouté ce qui me faisait crier. J’ai avancé d’un pas, j’ai fait le pas qui m’était accessible. J’ai fait ma part et je ne peux rien faire d’autre. Je ne peux pas changer mon histoire, je ne peux pas changer ma fille, je ne peux pas effacer la souffrance et la violence qui habitent le monde, mais je peux faire ma part, apporter de la clarté sur mes fonctionnements, je peux mettre de la conscience dans l’inconscience pour ne plus me laisser mener par mes blessures.

Je ne peux pas résoudre miraculeusement les difficultés dans ma relation avec ma fille, mais je peux travailler à ce qui m’empêche de l’accueillir dans sa globalité. A accueillir avec plus de bienveillance mes ratés et mes erreurs. Et je peux aussi aller m’excuser auprès d’elle de mon comportement inadapté.

Je peux faire ma part, et je ne peux faire que cela.

Faire ma part, déjà, c’est être en vérité avec moi. Reconnaître quand j’ai mal agi. Ne pas me trouver des excuses mais comprendre ce qui s’est passé pour agir différemment la prochaine fois, et travailler à guérir les blessures qui m’ont fait déraper.

Faire ma part, c’est accueillir avec humilité les accidents de parcours. Ne pas sombrer dans la détestation mais chercher comment avancer.

Je ne peux faire que cela, mais c’est vital car je ne peux pas faire autre chose. Je n’ai pas de prise sur les autres, sur le monde. Je n’ai de prise que sur moi. Seule moi peux travailler sur moi. Si moi je ne fais pas ma part, qui la fera ?

Si moi je ne suis pas lucide, authentique, en vérité sur ce que je vis et fais, qui le sera à ma place ? Qui pourra m’indiquer la voie à suivre si moi-même je ne connais pas mon vécu intérieur ?

Parfois cela me semble négligeable de faire ma part… mais quand je regarde les choses avec du recul cela me semble indispensable. Si chacun faisait sa part, sa petite part, le visage du monde ne serait-il pas autre ?

Marie-Pierre Ledru, formatrice agréée PRH

13 réflexions sur “ Faire sa part ”

  1. Merci beaucoup Marie-Pierre
    pour ton témoignage qui fait écho en moi !
    Je suis encouragée à poursuivre la route qui est de faire la clarté en mettant des mots sur mon vécu intérieur.
    Entre la culpabilité et la toute-puissance il y a l’humble chemin de devenir jardinière de ma vie !

  2. Merci pour ce témoignage.
    Il me confirme que les formateurs et formatrices PRH sont des personnes « en chemin » comme chacun d’entre nous. Ce qui rend leur enseignement plus crédible, et m’encourage à utiliser les outils qu’ils nous proposent.

    1. n’oublions jamais cela… nous somme toutes et tous en chemin pour la VIE… cet article est au Coeur de toute croissance soit avec nos enfants ou n’importe qui avec qui on reagit… dans un couple c’est aussi essential de faire sa part… Merci…

  3. Merci pour ce temoignage d’authenticite face a la realite.
    Faire sa part avec lucidite et acceptation de ce qui est me touche.

  4. Merci Marie-Pierre pour ce beau partage, qui me parle tant à l’heure où mes filles entrent dans la pré_adolescence. J’ai pris conscience récemment de ce sentiment de toute-puissance qui m’habite et m’ajoute un poids que je n’ai pas à porter. Non, je ne suis pas responsable de tout ce que vivent mes filles. Mais oui, je suis responsable de ce que je vis, ce que je ressens, et de comment cela impacte mon environnement. Une attention quotidienne à cultiver pour générer plus de paix intérieure…

  5. « Faire sa part », des mots qui me rejoignent particulièrement. Merci Marie-Pierre pour ce témoignage. Nous sommes beaucoup plus nombreux que nous le croyons à « faire notre part » et la bonne nouvelle est que nous sommes contagieux ! Et la face du monde change, forcément, pas à pas, grain de sable après grain de sable, goutte après goutte.

  6. Merci Marie-Pierre pour ton humilité et ton authenticité qui me touchent.
    Merci de m’inviter à continuer ce chemin de vérité sur moi-même, à m’accepter dans mes limites, à repartir renouvelée dans la relation par la découverte de l’analyse de mon dysfonctionnement : faire mon humble part, celle du colibri, collaborer ainsi à la transformation du monde.

  7. « Nos enfants ne sont pas nos enfants, se sont les enfants de la Vie en eux » écrit Kahil Gibran dans « le Prophète »….En effet comme il nous est difficile pour nous parents d’accompagner nos enfants dans leur vie …tout en les lâchant « pour » leur Vie…. plus d’une fois nous pouvons nous sentir dé-routés par leurs réactions ou même leurs choix!
    Cela nous demande, comme le dit si clairement Marie-Pierre, d’être nous-mêmes, « dans » notre » vie….d’être attentifs à nous déparasiter, nous nettoyer de ce qui vient encombrer, freiner, empêcher l’accès à notre beauté d’origine et à son jaillissement….travail de croissance autant que de guérison et de patiente rééducation, en tous les cas pour moi! De celui qui permet une ouverture, un accueil, une découverte, un émerveillement face à l’unicité de chacun d’entre eux et au déploiement de leur altérité.
    Alors oui il est bien vrai d’affirmer que « nos enfants sont nos maîtres » pour notre propre bonheur autant que le leur.
    Nicole Langlois-Meurinne.

    1. Ah que j’aime ca:  « Nos enfants ne sont pas nos enfants, se sont les enfants de la Vie en eux » écrit Kahil Gibran dans « le Prophète »….En effet comme il nous est difficile pour nous parents d’accompagner nos enfants dans leur vie …tout en les lâchant « pour » leur Vie…. plus d’une fois nous pouvons nous sentir dé-routés par leurs réactions ou même leurs choix! Aimer et se detacher en meme temps… quel defit, mais quel profit… mes enfants/adultes de 48 ans, 46 ans et 42 ans on profites de ma capacite de d’etre attentive, de me dparasiter etc… et ils sont beaux et peuvent eux aussi faire avancer l’humanite vers plus d’amour…

  8. … »pas me trouver des excuses mais comprendre ce qui s’est passé pour agir différemment la prochaine fois, et travailler à guérir les blessures qui m’ont fait déraper ». Ceci est au Coeur d’une croissance personnel et spirituelle… J’ai beaucoup aime lire cela! PRH m’a fait vivre cela depuis 43 ans… meme a ma retraite je vis l’animatrice PRH et l’humaine qui continue de grandir dans l’amour…

  9. Merci pour se témoignage dans lequel je perçois la force de l’amour en oeuvre d’une mère pour son enfant et merci à Nicole pour la belle citation Kahil Gibran dans « le Prophète » : « Nos enfants ne sont pas nos enfants, se sont les enfants de la Vie en eux ».
    J’adore : c’est tellement beau, tellement vrai et combien ça peut aider aussi à sortir de la culpabilité, sans nous déresponsabiliser pour autant si nous y entendons une invitation à nous mettre au service de cette Vie.

  10. Merci Marie-Pierre pour ce partage plein d’humilité vraie. Faire ma part, toute ma part. Oui je me reconnais dans ces difficultés et je comprends que faire ma part c’est chercher à sortir de cette sensation forte d’être démunie et coupable, c’est sortir de la désespérance que cela entraîne parfois chez moi, c’est « ne pas sombrer dans la détestation », oui c’est tout à fait ça ! Quelle chance d’avoir cet outil de l’analyse pour avancer et revenir comme tu le dis très bien, à ma « solidité d’adulte ».! Merci de cette description du chemin possible !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s